30 octobre 2012

Le droit de ne pas émigrer

Extrait du message de Benoît XVI pour la Journée 2013 (sic) du migrant :

Certes, chaque Etat a le droit de réguler les flux migratoires et de mettre en œuvre des politiques dictées par les exigences générales du bien commun, mais toujours en garantissant le respect de la dignité de chaque personne humaine. Le droit de la personne à émigrer – comme le rappelle la Constitution conciliaire Gaudium et spes au n. 65 - est inscrit au nombre des droits humains fondamentaux, avec la faculté pour chacun de s’établir là où il l’estime le plus opportun pour une meilleure réalisation de ses capacités, de ses aspirations et de ses projets. Dans le contexte sociopolitique actuel, cependant, avant même le droit d’émigrer, il faut réaffirmer le droit de ne pas émigrer, c’est-à-dire d’être en condition de demeurer sur sa propre terre, répétant avec le Bienheureux Jean-Paul II que « le droit primordial de l’homme est de vivre dans sa patrie : droit qui ne devient toutefois effectif que si l’on tient constamment sous contrôle les facteurs qui poussent à l’émigration » (Discours au IVème Congrès mondial des Migrations, 1998).

 

Commentaires

Pacem in terris § 25 parle de droit à émigrer pour des "motifs valables" non arbitrairement. Ce droit est subordonné au respect de la culture et des lois du pays d'accueil.

Écrit par : Denis Merlin | 30 octobre 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire