26 janvier 2008

Le problème des banques

L’AFP a tenté d’avoir, à Davos, des commentaires des dirigeants de la finance internationale à propos de l’affaire de la Société Générale, à laquelle un courtier a fait perdre 4,9 milliards d’euros selon la version officielle.

L’omerta est complète.

L’agence n’a pu que recueillir cette confidence aussi intéressante qu’anonyme : « Ça pourrait arriver à n'importe qui. Ça ne m'étonne absolument pas. Ce genre de catastrophe va se reproduire et pour des montants encore plus énormes. Le problème, c'est que les banques sont devenues des supermarchés: elles veulent faire tous les métiers à la fois, banque de détail, banque d'affaires, courtage, et les dirigeants ne comprennent pas ce qui se passe dans leurs salles de marché. Autrefois, les banques étaient spécialisées sur un métier de base et il était beaucoup plus facile de surveiller l'activité des employés. La déréglementation a tout changé: elle a permis un développement considérable de l'activité bancaire, mais on en paie le prix aujourd'hui. »

Pour arriver à contrôler efficacement les transactions, il faudrait selon lui des investissements gigantesques dont les banques n'ont pas les moyens.

18:09 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bizarre, vraiment bizarre cette explication. J'ai plutôt l'impression que l'on se fiche de nous, allons-nous vers des jours très sombres puisque cette banque française faisait envie et que les milliards d'euros ne sont pas perdus tout le monde ? Mais si notre argent n'est pas à l'abri dans les banques...

Écrit par : Denis Merlin | 26 janvier 2008

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas un commentaire anonyme.

Ces déclarations ont été faite par Bader al-Saad, directeur du fonds souverain koweitien Kuwait Investment Authority (KIA), à qui l'on demandait s'il comptait renflouer la Société Générale : la banque a en effet annoncé une augmentation de capital de 5,5 milliards d'euros pour les prochains jours.
Sa réponse sur la question a été d’ailleurs la suivante : "Je suis vraiment désolé, mais je ne peux vraiment rien dire, pardon, pardon".

Il faut savoir que c’est KIA, qui a annoncé mi-janvier avoir investi 5 milliards de dollars dans les banques américaines Citigroup et Merrill Lynch, apparaît comme l'un des chevaliers blancs de la finance mondiale depuis le début de la crise du crédit immobilier aux Etats-Unis.

Les principales banques occidentales sont ainsi recapitalisées, ou racheter progressivement par des fondamentalistes sunnites qui ne se gêneront pas demain pour nous dicter nos politiques puis qu’ils tiendront nos finances.

http://radiocourtoisie.leforum.eu/t3216-L-immigration-Arabe-prend-des-formes-inattendues.htm

Écrit par : roland | 26 janvier 2008

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire