Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La contre-offensive

Voilà trois mois que l’on nous annonce tous les jours la contre-offensive de l’armée ukrainienne sur Kherson. C’est assez pathétique de voir les braves militants de la cause ukrainienne répéter tous les jours ce qui ne vient jamais. Mais il est plus pathétique encore de voir la grande presse internationale relayer cette propagande sans jamais vérifier ce qu’il en est. Sans même regarder les cartes du front établies quotidiennement et qui montrent toutes qu’il n’y a quasiment aucun mouvement.

Il paraît que l’intérêt de la presse quotidienne est qu’on peut tabler sur le fait que lecteur du jour a oublié ce qu’il a lu la veille et qu’il achètera donc le journal du lendemain.

Un exemple caricatural vient d’être donné par le Washington Post. Le 11 août, ce journal annonçait : « Une offensive sud s’ouvre dans la guerre en Ukraine » (ayant oublié que le 29 juin, par exemple, il annonçait déjà : « L’Ukraine regagne du territoire lors d’une contre-offensive majeure »).

Le lendemain 12 août, le même journal titrait :

Sur les lignes de front de Kherson, peu de signes d’une offensive ukrainienne.

Que s’est-il passé ? Le 11 août, le Washington Post publiait comme à l’ordinaire la propagande fournie par le gouvernement ukrainien. Le 12, sans s’apercevoir de la contradiction, il publiait un reportage sur place de quatre journalistes qui disaient le contraire parce qu’ils avaient constaté le contraire…

Extraits :

Dans des tranchées à moins d’un mile des positions russes dans la région, les soldats ukrainiens s’abritent face à une escalade d’artillerie, avec peu de capacité à avancer. Les progrès accomplis par les forces ukrainiennes ces derniers mois — en reprenant une série de villages sous le contrôle de la Russie — sont en grande partie au point mort, les soldats étant exposés en terrain découvert.

Les routes que les soldats empruntent parmi les champs de blé brûlés sur les lignes de front sont criblées de cratères des frappes précédentes, guidées par les drones russes Orlan qui leur permettent de choisir des cibles. « Il n’y a nulle part où se cacher », déclare Youri, qui combat ici sans interruption depuis le début de la guerre. Son unité dispose d’un stock méli-mélo : des armes antichars modernes et une mitrailleuse soviétique fabriquée en 1944, et l’objectif ici est de tenir la ligne.

Les responsables militaires ukrainiens sont discrets sur tout calendrier pour une poussée plus large, mais disent qu’ils ont besoin de plus de fournitures d’armes occidentales avant que cela ne puisse se produire. L’Ukraine n’a pas la capacité de lancer une offensive à grande échelle où que ce soit le long de la ligne de front de 1.200 milles, reconnaît un responsable de la sécurité.

Un long article à paraître dans la London Review of Books détaille tout ce que le journaliste James Meek a vu à Mykolaïv (ville symétrique de Kherson par rapport à la ligne de front, en russe Nikolaiev).

Une femme m’emmène voir l’école de sa fille, détruite par des missiles russes. Au lieu d'accuser la Russie d'avoir tiré des missiles sur l'école, elle reproche à l'Ukraine d'y avoir cantonné des soldats. Lorsque je lui ai demandé quels étaient les objectifs de Poutine, elle a répondu : « Je ne sais pas. Il doit avoir ses raisons pour ce qu'il fait. » Pense-t-elle que ce qu'il fait est juste ? « Je ne me mêle jamais de politique. » Elle mentionne que les salaires en Crimée annexée par la Russie sont plus élevés qu'en Ukraine. Au début des combats, lorsque les troupes russes approchaient de Mykolaiv, elle s’est mise en colère à cause de la proximité des véhicules blindés ukrainiens par rapport à sa maison. Elle est née en Russie. Elle est mécontente que l'enseignement de la langue russe disparaisse en Ukraine. Elle déclare que les gens sont punis pour avoir utilisé le russe. Quand elle a dit qu'elle avait été surprise d'apprendre que l'Ukraine avait une armée puissante, j'ai pensé qu'elle faisait preuve d'un patriotisme ukrainien inattendu. Mais en y repensant, je réalise qu'elle exprimait sa déception de voir que l'armée ukrainienne n'avait pas fondu, comme Poutine s'y attendait. Elle a dit qu'elle était parfaitement heureuse dans une Ukraine indépendante avant l'invasion, mais que sa position était maintenant claire : elle préférait que Poutine gagne et prenne rapidement ce qu'il veut.

Un autre homme bien informé m’a dit ce que la plupart des habitants ne diraient pas, qu’après une frappe dévastatrice sur une caserne de Mykolaïv en mars, qui a tué des dizaines et peut-être des centaines de marines, les autorités ont adopté une politique de dispersion, avec de petits groupes de personnel ukrainien se dispersant la nuit dans un large éventail de bâtiments, y compris des écoles.

Une poignée de villages ont été libérés au nord de la tête de pont russe et l’Ukraine a pris pied sur la rive hostile d’un petit fleuve, l’Ingoulets. Mais principalement, les deux camps restent à quelques kilomètres l’un de l’autre, avec plus de lignes d’artillerie plus en retrait. Dans le paysage plat et à découvert, toute tentative d’un côté de franchir les lignes de l’autre est sujette à des tirs meurtriers de missiles et de canons antichars, ou à des bombardements. Les deux camps lancent des drones pour espionner les cibles d’artillerie ; lorsque l’artillerie tire, elle devient la cible de l’artillerie adverse.

La Russie a un avantage écrasant dans tous ces domaines. Elle a plus de canons d’artillerie et de roquettes que l’Ukraine, dans une large marge. Elle a plus d’avions d’attaque et d’hélicoptères. Elle a plus de missiles anti-aériens pour abattre les drones ukrainiens et un avantage écrasant dans les systèmes de guerre électronique pour les brouiller. « C’est plus facile pour eux, déclare Sasha. Ils transportent des obus par chemin de fer, par wagons entiers. Ils les déchargent avec des grues. Ils creusent des abris avec des bulldozers. Ils tirent des roquettes du matin au soir comme si elles sortaient d’une machine. C’est honteux de l’admettre – ils ont des drones qui nous survolent 24h/24 et 7j/7, et nous en avons un. »

L’Ukraine a bien caché son armée, mais même ainsi, l’absence à Mykolaïv et dans la campagne environnante des signes d’une accumulation d’équipements, de troupes et de fournitures auxquelles on pourrait s’attendre pour une contre-offensive est frappante. Il y a une limite à ce que vous pouvez déplacer la nuit. Si l’Ukraine utilise sa mobilisation tant vantée pour élargir son armée avec de nouvelles unités pour reprendre Kherson, cela se fait avec une furtivité extraordinaire – ou cela prend simplement beaucoup de temps pour intégrer un éventail chaotique d’armes étrangères et de recrues non formées. Sasha était timide au sujet des pertes de son unité, mais il a dit qu’elles n’avaient pas été remplacées.

Écrire un commentaire

Optionnel