Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Référendum

Quelques témoignages recueillis par Eva Karene Bartlett à Donetsk :


Depuis huit ans notre Donbass est constamment bombardé. Des enfants meurent ; des gens meurent et c’est très effrayant. L’avenir a été volé à nos enfants. Les gosses ne savent pas ce qui les attend le lendemain. Nous ne savons pas ce qui nous attend demain. Nous voulons que le monde entier nous entende, que l’Europe nous entende, que les Etats-Unis nous entendent. Que ce n’est pas juste un jeu à sens unique, qu’il n’y a pas deux poids deux mesures, nous voulons que tout le monde soit traité de la même façon. Nous voulons que vous compreniez que des gens vivent réellement ici, et qu’ils ont le droit de choisir. Et nous vous demandons de nous laisser aller, enfin. Nous voulons vivre dans la Fédération de Russie. Nous voulons vivre avec des gens qui nous comprennent, qui nous soutiennent, et font certaines choses pour nous tout le temps. Donc, s’il vous plaît, laissez-nous partir. Nous espérons des choses réellement positives du référendum. Nous attendons de réelles décisions du référendum, de sorte que nous arrêtions les bombardements. Pour que finalement nous vivions en paix, pour que nos enfants aient un avenir, et pour que nous soyons réunis à nos familles et puissions communiquer avec nos familles qui sont séparées de nous. Et, finalement, pour que nous puissions définir un avenir pour nos enfants. Merci.



Nous sommes très heureux que cela arrive finalement. Eh bien, que puis-je dire d’autre ? Nous avons attendu longtemps que ça arrive, voilà pourquoi nous sommes follement heureux.

Je pense que ce sera mieux. D’abord, une vie en paix. Il y aura du travail, les salaires seront décents, meilleurs. Quoi d’autre… Je pense que la paix est toujours bonne, nous pensons qu’avec l’arrivée de la Russie nos vies deviendront paisibles.

Ces huit dernières années, c’était dur, très dur. Avec le travail, problèmes de salaires. Des bombardements constants. On marche et on regarde autour de soi avec une tension nerveuse.



J'ai voté au travail. Nous sommes pour la Russie, nous faisons partie de la Russie, nous avons toujours été avec la Russie et nous sommes très heureux qu'on nous ait demandé de voter même s'il y a des combats en ce moment. Nous voulons rentrer chez nous.



C'est un événement très attendu. Nous l'attendons depuis 8 ans, comme un retour à la maison. Cela fait longtemps que nous ne sommes pas en Ukraine. Nous avons une mentalité complètement différente. Je crois que la Russie est notre patrie, et nous retournons dans notre patrie.



(Un retraité qui a fait bénévolement de sa voiture un bureau de vote itinérant) Pourquoi faites-vous cela ? – Pour rejoindre la Russie plus vite. Les Ukrops me rendent malade. Bon, il y a des bombardements, mais nous y sommes habitués. Le principal est que la paix vienne vite et tout le reste ira bien. Je crois que le résultat du référendum sera positif. Tous les gens ici sont d’accord pour que ça aille plus vite. Il n’y avait pas de guerre en Russie. Tout ira bien. Alors le pays trouvera la paix plus vite.



(Une femme qui fait du porte-à-porte pour le référendum). Les bombardements dans mon quartier, je ne peux pas dire que nous y soyons habitués. Il est impossible de s’y habituer. Mais nous avons compris qu’il valait mieux qu’un petit nombre d’entre nous prenne le risque plutôt que les résidents. C’est pourquoi nous faisons voter dans les maisons. Il y a des bombardements tout le temps, le soir, le matin, et hier une petite fille a été tuée près d’ici. C’est pourquoi nous avons organisé cela : pour que les gens restent chez eux. (En occident on dit que ce référendum est une imposture, qu’est-ce que vous répondez ?) Prouvez quelque chose à quelqu’un n’est pas notre but principal, vous comprenez ? Parce que huit années et demie de notre vie ici dans ce quartier ont montré qu’il était inutile de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Nous vivons la vie et les valeurs et les traditions que nous avons. Donc je ne sais pas comment le prouver. Nous vivons seulement à notre façon.

(Une autre femme de l’équipe) Nous voulons marquer un point. Nous avons rassemblé toutes nos dernières forces et nous voulons finir le boulot avec ce référendum et prouver que nous sommes réels. Pour exprimer notre volonté.

(La première reprend la parole) Vous savez, je pourrais dire de façon générale que l’événement de ces jours-ci, c’est davantage une formalité pour nous, pour les résidents de la République populaire de Donetsk. Nous avons pris notre décision il y a huit ans et demi, vous savez ? Nous ne pouvions pas le faire, nous le faisons maintenant.

Capture d’écran 2022-09-26 à 17.44.21.png

Capture d’écran 2022-09-26 à 17.48.02.png

Il y a d’abord le soldat et l’enfant. Le soldat est là pour protéger un groupe de femmes qui font voter dans la rue. Il se tient à distance pour ne pas interférer (on voyait cela aussi dans le bus filmé par Graham Phillips, le soldat se tenant tout à l’arrière du bus). - En Occident on dit qu’on vous force à voter. Avez-vous été forcée à voter, et avez-vous quelqu’un qui était obligé de le faire ? – Non, personne ne m’a obligée. Je réside dans ce quartier, j’ai voté volontairement. Beaucoup de gens demandent : où je peux voter, et quand ? Et nous le leur expliquons si nous le pouvons. (Êtes-vous fière qu’il y ait ce référendum ?) Bien sûr nous en sommes fiers. Nous avons attendu tant d’années que cela arrive. Notre réunion sera, comme on dit, un retour à la maison.

*

Capture d’écran 2022-09-26 à 18.57.29.png

A la sortie du marché de Marioupol on fait la queue pour participer au référendum.

*

La vidéo de Patrick Lancaster à Marioupol :

Pour avoir les sous-titres en français (de la traduction en anglais de ce que disent les gens), cliquer sur la roue dentée en bas à droite, puis sur "sous-titres", puis sur "traduire automatiquement", puis dérouler la liste et cliquer sur "français".

Commentaires

  • Ce peuple fait honneur à tous les peuples qui aspirent à la liberté.
    Merci à Yves Daoudal de nous le rendre si proche.

  • Stratégiquement, je me demande ce que Poutine va faire après... Si un seul grand pays d'Europe occidentale était gouverné par des honnêtes gens, cela pourrait se terminer par un traité. Un seul... Lequel ?

  • Bravo à eux. Pendant de temps-là un soldat ukronazi fait bouillir une tête (de soldat russe ?) dans une casserole. L'honneur d'un côté, l'ignominie de l'autre.

  • Ouais, c'est pas le plus terrible, comme torture, de se voir bouillir la tête coupée. Saint Jean l'Evangéliste aurait été bouilli dans l'huile par Domitien et en serait sorti vivant. Je me demande si ce n'est pas pire.
    Franchement, on minimise tout ce que Parmentier a apporté à la civilisation ! L'huile bouillante (un tiers saindoux, un tiers graisse de bœuf, un tiers graisse de cheval), c'est pour les frites : dix à douze minutes dans le premier bain, un quart d'heure à vingt minutes de repos pour se taper le pastis, quatre minutes dans le second bain. Pendant ce temps, faites cuire l'onglet ou l'aloyau au poivre une à deux minutes de chaque côté, flambez-le au whisky, parsemez-le amoureusement de persil, fichez-moi ça dans le four préchauffé à 60° sur une assiette retournée, racouillez les graisses, un soupçon de flotte, une belle cuiller de crème, sortez les frites, sel, poivre. Dressez pour vous seul, si vos bonnes femmes sont anti-frites !

  • On peut le faire avec du foie de veau. Ma recette : faites revenir l'oignon coupé en tout petits morceaux à froid (faut jamais que ça crame l'oignon !) dans un peu d'huile. Ajoutez un peu de bouillon de légumes, du cumin, un demi-verre de vin blanc, le jus d'un demi-citron. Faites diminuer et réservez dans un petit bol.
    Une alternative aux frites pour le foie, c'est le riz à la japonaise. Vous lavez le riz. Quand il est propre, vous le mettez dans une casserole avec un peu d'eau au-dessus du riz. Couvrez et mettez à bouillir le plus délicatement possible. Si vous êtes éjaculateur précoce, vous avez le temps d'aller baiser la geisha dans le salon... Non, je blague... Vous avez moins de cinq minutes pour allumer la poil (pardon, la poêle) où vous avez fait revenir les oignons et que vous n'avez SURTOUT pas nettoyée, y saisir la tranche de foie de veau farinée. Ajoute le persil, balance la sauce (comme dirait la geisha... Ah ! Ah ! Quel esprit, ce Stavrolus !) pendant que le foie repose dans le four à 60°, envoyez le riz ou les frites. On se lèche les doigts. C'est vrai que c'est encore mieux avec une geisha !

  • j'ai porté plainte contre le nommé Stradivarius ou je ne sais quoi cet induvidi sinon contre le tenancier de ce BMC répugnant pour qui j'ai encore du respect j'en aurais davantage s'il daignait honorer de sa présence le club des hommes en noir ou tvlibertés
    mon arrière-grand-oncle qui était cousin par alliance de la belle-sœur d'Elephant man n'aurait pas toléré que l'on se moquât de la sorte de mon illustre famille et qu'on prétendît que j'en eusse menti quand je déclarai que les professeurs de gymnastique du lycée Ampère nous attiraient contre eux et se manstupraient dans nos chaussettes j'en ai souffert mais moins que mon arrière-arrière grand père qui fut torturé à la gégène par napoléon en personne
    le sinistre personnage qui s'occupe de ce sinistre site qur les imbéciles et les crétins incultes appellenr un "blog" devrait réfléchir à ce qu'il risque de lui arriver en publiant les immondes calomnies, diffamations et autres cochonneries de cet infect individu qui se fait appeler Travelus ou Stradivlus ou je ne sais quio
    Signé : Théofrède

  • @Stav: ouvrez un restaurant, vous n'aurez que des hommes comme clients. Nos "bonnes femmes" ne sont pas anti-frites, elles sont anti graisses. Et il n'y a rien de meilleur pour les neurones et le coeur que les graisses animales, n'en déplaise à tous les diététiciens anglo-germano-manipulateurs (perplexes devant le "paradoxe français". Du temps de Rubens nous avions les trois grasses, maintenant ce sont les trois anorexiques.

Écrire un commentaire

Optionnel