Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La « pousseuse » condamnée à rien

Avec l’unanimité que confère aux gazettes le recopiage des dépêches, on apprend que « la pousseuse du RER » a été condamnée à 22 mois de prison dont 18 avec sursis.

Or elle n’est pas condamnée pour avoir « poussé » quelqu’un, mais parce que sa victime a eu les deux jambes sectionnées par le RER sous lequel elle l’avait poussée.

Et elle est condamnée à 4 mois de prison ferme. A savoir les 4 mois qu’elle a passés en détention préventive.

Elle est donc condamnée à rien.

Lien permanent Catégories : Justice 3 commentaires

Commentaires

  • C'est une décision conforme à la vraie justice: une condamnation plus sévère n'aurait pas fait repousser les jambes de la victime mais aurait pu traumatiser gravement la pousseuse, nuisant ainsi à sa réinsertion sociale, donc DEUX victimes au lieu d'une pour un malheureux geste maladroit sans mauvaise intention! une vraie justice sait limiter les dégâts. Et d'ailleurs, cette "victime" était-elle aussi "innocente" qu'on pourrait le croire? Qui a provoqué l'autre? Et si elle n'avait pas commis l'imprudence d'être trop près du bord du quai rien ne serait arrivé...Ben voyons! Il est clair que l'impartialité totale de la justice ne fait jamais aucun doute.

  • "sans mauvaise intention" Si j'osais je dirais qu'il ne faut pas pousser !!! Votre ironie quant aux décisions de "justice" n'est hélas que trop réaliste.

  • ce pays (qui est le mien!!!)devient monstrueux!!!!!!!!

Écrire un commentaire

Optionnel