26 février 2014

Familles : les cardinaux se foutent de vous

Le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, a raconté au micro de Radio Vatican ce qui s’est passé au consistoire qui se tenait à huis clos…

Il a dit ceci :

« C’était 80-90% des interventions qui touchaient la question des divorcés remariés. »

Les cardinaux sont invités à parler de la pastorale du mariage et de la famille, et presque tous ne parlent que du soi-disant drame des « divorcés remariés », c’est-à-dire des adultères qui revendiquent leur fierté adultère (la "divorcés-remariés pride") et les sacrements qui vont avec.

Chez nous on disait le « mariage pour tous », à Rome on dit la « communion pour tous ». De même que le « mariage pour tous » c’est le mariage accordé aux quelques homosexuels qui le revendiquent, de même la communion pour tous c’est la communion accordée aux quelques adultères qui la réclament.

Dans les deux cas il s’agit de phénomènes marginaux érigés en problèmes majeurs et universels.

Et c’en est au point que même chez un Sandro Magister on en arrive à lire que « la famille à l'ancienne n’existe plus », que Rome en a pris conscience et qu’il faut donc prendre en compte toutes les nouvelles formes de famille. Toutes, c’est-à-dire… les divorcés remariés. Pour commencer. Après on passera aux homosexuels.

Mais c’est un mensonge de citadins vivant dans les milieux pourris. Ce n’est pas vrai que la famille traditionnelle n’existe plus. Moi j’en vois tous les jours autour de moi. De tous âges. Et je ne parle pas des catholiques pratiquants (pas encore divorcés remariés), je parle de gens qui sont plus ou moins sociologiquement chrétiens, ou qui n’ont (pour les plus jeunes, hélas) aucune attache spirituelle.

Au gouvernement français on se préoccupe de légitimer les relations homosexuelles, au Vatican on se préoccupe pour le moment de justifier les adultères.

Partout on se fout de la famille. Qu’on ne s’étonne pas des conséquences.

16:17 Publié dans Eglise, Famille | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

Je ne crois pas à un changement sur la question des divorcés remariés.
Cela voudrait dire un changement de doctrine sur la question, ce qui ne serait plus fidèle à l'Evangile. L'Esprit Saint ne le permettra pas.

Ce qui est plus à craindre est comme le dit Magister, c'est une dérive de la pastorale qui serait en contradiction avec la doctrine, tout comme fut "l'esprit du concile" vis-à-vis du Concile.

Écrit par : Quaerere Deum | 26 février 2014

Répondre à ce commentaire

Ces progressistes utilisent les mêmes méthodes que les avorteurs et euthanasieurs pour faire passer leur réformes pourries; faire pleurer les chaumières sur les cas particuliers pour contourner la loi, les dogmes

Écrit par : Dauphin | 26 février 2014

Répondre à ce commentaire

Et il n'y a personne - hormis vous, si précieux - pour expliquer les conséquences horribles, apocalyptiques, de ce changement de doctrine/de pratique (mais une pratique incohérente avec la doctrine change de facto la doctrine) ? Aucun évêque, aucun théologien ayant un peu d'impact médiatique ?
Personne pour représenter l'avis du peuple catholique de base angoissé de voir son Église abandonner la foi ?
Terrifiant...

Écrit par : Olivier | 26 février 2014

Répondre à ce commentaire

Sur ce point il y a eu tout de même le texte très ferme de Mgr Müller, toujours préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi et désormais cardinal.

Écrit par : Yves Daoudal | 26 février 2014

Monseigneur Marcel a eu raison sur tout.

Écrit par : amédée | 26 février 2014

Répondre à ce commentaire

Effectivement, tous les cardinaux ne se foutent pas de nous quand même : Mgr Müller met les points sur les i quant au sacrement du mariage, institué par notre Seigneur.

Jeanne Smits a traduit l'article de la Stampa où il s'exprime sur ce sujet :
http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2014/02/le-cardinal-muller-redit-limpossibilite.html

Écrit par : Pitch | 27 février 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire