Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nigeria

  • Au Nigeria

    Quatre bombes ont fait 24 morts dans le quartier chrétien de Sabon Gari à Kano, la plus grande ville du nord du Nigeria, dans la nuit de lundi à mardi. Les attentats sont attribués à Boko Haram. Ils visaient des terrasses de bars.

  • Les enlèvements de jeunes chrétiennes au Nigeria

    La communauté chrétienne du nord du Nigeria est alarmée par un phénomène qui tend à se répandre : des jeunes filles mineures sont enlevées et contraintes à se convertir à l’islam. Elles sont enlevées et retenues dans les maisons d’émirs ou de responsables religieux radicaux, parfois liés au groupe Boko Haram. Mais « lorsque l’on signale un cas de ce genre à la police, les agents répondent qu’ils ne peuvent rien y faire. Nous croyons parfois qu’ils sont complices » explique Daniel Babayi, secrétaire de l’Association chrétienne du nord du Nigeria.

    Boko Haram affirme que « enlever des femmes chrétiennes fait partie des nouveaux efforts visant à frapper les chrétiens et à les contraindre à quitter le nord ».

    Les écoles constituent l’un des objectifs primaires du groupe. Au début du mois de juillet, plus de 40 personnes, en majorité des élèves, ont été tuées dans le cadre d’une attaque perpétrée contre un collège dans l’Etat de Yobe. Lors d’une autre attaque récente, le dortoir d’un institut a été incendié alors que les enfants dormaient, ceux qui cherchaient à s’enfuir ayant été tués. Boko Haram signifie « l’éducation occidentale est péché » et le responsable de la secte, Abubakar Shekau, a demandé publiquement à ce que les attaques contre les écoles « qui enseignent l’éducation occidentale » se multiplient.

    (Fides)

     

  • Quatre églises incendiées au Nigeria

    Dans le cadre d’une attaque de Boko Haram contre des communautés chrétiennes de l’Etat de Borno, dans le nord du Nigeria, quatre églises ont été incendiées.

    « Malheureusement, je ne dispose pas d’informations précises et je ne sais pas à quelles communautés chrétiennes appartenaient les églises détruites » déclare à l’agence Fides Mgr Ignatius Ayau Kaigama, archevêque de Jos et président de la Conférence épiscopale du Nigeria. L’Etat étant sous le régime de l’état d’urgence, « toutes les communications avec les zones intéressées par les opérations militaires ont été interrompues et il n’est pas possible de se mettre en contact avec l’évêque de Maiduguri. »

  • 70 églises détruites au Nigeria

    Dans l’Etat de Benue (Bénoué), dans l’est du Nigeria, au moins 70 églises ont été récemment détruites par des jihadistes de Boko Haram ou des bergers Fulani, selon une note envoyée à l’agence Fides par Félix Apine, coordinateur de la Commission Justice, Développement et Paix du diocèse de Makurdi. 30 églises de la zone de Gwer occidental ont été incendiées ou complètement détruites, les fidèles ayant fui dans d’autres villages. 40 autres églises ont été rasées dans la zone de Guma. La destruction a concerné également un certain nombre d’écoles primaires et de collèges appartenant au diocèse.

    Une partie notable de ces destructions provient de la recrudescence des attaques des bergers musulmans d’ethnie Fulani contre les agriculteurs chrétiens d’ethnie Tiv.

  • Chrétiens du Nigeria

    Quinze chrétiens ont été égorgés chez eux, dans leur sommeil, vendredi dernier, à Musari, un village du nord-est du Nigeria, proche de la base de Boko Haram.

    Quinze autres chrétiens ont été tués, par balles, lors de l’attaque d’une église, dimanche, pendant l’office, également dans le nord-est du Nigeria.

  • Six morts au Nigéria

    Six personnes au moins ont été tuées par balles la nuit de Noël lors d'une attaque contre une église évangélique dans l'Etat de Yobe, dans la région du Nigeria où opère Boko Haram.

    « Des hommes armés non identifiés ont essayé d'attaquer Potiskum mais ont été repoussés par nos troupes », a expliqué un porte-parole de l'armée. « Alors qu'ils prenaient la fuite, ils ont attaqué une église dans un village qui porte le nom de Jiri. » Puis ils ont incendié l’église.

  • Au Nigeria, 10 chrétiens assassinés

    Dans la nuit de samedi à dimanche, des islamistes ont incendié des maisons appartenant à des chrétiens et massacré dix chrétiens à Chibok, dans l'Etat de Borno.

    Dimanche, trois églises, ainsi que des postes-frontières, ont été incendiés à Gamboru Ngala, également dans l’Etat de Borno.

  • Nigeria : 11 morts

    Un double attentat suicide à la voiture piégée a fait au moins onze morts (dont les deux kamikazes) et trente blessés hier au Nigeria à l’église protestante Saint-André, qui est la chapelle de l’école militaire de Jaji, près de Kaduna.

    La veille, l’armée nigériane avait offert 1,4 million d’euros pour des informations menant à la capture de 19 dirigeants du groupe Boko Haram.

  • Nigeria : une église incendiée

    A la suite d’une rumeur selon laquelle quelqu’un avait blasphémé le prophète, des jeunes musulmans ont incendié une église et des commerces de chrétiens à Bichi, près de Kano. Quatre personnes ont été tuées. Finalement il s’agissait d’une erreur de prononciation…

  • Au Nigeria

    Un kamikaze a fait exploser une voiture bourrée d’explosifs hier dimanche sur la façade de l’église catholique Sainte Rita de Kaduna, au Nigeria.

    Il y a eu 8 morts (dont le kamikaze) et une centaine de blessés.

    De jeunes chrétiens, exaspérés par l'incapacité des autorités à éradiquer la secte Boko Haram, ont ensuite mené des opérations de représailles, au cours desquelles un homme a été brûlé vif avec l’essence de sa mobylette.

  • Au Nigeria

    Un attentat suicide devant une église catholique à Bauchi, capitale de l’Etat du même nom, dans le nord du Nigeria, a fait trois morts (dont le kamikaze), et 48 blessés. Une voiture munie d’une bombe a foncé sur les fidèles qui se faisaient contrôler pour pouvoir entrer dans l’église…

    Le mode opératoire est celui de Boko Haram.

  • Nouveau massacre au Nigeria

    Des hommes ont ouvert le feu hier dans une église évangélique d’Okene dans le centre du Nigeria. Il y a eu 15 morts, et au moins 4 autres personnes sont mortes des suites de leurs blessures dans les heures qui ont suivi.

  • Nigeria : on tue les chrétiens

    Il y a eu hier cinq nouveaux attentats à la bombe contre des églises dans l’Etat de Kaduna, au Nigeria, qui ont fait au moins une vingtaine de morts.

  • 19 chrétiens assassinés hier au Nigeria

    Des hommes armés ont attaqué dimanche matin un lieu de réunion de la communauté chrétienne à Kano, dans le nord du pays, faisant 15 morts et de nombreux blessés.

    A Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno (nord-est), une autre attaque contre une messe a fait quatre morts. Six hommes en voiture ont ouvert le feu sur l'assemblée alors que le prêtre donnait la communion aux fidèles.

    Ces opérations n'ont pas été revendiquées mais portent la marque de Boko Haram.

  • Au Nigeria

    Un nouvel attentat suicide contre une église a fait plusieurs morts et blessés dimanche à Jos pendant la messe. La bombe a explosé avant que le kamikaze entre dans l’église. « Hier matin, les scouts se trouvaient à la porte de la paroisse lorsque la voiture piégée est arrivée avec le kamikaze à son bord. Ils l’ont arrêté et ont commencé à lui poser quelques questions. A ce moment-là a eu lieu l’explosion. Il était 10h 25 et la messe était encore en cours », a raconté à l’Agence Fides Mgr Ignatius Ayau Kaigama, archevêque de Jos.

    L’armée a ensuite tiré sur les gens qui se rassemblaient, ce qui a fait trois autres morts…

    Et il y a eu des représailles dans les quartiers musulmans, qui ont fait à leur tour quelques morts…

    Ce matin, trois autres chrétiens ont été tué, et deux blessés, dans un village près de Jos.

     

  • Au Nigéria

    Un homme au volant d’une voiture piégée est entré dimanche matin dans la plus grande église de « l’Eglise du Christ au Nigéria » (COCIN) à Jos, dans le centre du Nigeria. L’explosion a tué 3 personnes et en a blessé 38 autres. Si la voiture avait pu entrer plus avant, il y aurait eu de très nombreux morts, car il y avait plus de 700 personnes. L’attentat a été revendiqué par la secte islamiste Boko Haram.

  • Au Nigeria

    La cathédrale Saint-Patrick de Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno dans le nord du Nigeria, a été sérieusement endommagée par une bombe, dans le cadre d’une série d’attaques visant aussi des commissariats de police. La semaine dernière, une église et un collège avaient été visés. Maiduguri est le fief des talibans de la secte Boko Haram, ce qui veut dire « l’éducation occidentale est un péché ». Ils avaient été mis en fuite et 200 d’entre eux tués par l’armée nigériane en 2009.

  • Massacre de chrétiens au Nigeria

    Dans la nuit de samedi à dimanche, plus de 500 habitants de trois villages chrétiens ont été massacrés à la machette et brûlés par des éleveurs nomades musulmans, dans l'Etat du Plateau (Jos) au Nigeria.

    Comme c'est généralement la cas, le motif est d'abord ethnique. Les victimes sont des Berom, sédentaires, et les attaquants des Fulani, nomades.

    Il n'empêche que ce sont régulièrement des musulmans qui attaquent des chrétiens. En outre, de récents rapports de sécurité laissaient penser que "des intégristes islamistes" ont encouragé l'attaque contre les Berom.

    Dans un communiqué, le Forum des Chrétiens de l'Etat du Plateau a accusé l'armée nigériane d'être restée passive lors de l'attaque. "Pourquoi les soldats ne sont-ils pas intervenus?", s'est interrogée cette organisation, rapportant que l'armée était arrivée après la fin de l'attaque. "Nous sommes fatigués de ce génocide contre nos frères chrétiens. Nous n'avons plus confiance dans les forces armées nigérianes chargées de la sécurité de l'Etat du Plateau, en raison de leur attitude partiale envers les chrétiens", ajoute le Forum.

    On remarquera le titre de la dépêche de l'Associated Press, coutumière de cette désinformation : "Nouvelle flambée de violences entre chrétiens et musulmans dans le centre du Nigeria".

  • Pour se venger d’un policier musulman, des musulmans incendient… les églises

    Le 21 février, à Kazaure, dans le nord du Nigéria, un officier de police musulman a voulu arrêter un automobiliste musulman pour une infraction routière, mais le conducteur a refusé de s'arrêter. Le policier l'a poursuivi, l'a rattrapé et l'a violemment frappé après l'avoir sorti du véhicule. Le conducteur est mort de ses blessures avant son arrivée à l'hôpital.

    La foule musulmane s'est rassemblée et a essayé de prendre d'assaut le poste de police. Quand ils ont vu qu'ils n'y parviendraient pas, ils se sont retournés contre les chrétiens de la ville : ils ont incendié plusieurs magasins appartenant à des chrétiens et les huit églises de la ville.

    (via Bivouac-ID)

  • Sunnites contre chiites au… Nigeria

    Cinq chiites ont été tuées et des dizaines de maisons incendiées vendredi lors de représailles sunnites, à Sokoto, dans le nord du Nigeria.

    Ces violences ont éclaté après l'assasinat de l'imam Umar Dan-Maishiyya mercredi à Sokoto. Les sunnites avaient accusé les chiites de l'avoir assassiné, ces derniers ayant rejeté ces accusations.

    Depuis quelques années les heurts entre les deux communautés sont récurrents. Pendant le premier semestre 2005, des batailles entre les deux groupes pour le contrôle de la grande mosquée de la ville avaient fait au moins une dizaine de morts.

    En juin 2005, de nouveaux affrontements s'étaient soldés par de nombreux blessés et l'arrestation de Umar Dan-Maishiyya, considéré comme l'un des meneurs des attaques anti-chiites. Après sa détention, une foule de sunnites en colère avait détruit un bâtiment gouvernemental à Sokoto.

    Depuis le début du XIXe siècle, Sokoto est un « sultanat », certains sultans ayant même la prétention au califat. Le sultan porte aussi le titre de sheikh et de commandeur des croyants. Aujourd’hui il est automatiquement président du Conseil suprême des Affaires islamiques du Nigeria (NSCIA). L’actuel sultan, Alhaji Muhammadu Saad Abubakar, règne depuis novembre 2006, après la mort de son prédécesseur, un de ses frères, dans un accident d’avion. Son père, qui a régné 50 ans, avait eu 50 enfants. La « famille royale » comprend un millier de membres…