27 mars 2013

Mais oui !

— Une vague de froid paralyse une bonne partie de l'Europe depuis des semaines alors que nous sommes au printemps. Comment l'expliquer ?

— La présence d'anticyclones entre l'Islande et la Scandinavie justifie les importantes chutes de neige sur le nord du continent. Mais cette vague de froid s'explique également par le réchauffement climatique qui joue un rôle majeur sur les perturbations actuelles. Habituellement, c'est une période plus douce.

Signé François Gourand, prévisionniste à Météo France. Qu’il fasse froid ou qu’il fasse chaud, de toute façon c’est à cause du réchauffement climatique… Et il paraît que l’homme moderne a chassé les superstitions…

18:47 Publié dans Climat | Lien permanent | Commentaires (37)

Commentaires

Pour pouvoir contredire de façon crédible un météorologue quand il parle climat il ne suffit pas d'une remarque ironique et d'un haussement d'épaule.

Écrit par : Nicolas | 27 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Bien sûr que si.
Quand on m'affirme après trois semaines de grosse chaleur que c'est la faute du réchauffement climatique, et après trois semaines de froidure que c'est à cause du réchauffement climatique, j'ai le droit de rigoler, parce qu'on me prend pour un con mais que ça ne marche pas.

Et j'ai déjà traité sérieusement de la question.

Écrit par : Yves Daoudal | 27 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Bien dit monsieur Daoudal. Remarquez comme ces impertinents invoquent l'argument d'autorité. Vous n'avez pas le droit de penser, seul le monsieur a le droit de penser et vous vous devez penser ce que pense (ou dit) le monsieur. Car vous ne haussez pas les épaules, ce sont des faits que vous rapprochez.

La situation est cocasse, effectivement. Je la connaissez celle-là, je l'avais entendu il y a plusieurs années : il fait froid parce que le climat se réchauffe. Moi, cela me fait rire.

La vérité scientifique n'est d'ailleurs jamais établie, elle est toujours révisable.

Écrit par : Denis Merlin | 27 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Tellement de causes peuvent affecter le climat;le soleil tourne autour du centre de la galaxie en 240 millions d'années, l'année galactique;il peut lors de cette gigantesque orbite rencontrer des zones opaques ou lumineuses;le soleil peut avoir des périodes de plus ou moins grande activité nucléaire et on pourrait ainsi multiplier les raisons.
La thèse du réchauffement climatique provoqué par l'homme sert bien l'émergence en tout cas d'un gouvernement mondial et qui plus est dictatorial.
Il faut reconnaître que le prince de ce monde est habile et sait se présenter sous des apparences de lumière,Lucifer,pour réduire en esclavage l'humanité qui refuse N.S.J.C.
Le Père du Mensonge nous impose une vigilance de chaque instant,une interrogation permanente pour échapper à son emprise.

Écrit par : amédée | 27 mars 2013

Répondre à ce commentaire

il existe une théorie très inetlligente d'un jeune savant suédois qui pense
que la terre se réchauffe quand elle est dans un bras de la spirale de la Voie lactée,
et que la terre se refroidit quand elle entre deux bras de la Voie lactée.
La Voie lactée (appelée aussi « notre galaxie », ou parfois simplement « la Galaxie » est la galaxie dans laquelle se situe le Système solaire (et par conséquent la Terre).
La structure spirale de la Voie lactée fut découverte en 1953

Écrit par : Jo | 27 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Merci,pouvez-vous me donner un lien?

Écrit par : amédée | 28 mars 2013

« Tellement de causes peuvent affecter le climat;le soleil tourne autour du centre de la galaxie en 240 millions d'années, l'année galactique;il peut lors de cette gigantesque orbite rencontrer des zones opaques ou lumineuses;l »

Oui, enfin c'est une théorie qui vaut ce que valent les théories absolument invérifiables. Nous n'avons pas et nous n'aurons jamais une expérience de 240 000 0000 d'années. Nous n'en aurons personnellement que de 100 ans dans le meilleur des cas et quelques milliers à l'échelle de l'espèce et encore... Alors mettons un gros bémol à nos certitudes. Voyez-vous avec le même sérieux, je pourrais dire que le soleil tourne autour de la galaxie en 2000 000 000 000 d'années. N'oubliez pas que ces charlatans se présentent comme scientifiques, alors qu'ils ne peuvent invoquer aucune expérience. Pour des "scientifiques"...

Écrit par : Denis Merlin | 27 mars 2013

Répondre à ce commentaire

tout commeily eut de périodes très chaudes comme au XII8 è siècle où en 1258 les moissons étaient faites en avril, d'habitude c'est en aout...en Bretange.

Écrit par : LEPAGE C | 27 mars 2013

Répondre à ce commentaire

@amédée Sur le fond, d'accord avec vous : les modèles climatiques actuels ne savent pas prendre en compte tous les facteurs influençant le climat etje gage qu'ils ne le sauront pas avant longtemps.
En revanche, pour ceux qui rient d'un refroidissement "local" lié au réchauffement "global", il existe bel et bien des mécanismes qui peuvent en rendre compte, essentiellement celui qui prédit un possible arrêt des courants chauds de l'Atlantique qui nous font les hivers bien plus doux qu'en Amérique du Nord par baisse de la salinité de l'eau de mer. Ca n'est pas abusrde. Mais je veux bien accorder qu'on est loin des certitudes dans ce domaine, sinon que certains font de l'argent et de la politique sur la base de résultats et de modèles plein de trous...

@Denis Merlin Concernant l'astrophysique, je vous conseille de modérer vos jugements, assez ridicules en l'occurrence. Il n'y a pas besoin de vivre 1000000 d'années pour étudier un million d'années d'histoire. Car les phénomènes physiques laissent des traces, suivent des lois, dont on peut déduire bien des choses, d'une rpécision et d'une finesse remarquables. Votre appréciation du sujet laisse à penser que vous n'avez purement et simplement jamais étudié la question. Il existe d'excellents ouvrages sur le sujet, si vous voulez des titres. Autrement, souffrez que je compare votre appréciation à celle de l'un de ces piliers de bar qui discute du nombre de maîtresses de Benoit XVI... Les croyez-vous bien informés ?

Écrit par : Marc | 27 mars 2013

Répondre à ce commentaire

@ Cher Marc,

Avant de croire détenir des vérités incontestables, il vaudrait sans doute mieux remonter à l'épistémologie et à la logique. Les "traces" que vous voyez n'en sont peut-être pas. Comment être certain que ce sont des traces ? Sherlock Holmes, lui, a l'expérience renouvelée de l'homme et des traces qu'il laisse. Et encore, même lui, peut se tromper dans ses déductions...

Ce serait encore mieux de saisir les mobiles des tenants de ces théories "scientifiques" fondées souvent sur des paralogismes destinés à se parer des prestiges des vérités scientifiques pour en imposer... au croyant.

Comme le dit Nicolas "taisez-vous et ne commentez pas lorsque le monsieur a parlé, c'est une vérité SCIENTIFIQUE. Le monsieur sait tout mieux que vous."

Alors que, à la rigueur, on pourrait dire à propos de ces théories "Certains pensent que..."

Quant à votre comparaison avec les "hoax" dont se repaissent les "anticléricaux"... Je vous renvoie à un principe de logique : "comparaison n'est pas raison."

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas dit "taisez vous, un scientifique a parlé". Non, ce que je dit c'est que pour contredire un scientifique, il faut soit un scientifique du même domaine ou pouvoir invoquer soit-même des arguments fournis par des scientifiques.
Or dans la réponse de Monsieur Dadoudal n'était pas argumentée mais simplement ironique. Donc une mauvaise réponse.

Écrit par : Nicolas | 29 mars 2013

L'astronomie est une science précise,rigoureuse,mathématique et je crois que là-dessus nous devrions être tous d'accord;elle dispose de plus aujourd'hui à son service de nouvelles technologies qui permettent d'aller très loin dans la connaissance de l'univers;
Gloire à Dieu qui a permis à l'homme de telles découvertes de Son Cosmos.
Par contre,lorsqu'on parle des climats,nous sommes dans des hypothèses;personne n'est en mesure d'apporter des preuves irréfutables.
Que l'homme ait une action, certes,mais tant d'autres facteurs entrent en considération que la plus extrême prudence s'impose.
Or,l'idéologie du temps voudrait imposer l'hypothèse du réchauffement climatique comme elle cherche à imposer l'anglais comme langue mondiale,l'avortement,l'euthanasie,le mariage homo,la fin des religions au profit d'un salmigondis maçonnique.
Avec le réchauffement climatique ,on nous présente une nouvelle idole,gaïa,la Terre,personne un tant soit peu averti n'est dupe.

Écrit par : amédée | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Quelles statistiques regarder (pas taillées sur mesure pour montrer une tendance à la hausse; et si possible avec des explications suffisamment contextualisées, et pas sous influence réchauffiste)

Écrit par : Métonyme | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Cher Denis Merlin... à propos des 240 millions d'années... ce nombre est certainement le résultat d'un calcul et non bien sûr d'une observation.
Personne n'aurait vu Neptune sans les calculs de Le Verrier aidé par le bienheureux Faà di Bruno dont c'était la fête hier.

Écrit par : Equation du temps | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Réchauffement climatique et autres sornettes sont claironnés afin que l'entière responsabilité des perturbations soit attribuée à des causes atmosphériques mais, au-delà de ces sentences terre à terre, je pense que si les hommes se convertissaient sans doute le climat se régulariserait...
Souvenons nous de la "Tempête apaisée" ...(Mc 4,35-41)Dieu est le maître de la création et évidemment des éléments......
La nature est très liée au comportement humain....c'est un tout : plus il y a de péchés plus la nature se rebelle.....
Pour moi les savantes dissertations sur les causes des perturbations n'ont pas d'autre source.
Et, par les temps qui courent, on n'a pas fini............

Écrit par : Thècle | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

@ Équation du temps,

Cher ami,

Je ne conteste pas les vérités scientifiques, je conteste les théories hasardeuses présentées comme des vérités irréfutables.

En ce qui concerne Neptune, justement, j'ai été élevé dans l'idée que Neptune était une planète. Si je l'avais contesté, on aurait dit que je n'étais qu'un rigolo (et de fait je l'aurais été puisque je n'avais aucun moyen rationnel de le contester). Aujourd'hui on pense que Neptune n'est pas une planète... Les calculs de Le Verrier étaient intéressants et source d'un réel progrès de la connaissance, mais n'établissaient aucune vérité définitive. En science, rien n'est jamais définitif.

Quant à écrire l'histoire, vraie et incontestable, au moyen de conjectures... Laissez-moi rire dans ma barbe...

Je ris aussi avec monsieur Daoudal lorsque le monsieur météorologue certifie sans rire, lui, que cela chauffe parce qu'il fait froid. Écoutez, même si c'était vrai, ce serait drôle !


Je préfère Pascal "Le silence de ces espaces infinis, m'effraie." Pascal, quel poète, quel scientifique, quel philosophe, quel croyant !

Nota : j'ai été élevé dans un milieu scientifique et proche de l'athéisme (ma marraine était professeur titulaire de chaire de géologie et mon parrain professeur de médecine, lui aussi titulaire de chaire, mais tous les deux croyants, à la différence de ma famille plutôt maçonnique). J'en ai vu défiler des théories, vraies de vraies, reléguées aujourd'hui dans les poubelles des "vérités scientifiques" obsolètes !

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

j'apprends que Neptune n'est pas une planète.Merci.

Écrit par : amédée | 28 mars 2013

Cher Amédée,

Naturellement, je n'ai aucune qualité pour enseigner que Neptune n'est pas une planète. J'ai juste lu que les scientifiques penchaient (du moins certains) pour dire que Neptune n'était qu'un astéroïde (ou quelque chose comme cela). Je vous le donne comme je l'ai reçu, je n'ai aucun moyen d'affirmer ou d'infirmer.

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Vous comprenez que les calculs de Le Verrier ont établi de façon indubitable l'existence de Neptune, mais que sa nature, que l'on avait crue indubitable, est finalement remise en question. C'est juste un exemple pour montrer que les vérités scientifiques existent, mais que beaucoup de choses présentées comme incontestables sont en réalité contestables.

Et il n'y a pas qu'en matière astronomique, en matière historique... sur les croisades, sur l'Inquisition, sur les Borgia etc. Je peux dire que la doxa est entièrement fausse, mensongère.

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

@Denis Merlin

Neptune est une planète, il n'y a aucun doute là

Écrit par : Marc | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

À quel titre enseignez-vous cela, sous un pseudonyme en plus ?

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Moi,je veux vous croire pour Neptune mais donnez-moi le site ou les références des scientifiques la barrant de la liste des planètes.
Jusqu'à preuve du contraire,Neptune est la huitième planète du système solaire officiellement découverte en septembre 1846.
Chacun peut d'ailleurs se documenter et apprendre sur le site le système solaire.

Écrit par : amédée | 28 mars 2013

Oups, excusez, j'ai confondu avec Pluton dont le caractère de planète est contesté.

Je vous propose de lire l'article wikipédia sur Pluton

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pluton_(plan%C3%A8te_naine)#DoressoundiramLellouch2008

Vous verrez si c'est si simple. Donc, ma démonstration reste valable il faut seulement changer le nom de la "planète". Mais je ne suis pas un spécialiste, je n'enseigne rien en astronomie (ni ailleurs d'ailleurs).

Je vous rappelle que puisque nous sommes sur un blog chrétien que

Non intratur in veritatem nisi per caritatem. C'est ce que répètent nos amis anglo-saxons, et je suis bien d'accord avec eux.

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Désolé, problèmes de connexions, je colle ma réponse complète, mais je vois que vous avez déjà repéré votre erreur :

@Denis Merlin

Neptune est une planète, il n'y a aucun doute là-dessus, c'est la troisième plus massive du système solaire (17 fois la masse de la Terre: elle n'est pas près de perdre son statut de planète !). Vous confondez avec Pluton, qui a bien été déchue de son statut de planète en raison de changements de nomenclature - mais existe bel et bien. Ne confondons pas la classification - plus ou moins arbitraire - avec la réalité physique ! À moins de faire dépendre la nature des mots qui la décrivent... Mais en physique, tout est équation. Et les photos de Pluton abondent. Je comprends un peu mieux pourquoi vous comparez la scienceà Sherlock Holmes, maintenant... Conan Doyle est un grand auteur qui m'a beaucoup diverti, fut un temps, mais soyons un peu sérieux... Ce bon Holmes n'est pas près de faire de la physique quantique avec ses charmantes méthodes de polar...

Par ailleurs, vous dites que votre "démonstration" reste valable... pardon, mais où avez-vous proposé une démonstration ?? Ou alors ce mot a un sens caché pour moi.

@Métonyme Pour une discussion du réchauffement qui soit à contre courant, il y a par exemple Courtillot : http://www.youtube.com/watch?v=uXeRbbM2AjY

Pour ce qui est de la science, je ne saurais trop recommander, si vous ne connaissez pas, la lecture de Popper, spécialement "La connaissance objective". Si cela ne vous tombe pas des mains, vous y trouverez des réflexions tout à fait intéressantes sur la falsifiabilité.

Écrit par : Marc | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Pluton est une planète naine,décision de l'UAI du 24 août 2006.

Écrit par : amédée | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Vous me faites penser à ce jeune qui me disait avec hauteur, parce que c'était son professeur qui le lui avait dit, que l'introspection n'était plus la base de la psychologie. Pauvre type que j'étais de croire cela, une vieille lune remise il y a longtemps au musée !

Et pourtant, si, l'introspection est bien la base de la psychologie. C'est ce que je vois en moi qui me fait savoir ce qui se passe en l'autre. Je n'ai pas d'autres moyens de savoir, c'est l'analogie qui est le fondement de la psychologie, la critère de la psychologie. C'est d'ailleurs en niant cette évidence critériologique que l'on tombe dans toutes sortes de folies juridiques.

Je parle de méthode scientifique, vous me répondez résultats. Vous me traitez de pauvre type parce que je cite Conan Doyle et pourtant ce que je dis est vrai. Conan Doyle met en roman la police scientifique, c'est donc de science qu'il traite. Je vous parle de nature de la science expérimentale, vous me répondez sur le sujet des degrés de complexité des démonstrations. Très typique tout cela finalement.

Puisque vous méprisez ma pensée, je vais vous citer M. Marcello Pera à propos de Popper : "Popper lui-même niait que que nos théories scientifiques puissent surgir par induction à partir d'observations de données de fait. Au principe "observez" on ne peut accorder foi si par avance on ne sait quoi observer (ou au moins si l'on a une attente concernant ce qu'il est pertinent d'observer)." (Pourquoi nous devons nous dire chrétiens, p. 126 éditions Parole et silence octobre 2011)

Donc ce qui est en cause, ce ne sont pas les résultats scientifiques ou les théories que l'on prétend en tirer (qui n'ont, elles, pas la valeur des résultats et mettent beaucoup l'imagination à contribution), mais le choix préalable de l'objet, lequel choix fait partie de la méthode et est au principe même de la méthode. Ce choix se situe avant les calculs et, évidemment, avant les résultats.

Comme nous ne parlons pas du même sujet, nous ne pourrons nous entendre.

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Pardon, mais le sujet ici n'était pas la psychologie, m'a-t-il semblé, mais les théories climatiques et les sciences dites dures... Je n'ai rien contre l'introspection ! Simplement, elle ne décrit pas le monde physique, mais le monde intérieur de l'homme...
Par ailleurs, je vous présente mes excuses si vous avez lu dans mes lignes que je vous traitais de pauvre type, ça n'a jamais été mon intention, je vous prie de bien vouloir le croire. Après quelques années de débat, je sais que nous avons tous des sensibilités différentes à des aspects ou d'autres et on peut blesser quand on croit jouer au plus fin.
Par ailleurs, je vous laisse m'expliquer de quoi je suis typique... ? Intéressante suggestion, vous semblez me connaître mieux que moi, je ne me connais...

Et, non, la police scientifique ne fait pas de la science. Elle utilise des résultats scientifiques - et des outils technologiques - pour arriver à des conclusions sur des situations singulières, ce qui n'a rien à voir avec l'élaboration d'une théorie qui se veut, par principe, générale. Ou alors, je vais devoir jeter un regard désolé sur mes 10 ans de pratique de la recherche dite scientifique...

Je suis complètement d'accord avec les propos de Pera, mais j'avoue ne pas comprendre ce que vous voulez me faire comprendre par cette citation ?

Quant à la correspondance de l'objet et des méthodes d'investigation, cela me paraît être une évidence, même si notre société matérialiste l'oublie facilement et confond science et vérité... Et après ?

Écrit par : Marc | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Ou lala ! Je n'ai jamais mis en doute l'existence ni de Neptune ni de Pluton...

Il y a un argument d'autorité dans les classifications : les experts se sont mis d'accord... jusqu'à nouvel ordre. Cet argument n'est pas nul, je respecte, vous respectez, nous respectons l'autorité humaine des experts, mais ce n'est pas le meilleur argument, même si nous nous y soumettons, y voyant la volonté de Dieu.

C'est pourquoi d'ailleurs je suis démocrate et profondément convaincu de l'égalité des êtres humains dans leur nature d'animal raisonnable.

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Neptune est une planète,la huitième du système solaire et Pluton une planète naine,la neuvième du système solaire et la première des planètes naines.Ce sont des certitudes scientifiques.
Quant au climat,nous sommes en présence d'hypothèses dont le réchauffement climatique causé par l'homme.

Écrit par : amédée | 28 mars 2013

Cher monsieur, je vous parle critériologie et épistémologie qui ont rapport très étroit avec la notion de vérité.

Moi je ne suis qu'un amateur en philosophie, en critériologie et encore plus en science, je suis juriste de formation. Mais le droit repose nécessairement sur la critériologie et des connaissances en épistémologie ne sont pas inutiles pour cerner de quoi nous parlons. A chaque science sa méthode, son critère ou ses critères dans la recherche de la vérité. C'est pour cela que je vous ai parlé de la psychologie qui n'est pas votre matière (ni la mienne) qui a un autre critère que les autres sciences qui est l'analogie par l'introspection.

Je n'invente rien, vous savez, en matière de critériologie, je ne fais que reprendre un "cours de religion" d'un vieux jésuite mort depuis longtemps (+ Pascal + Gilson + Maritain + Pera et Popper me plaît beaucoup parce qu'il s'est moqué, à juste titre, de Darwin montrant qu'un de ses "raisonnement" n'était qu'une pétition de principe - malheureusement il est renté dans le rang dès que les zozotorités ont froncé les sourcils ; mais il l'avait dit, c'était trop tard. Il était plus intelligent que courageux).

Pascal, dans les Pensées, a des pages inoubliables dans lesquelles il ridiculise Descartes en matière de critériologie. Ce Pascal, quel type c'était ! Il est mort, il n'avait pas 40 ans !

Bref, monsieur; j'ai été très heureux de discuter avec un scientifique tel que vous. J'espère que nous avons tous deux progressé dans la connaissance de la vérité.

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Cher monsieur, je vous parle critériologie et épistémologie qui ont rapport très étroit avec la notion de vérité.

Moi je ne suis qu'un amateur en philosophie, en critériologie et encore plus en science, je suis juriste de formation. Mais le droit repose nécessairement sur la critériologie et des connaissances en épistémologie ne sont pas inutiles pour cerner de quoi nous parlons. A chaque science sa méthode, son critère ou ses critères dans la recherche de la vérité. C'est pour cela que je vous ai parlé de la psychologie qui n'est pas votre matière (ni la mienne) qui a un autre critère que les autres sciences qui est l'analogie par l'introspection.

Je n'invente rien, vous savez, en matière de critériologie, je ne fais que reprendre un "cours de religion" d'un vieux jésuite mort depuis longtemps (+ Pascal + Gilson + Maritain + Pera et Popper me plaît beaucoup parce qu'il s'est moqué, à juste titre, de Darwin montrant qu'un de ses "raisonnement" n'était qu'une pétition de principe - malheureusement il est renté dans le rang dès que les zozotorités ont froncé les sourcils ; mais il l'avait dit, c'était trop tard. Il était plus intelligent que courageux).

Pascal, dans les Pensées, a des pages inoubliables dans lesquelles il ridiculise Descartes en matière de critériologie. Ce Pascal, quel type c'était ! Il est mort, il n'avait pas 40 ans !

Bref, monsieur; j'ai été très heureux de discuter avec un scientifique tel que vous. J'espère que nous avons tous deux progressé dans la connaissance de la vérité.

Écrit par : Denis Merlin | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

En tous cas la découverte de Neptune par Le Verrier est quand même quelque chose de remarquable...
Il calcula que pour que tout s'accorde convenablement une nouvelle planète au-delà d'Uranus devait se trouver au centre d'une lunette placée tel jour à telle heure à tel endroit... et elle s'y trouva!
De la pure intelligence qui m'émeut profondément.
Je me demande ce que ce grand savant penserait du réchauffement climatique... d'autant qu'il fut à l'origine de la météorologie moderne par la création des stations météo sur le territoire français et même européen!

https://fr.wikipedia.org/wiki/Urbain_Le_Verrier

Quand au Bx François Faà di Bruno cité plus haut je n'ai appris qu'hier, en lisant l'Evangile Au Quotidien, qu'il avait été, entre autre, un brillant mathématicien qui aida Le Verrier dans le calcul de l'orbite de Neptune. On apprend à tout âge...

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&id=3010&fd=0

Écrit par : Equation du temps | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

@Denis Merlin
Popper était un très grand bonhomme et on peut lui en vouloir d'avoir reculé dans sa critique sur le darwinisme - il aurait pu faire changer les perspectives et nous éviter l'obscurantisme scientiste qui s'est abattu sur la biologie... Mais bon, comme vous dites, il a au moins eu le mérite de formuler quelques vraies critiques.
Merci en tout cas pour la référence de Pera, que je ne connaissais pas - je viens de commander, elle a sa place sur ma pile de saines lectures.
Et j'espère que la discussion n'est pas terminée ;-)

Marc

PS : quant à discuter avec un "scientifique tel que moi", je ne sais comment je dois le prendre... Mmmmh. Mais au fond, je sais n'être à peu près rien en sciences, donc bon...

Écrit par : Marc | 28 mars 2013

Répondre à ce commentaire

@ Equation du temps : je partage avec vous l'émotion des découvertes scientifiques. La "magie" comme on dit aujourd'hui se trouve dans la correspondance entre la nature et l'esprit de l'homme.

La découverte de Le Verrier est une donnée, une certitude, une découverte.

Le réchauffement climatique n'est pas une découverte scientifique, mais une théorie "scientifique". La découverte se distingue de la théorie en ce que la théorie est une construction intellectuelle vaste prétendant réunir de très nombreuses découvertes scientifiques et les faire tenir cohérentes entre elles pour arriver à des conclusions proposées comme probables. Les théories scientifiques ne sont donc pas des vérités nues. Il y a une définition des théories par Claude Bernard (voir sur le Trésor de la langue française).

@ Marc, Il n'y avait aucune ironie. Je croyais avoir à faire à un scientifique.

« Quant à la correspondance de l'objet et des méthodes d'investigation, cela me paraît être une évidence, même si notre société matérialiste l'oublie facilement et confond science et vérité... Et après ? »

Ce n'est pas si évident que cela puisque Descartes, le grand Descartes, mathématicien, a voulu étendre la méthode mathématique à tout le savoir et Kant, physicien, a voulu étendre la méthode de la physique à tout le savoir aussi (donc à la critériologie), le même défaut se retrouverait chez Aristote qui, naturaliste, a voulu tout englober dans la méthode du naturaliste et a fini par employer sa méthode dans des domaines où elle était inopérante pour donner des résultats aberrants que l'on reproche au moyen âge (injustement à mon avis, car le moyen âge a été fécond en innovations technologiques, et on peut se moquer à bon compte d'ancêtres qui n'avaient pas nos moyens). C'est Gilson qui fait observer cela. Ces très grands esprits se seraient donc fourvoyés en cela, selon Gilson.

A chaque ordre du savoir correspond donc une méthode.

Ce qui est certain pour en revenir à notre sujet de départ, le "réchauffement climatique" n'est pas une donnée scientifique, mais une théorie scientifique. Le charlatanisme réside en ce que cette théorie est présentée comme une donnée. Or cette théorie est démentie par les faits. Il en est de même d'ailleurs du darwinisme qui n'est qu'une théorie, d'ailleurs absurde, comme l'a montré, entre autres, Popper (avant de se rétracter pour des raisons mondaines).

Écrit par : Denis Merlin | 29 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Heu, j'ajoute pour Marc, que le lien entre vérité et science me paraît très étroit. La science a pour objet premier la recherche de la vérité. Les charlatans sont les parasites de la science. C'est d'ailleurs pourquoi la science est apparue en milieu chrétien, milieu qui doit avoir le culte de la vérité.

Il y a un texte du regretté Benoît XVI (j'en pleure, hélas que péché avons-nous commis pour être privé d'un homme tel que lui ?) sur la correspondance entre l'esprit universel de l'homme et les lois de la nature.

« En cela, comme j'ai essayé de le montrer, la raison des sciences modernes de la nature, avec l'élément platonicien qui l'habite, porte en elle une question qui la transcende, ainsi que ses possibilités méthodologiques. Elle doit tout simplement accepter comme un donné la structure rationnelle de la matière tout comme la correspondance entre notre esprit et les structures qui régissent la nature : son parcours méthodologique est fondé sur ce donné. Mais la question « pourquoi en est-il ainsi ? » demeure. Les sciences de la nature doivent l'élever à d'autres niveaux et à d'autres façons de penser – à la philosophie et à la théologie. »

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/speeches/2006/september/documents/hf_ben-xvi_spe_20060912_university-regensburg_fr.html

Écrit par : Denis Merlin | 29 mars 2013

Répondre à ce commentaire

@Denis Merlin
Non non, vous aviez bien compris quant à ma profession, c'est juste que le "tel que vous" pouvait être pris dans un sens très laudatif et je voulais signifier que je n'en mérite pas tant. Ajoutez-y mon goût pour l'ironie, et vous aboutissez à ma formulation...
Bref.

Pour ce qui est du rapport science - vérité, je ne vais évidemment pas protester contre cette idée, mais elle appelle des nuances. Popper l'a bien dit : on ne peut démontrer qu'une théorie est vraie, seulement qu'elle est fausse, puisqu'un résultat expérimental peut à tout moment venir l'infirmer. En ce sens, la science cherche autant à se débarrasser du faux qu'à trouver le vrai
Je partage bien votre avis en ce qui concerne les parasites de la science, mais c'est humain. "Où il y a de l'homme, il y a de l'hommerie."

Côté réchauffement, encore une fois, je serais plus nuancé. L'élévation des températures est bien un résultat expérimental. Ce qui est moins évident - à ce que j'en ai compris - c'est de savoir si nous sommes confrontés à une augmentation anormale par rapport au climat historique du globe, et si elle se poursuit encore actuellement. Sur des sujets aussi complexes, l'expérience n'a rien de triviale.
Ce qui constitue une théorie dans cette affaire, c'est l'origine du réchauffement, s'il y a bien réchauffement. Est-il causé principalement par l'homme ou par un autre facteur ? Dire que l'homme ne participe pas au réchauffement de la planète est un mensonge grossier - l'émission de gaz à effet de serre augmente contribue nécessairement à faire augmenter la température. En revanche, cette contribution est-elle importante ou négligeable ? Ça, c'est une autre question, et ce sont deux théories qui s'affrontent, avec un écho médiatique très favorable à l'hypothèse de la "culpabilité" humaine (on est bien dans ce registre au regard de notre temps).

Écrit par : Marc | 31 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Dans le "tel que vous", il n'y avait aucune flagornerie ni ironie. Cela voulait dire que vous étiez un scientifique, mais que d'autres l'étaient aussi. Il faut se méfier d'internet car on y perçoit pas le ton.

Ne vous sentez pas coupable, l'ironie est une figure de rhétorique très répandue parmi les meilleurs auteurs et je pense qu'elle est parfois employée dans la Bible.

Pour le reste, je suis d'accord avec vous. Je n'ai pas la possibilité de contrôler ce que disent les médias sur le réchauffement du climat. Il semble qu'il y ait des variations dans le climat (qui peuvent d'ailleurs être différentes selon les régions : dans certaines régions les glaciers avancent, dans d'autres, ils reculent au cours du même espace de temps). Je pense qu'on ne peut connaître leurs origines. En visitant le parc des Écrins, j'ai appris à la maison du parc que dans l'Antiquité, selon je ne sais lequel des deux Pline de l'Antiquité, il n'y avait pas de glacier dans les Alpes. Du moins il ne les décrivent pas. Or, à l'époque, le monde est beaucoup moins peuplé. Pline en revanche décrit très bien le mont Viso, cette étrangeté au cœur des Alpes.

Ce contre quoi s'élève à juste titre monsieur Daoudal, c'est la sorte de superstition à laquelle nous invitent les médias pour nous angoisser à propos de rien. Ils cherchent à nous faire peur parce que, en été, sur les autoroutes, il faut chaud... Si l'on remonte plus loin, il s'agit d'une sorte de religion, une idéologie pour détruire la foi en la Providence et nous faire perdre la raison. S'y ajoute la religion de la déesse Gaïa etc à rapprocher de ce que dénonce aussi la "Fondation Lejeune" ("Et vous trouvez ça normal ?")

Cela dit, je suis tout à fait d'accord avec vous, les théories scientifiques ne peuvent être que des ensembles d'hypothèses qui peuvent toujours être remises en cause. Mais cela, c'est une vérité (qui demanderait à être située dans une perspective plus large d'ailleurs, mais cela nous emmènerait plus loin que le cadre de ce blog).

Ici aussi les médias font un sale boulot en nous présentant comme des certitudes, voire des évidences, des théories hasardeuses, voire évidemment fausses... C'est pourquoi, je remercie monsieur Daoudal de nous mettre en garde contre ces "nouvelles". Ici comme ailleurs, la vérité nous libèrera.

Être scientifique, c'est vouer sa vie à la vérité, belle vocation... Car il est absolument vrai que les théories scientifiques ne sont jamais vraies que sous réserves... Mais aussi que la science permet d'arriver à des résultats certainement vrais (à partir d'un certain moment, l'induction, du fait des lois statistiques, arrive à des résultats nécessairement vrais). C'est donc bien la vérité qui est le but du travail scientifique.

Écrit par : Denis Merlin | 31 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire