Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aux Etats-Unis

Au Kansas, un amendement à la constitution soulignant que celle-ci ne contient pas de droit à l’avortement a été rejeté par référendum, le 2 août, par 59% contre 41%.

C’est une surprise dans un Etat considéré comme pro-vie. (L’avortement y est légal jusqu’à la 20e semaine mais le nombre d’avortoirs est passé de 23 en 1982 à 4 en 2014. Immédiatement après le vote, le Planning familial a annoncé l’ouverture d’un cinquième avortoir…)

Le texte disait ceci :

Réglementation de l'avortement. Parce que les Kansasiens accordent de l'importance aux femmes et aux enfants, la constitution de l'État du Kansas n'exige pas le financement de l'avortement par le gouvernement et ne crée ni ne garantit un droit à l'avortement. Dans la mesure permise par la Constitution des États-Unis, le peuple, par l'intermédiaire de ses représentants et sénateurs élus, peut adopter des lois concernant l'avortement, y compris, mais sans s'y limiter, des lois qui tiennent compte des circonstances d'une grossesse résultant d'un viol ou d'un inceste, ou des circonstances de nécessité pour sauver la vie de la mère.

*

Le gouverneur de l’Indiana a promulgué vendredi une loi adoptée le même jour par les députés par 62 voix contre 38, et auparavant par les sénateurs par 28 contre 19, qui interdit l’avortement sauf en cas de viol ou d'inceste dans les 10 premières semaines de grossesse, dans les cas où la vie de la mère est en danger ou si une malformation létale est détectée sur le fœtus. Ces avortements ne pourront être réalisés qu’à l’hôpital.

C’est la première loi contre l’avortement adoptée aux Etats-Unis depuis le renversement de l’arrêt Roe contre Wade (compte non tenu des lois qui entraient en vigueur automatiquement après la décision de la Cour suprême). Il restait 7 avortoirs privés dans l’Etat.

Commentaires

  • Puisque les hommes politiques se sont arrogé le droit de vie ou de mort sur les innocents, le cirque ne fait que commencer.
    Tant mieux si des bébés sont sauvés de l'assassinat dans certains états, mais le fond du problème reste entier.

Écrire un commentaire

Optionnel