16 juillet 2013

La langue

Pensez que la langue est l'organe avec lequel nous parlons à Dieu et nous célébrons ses louanges. C'est par cet organe que nous recevons la victime redoutable, les fidèles comprennent ce que je dis. Il faut donc qu'il soit pur de toute accusation, de toute parole injurieuse ou obscène, de toute calomnie. Si une pensée mauvaise veut nous faire violence, étouffons-la au dedans de notre âme, ne lui permettons pas de se produire au dehors par des paroles licencieuses; si l'envie ou l'impatience vous inspire des paroles de colère, desséchez cette racine, tenez la porte fermée, et mettez-y une garde fidèle. Ne laissez pas naître dans votre coeur des desseins coupables, mais s'ils viennent à se produire, étouffez-les aussitôt et détruisez-les jusque dans leur premier germe.

Saint Jean Chrysostome, homélie sur le psaume 140

19:57 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Selon un moraliste (Héribert Jones), si j'ai l'habitude de me mettre blasphémer, il y a trois cas :

1) J'essaie sincèrement de me corriger, mais malgré cela m'échappent quelques mouvements ou quelques paroles : je ne pèche pas.

2) J'essaie de me corriger, mais mollement. Lorsque m'échappent des paroles, je pèche véniellement.

3) Parfaitement conscient de ne pas bien faire, mais ne faisant aucun effort, je pèche mortellement lorsque je me mets à blasphémer.

Écrit par : Denis Merlin | 16 juillet 2013

Répondre à ce commentaire

Selon le Messie, l'impureté du langage nuit à l'homme lui-même.
Et la colère du Messie n'est pas contre les blasphémateurs romains ou juifs, mais contre les offrandes en nature offertes à dieu, qu'il n'a pas réclamées.
Aujourd'hui il n'y a d'ailleurs plus de blasphèmes sanctionnés que des blasphèmes contre la morale du jour.

Écrit par : Lapinos | 16 juillet 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire