Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Légumes au charbon

J’ai entendu hier aux "informations" (sic) télévisées une sorte de spécialiste affirmer que « les légumes cultivés à proximité génèrent 30 fois moins de carbone que les légumes importés ».

Tout est absurde dans cette phrase, mais je constate sur internet que c’est désormais le langage courant.

Il est évident que les légumes n’ont jamais « généré » de carbone.

Il faut tout « décarboner », il faut réduire « l’empreinte carbone »… Par « carbone » on entend gaz carbonique. Mais le gaz carbonique est nécessaire à la vie, alors que « carbone » tout court fait allusion au charbon, dont l’utilisation est « très mauvaise pour la planète »…

C’est à peu près comme si on disait « charbon » pour dire « air ».

Si les légumes rejettent du gaz carbonique la nuit, ils en absorbent bien davantage dans la journée, précisément pour vivre et se développer…

Donc la brave ménagère devant sa télé apprend que les légumes importés produisent du charbon, et que ceux qui poussent près de chez elle aussi, mais 30 fois moins.

Ce « 30 fois » lui-même ne correspond évidemment à rien : ils ne prennent en compte ni les distances (puisque ce sont les transports qui « génèrent du CO2 ») et que ces distances peuvent varier de quelques centaines de kilomètre à plusieurs milliers, et par avion ou par camion ou par bateau ce n’est pas la même chose, ni les modes de culture (en plein champ, sous serre chauffée, avec beaucoup ou peu d’engrais et traitements, etc.).

Si l’on veut privilégier les légumes de la région c’est pour des raisons naturelles et de bon sens, pas par refus idéologique, devenu mythologique, de légumes qui « génèrent du carbone »…

Commentaires

  • si c'est une manière de dire qu'il est préférable de consommer des carottes produites chez le maraîcher du coin plutôt que des carottes produites en Nouvelle Zélande et acheminées par tout moyen de transport polluant, à goût et qualité comparables, cela semble évident.

  • C’est surtout prendre les gens pour des cons !
    Il est inutile de faire de grandes démonstrations pour faire comprendre aux gens d’acheter en circuit court !
    A moins d’être crétin, il est facile de comprendre qu’acheter des patates local du producteur du coin, est plus vertueux que de prendre celles qui viennent d’Australie !
    Pourquoi ? Mais parce que vous connaissez Trifouilli sur Causson ( près de chez vous ! ) et pas Kangaroo on Cooper ! ( combien d’heures d’avion ?)
    Pas besoin de rajouter du carbone, des radiations ( du lait) ukrainiennes… ou je ne sais quoi !

  • C'est amusant, j'ai regardé la même source que vous et je me suis fait exactement la même réflexion.
    Bof, une goutte d'eau non recyclée dans un océan nauséabond.
    Cordialement.

  • Notre grosse légume de l'Elysée a une empreinte carbone assez élevée.

Écrire un commentaire

Optionnel