09 novembre 2013

Tout est dit en trois titres

Le mouvement dit des Bonnets rouges est bien un mouvement populaire, comme le montre l’hostilité affichée des médias de la pensée unique :

Libération :

Faut-il porter un bonnet rouge pour échapper à la justice ?

(C’est ce journal qui milite toujours, depuis sa création, pour l’impunité des manifestants. A condition qu’ils aient une estampille gaucharde.)

L’Express :

"Bonnets rouges": les Français sévères face à la poursuite du mouvement

20 minutes :

«Bonnets rouges»: Les Français leur demandent de cesser leur mouvement

(C’est un simple sondage selon lequel 57% des personnes interrogées souhaitent que le mouvement se termine, contre 40% qui le soutiennent. Les 57% sont devenus « les Français »…)

Commentaires

Le gouvernement légal du pays aura le dernier mot et qui va payer la casse des bonnets rouges sinon nous.
Quand on n'est pas d'accord,il y a des urnes pour changer de gouvernement et de politique.

Écrit par : amédée | 09 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

C'est cela, attendons tranquillement les élections sans rien faire.

Écrit par : Jean Theis | 09 novembre 2013

C'est effectivement bien malheureux, mais ce gouvernement (aidé il est vrai par leurs amis du précédent) s'est largement moqué de la Manif pour tous et de son style bien élevé et non violent, les "bonnets rouges" en tirent logiquement les conclusions qui s'imposent : seule la violence permet de s'imposer face à une dictature au service des lobbys.

Écrit par : stephe | 10 novembre 2013

Les royalistes se convertiraient-ils donc aux urnes républicaines...?
Bizarre cela. Bien bizarre. On nous l'a changé Amédée. Ou je me suis trompé de chapitre.

Écrit par : St Aline | 09 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les urnes et surtout être " bien élevé " !

On a vu ce que ça a donné . Les Bretons cassent peut-être
un peu , mais au moins ça risque de marcher .
Et s ' il pètent quelques radars , payer en amendes ou en
remplacement hein ... faut payer !

Écrit par : jerome | 09 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Chers frères et soeurs,le chaos engendré par la violence frappe d'abord les plus faibles dans leurs pauvres moyens d'existence et ne résout rien;il suffit de peu de temps:un mois et tout manque,trois mois et c'est l'anarchie meurtrière et la guerre civile apparaît;souvenez-vous de mai 68;je n'évoquerai pas l'Algérie où le contexte était particulier et atroce;Dauphin me parlait de la guerre civile en Espagne qui fit tant de victimes et pendant laquelle les hommes des deux bords eurent un comportement de sauvages qui n'avait plus rien de chrétien y compris chez Franco mais qu'a t-elle changé cette guerre,rien,il suffit de regarder l'Espagne de 2013;on peut même dire que Franco a perdu dans tous les domaines.
Lorsque les âmes sont envahis par les vices,les esprits corrompus par l'argent et que l'enseignement de notre Seigneur Jésus est bafoué chaque jour,aucun changement contre- révolutionnaire n'est possible;d'abord réformer les esprits par une nouvelle évangélisation,se repentir collectivement de nos crimes depuis 1789 et seulement après Dieu se penchera sur nous et nous aurons sa baraka comme diraient les musulmans;nous en sommes loin;
Et après tout,si François Hollande nous prend nos picaillons,peut-être rend-t-il un immense service aux chrétiens en leur enlevant leur superflu;il peut en résulter d'immenses bienfaits spirituels et une floraison de nouveaux saints.

Écrit par : amédée | 09 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Franco a eu le malheur d'être légaliste et légitimiste et de choisir le guignol franc-maçon Juan Carlos (comme son père Don Juan et son épouse Irène) pour rétablir la royauté, hélas constitutionnelle. Franco a retardé de 35 ans le pourrissement de l'Espagne, pourrissement obtenu avec le concours d'une grande partie du haut clergé espagnol que Paul VI a fait nommer en profitant des avantages du concordat (concordat dénoncé plus tard par le Vatican). Et il a fait nommer des "progressistes" qui ont saboté le travail des évêques vraiment catholiques. Les mondialistes attendaient leur revanche sur Franco, la bave au museau. L'ETA a été fondée par des ex-séminaristes et prêtres basques défroqués. La France a soutenu et armé les terroristes de l'ETA. Et l'amiral Carrero Blanco a été assassiné par ces gens là. L'Espagne catholique a été terrassée par des clercs.
Les criminels de guerre réfugiés en France ou URSS revenus en Espagne après la mort de Franco n'ont jamais été inquiétés, et pire ont été accueillis en héros.
Le légalisme mène à l'apostasie

Écrit par : Dauphin | 10 novembre 2013

Et la Catalogne qui s'apprête à proclamer son indépendance en avril 2014 trois siècles après son assujettissement à la Castille,qui est le responsable Dauphin?
Juan Carlos,les évêques progressistes ou les aliens?

Écrit par : amédée | 10 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

que vient faire la Catalogne ici?
C'est Philippe V , petit fils de Louis XIV, un Bourbon donc, qui a aboli les privilèges de la Catalogne réunie au royaume (et pas à la Castille). Franco n'a fait que maintenir cette Province en Espagne. Et le jeu indépendantiste est activé par les mondialistes pour casser les nations et leurs traditions. D'un côté il veulent une Europe unie et de l'autre ils exacerbent les délires régionaux. L'Espagne est devenue une pétaudière avec les régions autonomes.

Écrit par : Dauphin | 10 novembre 2013

Dauphin,il y a un peuple qui veut tout simplement son indépendance en Catalogne,une nation distincte de la Castille avec sa langue et ses coutumes et qui a été opprimée depuis trois siècles,le reste n'est que baratin et Franco et les mondialistes et les délires régionaux et le jeu indépendantiste et les privilèges.
Evidemment, cela pose un problème à terme pour Perpignan.

Écrit par : amédée | 11 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Revenons au royaume du petit roi de Bourges, ce sera la France du XXIe siècle et donnons leur indépendance aux basques, catalans, savoyards, dauphinois (ça allait jusqu'à Nice), bourguignons, berrichons, normands, bretons, vendéens, gascons, alsaciens, guyanais (adios Taubira, plus française, ouf!), St Pierre et Miquelonois, Terre adéliens, réunionnais, etc...
L'Espagne ne se réduit pas qu'à la Castille. L'opposition Castille-Catalogne est un mythe des indépendantistes.

Écrit par : Dauphin | 11 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Pas du tout,Dauphin:si vous considérez la péninsule ibérique,elle a toujours été séparée en trois strates géopolitiques;à l'ouest,la Galice et le Portugal qui parlent grosso modo la même langue,au centre les Castilles avec leur prolongement andalou sans oublier au nord-ouest la fait historique basque et à l'est l'espace catalan avec la Catalogne et son berceau historique du Roussillon et les Baléares;autrefois,on parlait des Espagnes et on avait raison;les peuples sont durs à mourir et revendiquent aujourd'hui leur droit;on peut dire que l'Espagne est une nation qui a échoué;cela a été longtemps masqué par l'impérialisme castillan mais tout a une fin.
Quant à la France,le jacobinisme révolutionnaire qui sévit depuis plus de deux siècles a échoué à éradiquer les nationalités périphériques qui ont droit pour le moins à leur identité culturelle;c'est une politique nouvelle qu'ils s'agit de mettre en oeuvre en respectant d'abord les langues de France;évidemment,les révolutionnaires qui sont au pouvoir n'en feront rien:ils veulent tout détruire et même le français qui doit être remplacé par l'anglais,on en prend chaque jour le chemin.
Seule la contre-révolution sera salvatrice respectant l'ordre naturel dans tous les domaines,l'ordre divin;nous en sommes loin.

Écrit par : amédée | 11 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.