Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vengeance

En 1993 Alexandre Soljenitsyne était venu en Vendée, à l'invitation de Philippe de Villiers, à l'occasion de l'inauguration du Mémorial de la Vendée aux Lucs-sur-Boulogne. Il avait alors prononcé une allocution évidemment remarquée, qui commençait ainsi:

"Il y a deux tiers de siècle, l’enfant que j’étais lisait déjà avec admiration dans les livres les récits évoquant le soulèvement de la Vendée, si courageux, si désespéré. Mais jamais je n’aurais pu imaginer, fût-ce en rêve, que, sur mes vieux jours, j’aurais l’honneur inaugurer le monument en l’honneur des héros des victimes de ce soulèvement."

La gauche était furieuse, et pouvait reprendre sa campagne de 1974, quand l'intelligentsia européenne avait découvert avec horreur que Soljenitsyne expulsé d'URSS n'était pas un bon dissident (par exemple trotskiste) mais un fieffé réactionnaire.

Mais la gauche n'avait pas le pouvoir d'empêcher que le nom de Soljenitsyne soit donné à un collège de Vendée, à Aizenay, en 2005.

Aujourd'hui, la guerre en Ukraine est l'occasion dont on ne rêvait pas d'effacer cette tache. Les syndicats d'enseignants Sud, CGEN-CFDT, CGT, FA, et Attac, ont lancé une pétition pour que lui soit donné le nom d'un "poète ukrainien", comme ils disent : Voline.

Ils expliquent:

"Peu avare de compliments envers le dictateur russe qui lui décerna le prix d'État, Soljenitsyne partageait avec lui sa vision de l'unité de la Russie (donc l'annexion de l'Ukraine), un patriotisme aveugle et une fascination pour les régimes autoritaires."

Quant à Voline:

"Voline était un poète ukrainien condamné en Russie tsariste pour insurrection. Réfugié en France, il dut la fuir suite à un mandat d’arrêt à cause de ses prises de position antimilitaristes lors de la Première Guerre mondiale."

En réalité Voline était l'un des principaux théoriciens de l'anarchisme en Russie, et l'un des fondateurs du premier soviet de Saint-Pétersbourg lors de la révolution de 1905.

On comprend que parmi les signataires de la pétition figure aussi (ce que tait pudiquement le journal local), la Fédération anarchiste.

Commentaires

  • On pourrait renommer ce collège Léonid Brejnev, autre Ukrainien célèbre !

  • Soljenitsyne incarne tout ce que haïssent les maîtres du "caniche français" : j'emprunte l'expression entre guillemets à Alain Soral qui fait aussi un rapprochement intéressant entre les juifs qui financent les Ukro-nazis et les "libéraux" "chrétiens" qui ont laissé Staline mettre la main sur la moitié de l'Europe chrétienne. Il aurait pu ajouter que ces mêmes soi-disant libéraux soi-disant chrétiens ont choisi la capitale catholique du Japon, Nagasaki, pour étrenner la bombe au plutonium.
    Si les merdias parviennent à continuer de minorer pour l'opinion publique la place de l'idéologie nazie dans l'histoire récente de l'Ukraine, les BHL et autre Glucksmann junior n'auront pas trop de souci à se faire. Sinon, la contradiction pourrait peut-être les obliger à clarifier leurs positions. C'est évidemment peu probable : cela fait soixante-cinq ans qu'Israël applique le nazisme contre les Palestiniens, et personne n'y voit que du feu.
    Le problème de notre pauvre monde, c'est qu'il est ttttttttttrrrrrrrrrrrèèèèèèèèès hypocrite.

  • 75 ans, pardon...

Écrire un commentaire

Optionnel