Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Zelensky et Pandora

Capture d’écran 2022-03-10 à 16.21.48.png

On a complètement oublié aujourd’hui qu’en septembre-octobre dernier Volodymyr Zelensky avait été quelque peu bousculé par les révélations des Pandora Papers. Car si l’on sait qu’il a 1,5 million de dollars en banque, cinq maisons luxueuses et cinq voitures de luxe, il est difficile de savoir ce qu’il cache. Toutefois les Pandora Papers ont levé un coin du voile sur le réseau de sociétés offshore qu’il a utilisé, ainsi que ses partenaires dans sa société de production télévisée, Kvartal 95, dont Serhiy Shefir qui est aujourd’hui son principal assistant présidentiel, ou Ivan Bakanov qui dirige le service de sécurité de l'Ukraine. Laquelle société de production télévisée était liée à l’oligarque Kolomoisky, qui a soutenu la campagne de Zelensky (dont les premiers mots de président élu a été « Merci Kvartal 95 »). Le procureur général que Zelensky avait nommé pour lutter contre la corruption, Ruslan Ryaboshapka, a été remercié par le même Zelensky quelques mois plus tard. Pour Ruslan Ryaboshapka, cette éviction résulte d’une pression de Kolomoisky…

Voici la traduction d’un article d’Elena Loginova publié le 3 octobre 2021 en anglais sur OOCCRP, et en ukrainien sur Slidstvo.Info Ukraine. Il est très long, trop long, mais pittoresque (à vrai dire l'essentiel est dit dans les premiers paragraphes), et montre bien que le président ukrainien n'a rien à voir avec le personnage de fiction qui l'a propulsé à la présidence. Il y a aussi un documentaire vidéo sur le sujet, en russe sous-titré en anglais.

 

L'acteur Volodymyr Zelensky est entré en trombe à la présidence ukrainienne en 2019 sur une vague de colère publique contre la classe politique du pays, y compris les dirigeants précédents qui ont utilisé des sociétés fictives pour planquer leur richesse à l'étranger.

Maintenant, des documents ayant fait l'objet d'une fuite prouvent que Zelensky et son cercle proche ont eu leur propre réseau de sociétés offshore. Deux d'entre elles, appartenant aux partenaires du président, ont été utilisées pour acheter de coûteuses propriétés à Londres.

Les révélations proviennent des documents des Pandora Papers, des millions de fichiers provenant de 14 prestataires de services offshore qui ont été divulgués au Consortium international des journalistes d'investigation et partagés avec des partenaires du monde entier, dont l'OCCRP.

Les documents montrent que M. Zelensky et ses partenaires d'une société de production télévisuelle, Kvartal 95, ont mis en place un réseau de sociétés offshore depuis au moins 2012, année où la société a commencé à produire régulièrement des contenus pour des chaînes de télévision appartenant à Ihor Kolomoisky, un oligarque poursuivi par des allégations de fraude portant sur plusieurs milliards de dollars. Les associés de Zelensky se sont également servis de ces offshores pour acheter et posséder trois propriétés de premier ordre dans le centre de Londres.

Les documents montrent également que, juste avant son élection, il a fait don de sa participation dans une société offshore clé, la Maltex Multicapital Corp. enregistrée dans les îles Vierges britanniques, à son partenaire commercial, qui allait devenir son principal assistant présidentiel. Et malgré la cession de ses parts, les documents montrent qu'un arrangement a rapidement été conclu pour permettre à la société offshore de continuer à verser des dividendes à une société qui appartient désormais à sa femme.

Comédien et acteur célèbre depuis les années 2000, Zelensky a commencé son ascension politique quelques années après avoir tenu le rôle principal dans la satire politique "Serviteur du peuple", qui a commencé à être diffusée sur le réseau de l'oligarque en 2015. L'émission mettait en scène Zelensky dans le rôle d'un humble professeur d'histoire dont la diatribe anti-corruption en classe est filmée par un étudiant, devient virale en ligne et lui fait gagner le bureau national.

Dans ce cas où la vie imite l'art, Zelensky a fini par remporter la présidence ukrainienne dans le monde réel, trois ans et demi seulement après le lancement de l'émission, avec plus de 73 % des voix.

Zelensky a tiré parti de la colère générale du public contre la corruption, mais sa campagne de 2019 a été marquée par des doutes quant à sa bonne foi dans la lutte contre la corruption, étant donné que sa campagne a été stimulée par des médias appartenant à Kolomoisky - qui est accusé d'avoir volé 5,5 milliards de dollars américains de sa propre banque et de les avoir transférés à l'étranger de concert avec son partenaire, Hennadiy Boholiubov.

Dans le feu de la campagne, un allié politique du président sortant Petro Porochenko a publié sur Facebook un tableau censé montrer que M. Zelensky et ses partenaires de production télévisuelle étaient bénéficiaires d'un réseau de sociétés offshore qui auraient reçu 41 millions de dollars de la Privatbank de M. Kolomoisky.

Cet allié, Volodymyr Ariev, n'a pas fourni de preuves, et ses accusations n'ont jamais été prouvées. Mais les "Pandora Papers" montrent qu'au moins certains des détails de ce prétendu stratagème correspondent à la réalité. Les documents divulgués montrent des informations sur 10 entreprises du réseau qui correspondent aux structures détaillées dans le tableau d'Ariev.

Les nouveaux documents montrent qu'une partie du réseau était gérée avec l'aide de Fidelity Corporate Services, une société de conseil offshore qui était l'une des 14 entreprises dont les documents font partie de la fuite des "Pandora Papers". Les documents montrent que Zelensky et ses partenaires ont utilisé des sociétés basées dans les îles Vierges britanniques (BVI), au Belize et à Chypre.

Deux des associés de Zelensky dans le réseau offshore, qui faisaient également partie de sa société de production télévisée, occupent aujourd'hui des postes importants. Serhiy Shefir est le principal assistant présidentiel de Zelensky, tandis qu'Ivan Bakanov dirige le service de sécurité de l'Ukraine.

Ces postes importants comportent également des risques. Serhiy Shefir a échappé de justesse à une tentative d'assassinat lorsque sa voiture a été la cible de tirs à l'extérieur de Kiev le 22 septembre. Il est sorti indemne, mais son chauffeur a été blessé.

Zelensky s'est engagé à plusieurs reprises à lutter contre les oligarques. Le lendemain de l'attaque contre Shefir, le parlement du pays a adopté un projet de loi visant à créer un registre des oligarques et à leur interdire de financer des partis politiques ou de participer à des privatisations. M. Zelensky a déclaré que la tentative d'assassinat de M. Shefir recevrait une réponse forte et n'influencerait pas sa lutte contre les intérêts particuliers.

Un porte-parole de Zelensky s'est refusé à tout commentaire. Shefir et Bakanov n'ont pas répondu aux questions.

Borys, le frère de Serhiy Shefir, qui est copropriétaire de Maltex Multicapital Corp, a déclaré qu'il pouvait effectivement être propriétaire, mais qu'il ignorait les détails de l'arrangement offshore, qui était en grande partie l'œuvre du chef des services de sécurité ukrainiens, Bakanov.

"Bakanov était notre directeur financier, il a mis en place les schémas financiers de notre société. En toute honnêteté, il ne m’est pas possible de vous répondre", a-t-il déclaré.

Borys Shefir a déclaré que ces arrangements offshore étaient nécessaires en raison de la menace que représentaient pour la société "les autorités et les bandits." Les membres de Kvartal 95 s'efforcent de se défaire de leurs activités offshore, mais c'est un processus lent et difficile, a-t-il dit.

On ne sait pas très bien à quoi servait la majeure partie du réseau offshore, mais une réponse partielle au mystère se trouve à Baker Street à Londres, près de la résidence d'un autre célèbre personnage de fiction : Sherlock Holmes.

Les documents de Pandora Papers montrent qu'une société du réseau a été utilisée pour acheter un appartement à Londres, à quelques pas du musée qui se trouve maintenant au 221b Baker Street, l'adresse du légendaire détective de Sir Arthur Conan Doyle. Ce quartier est l'un des quartiers les plus chers de Londres, que privilégient les investisseurs étrangers utilisant des sociétés écrans anonymes.

Cet appartement de trois chambres sur Glentworth Street a été acheté pour 1,58 million de livres (2,28 millions de dollars) en 2016 par une société bélizienne appartenant à Shefir, SHSN Limited. Un appartement de deux chambres situé à proximité dans l'immeuble Chalfont Court de Baker Street, acheté par Shefir pour 2,2 millions de livres (3,5 millions de dollars) en 2014, a également été transféré à SHSN Limited en 2018.

Les documents montrent également qu'un autre actionnaire de Kvartal 95, Andrii Iakovlev, a obtenu un appartement d'environ 1,5 million de livres (2,3 millions de dollars) dans l'immeuble Westminster Palace Gardens, à quelques pas du Parlement, en 2015 après que sa société BVI a acheté une autre société BVI qui possédait la propriété.

Lorsqu'il a été contacté par un journaliste, Iakovlev a déclaré : "Jeune femme, je ne parle pas avec des gens que je ne connais pas. Contactez nos avocats."

Iurii Azarov, un avocat ukrainien qui a travaillé pour Zelensky et ses partenaires et dont le nom apparaît sur certains des documents trouvés dans les Pandora Papers, a également refusé de commenter.

Rien n'indique que Zelensky lui-même ait pris part aux transactions immobilières à Londres. Cependant, les documents montrent qu'il était un acteur clé dans d'autres parties du réseau offshore.

Au centre du réseau de sociétés étrangères se trouve Maltex Multicapital Corp, qui n'avait jamais été liée à Zelensky auparavant.

En 2017, Maltex était divisée à parts égales entre des sociétés écrans appartenant à Zelensky, Iakovlev et les frères Serhiy Shefir et Borys Shefir. Ivan Bakanov, un autre associé de Kvartal 95 qui occupe aujourd'hui le poste de chef de la police secrète ukrainienne, était le bénéficiaire d'une autre société qui faisait office de prête-nom et de fiduciaire de Maltex pour les quatre autres hommes.

Zelensky, ainsi que sa femme, possédaient un quart de Maltex par l'intermédiaire d'une société enregistrée au Belize appelée Film Heritage. Mais en 2019, dans le feu de la campagne électorale de Zelensky, Film Heritage a transféré sa propriété de Maltex à une autre société appartenant à Serhiy Shefir, le futur assistant en chef du président. Les documents de transfert ont été préparés par Iurii Azarov.

L'opération a permis à Zelensky de s'éloigner du réseau offshore sans qu’il n’ait rien à débourser.

"Le certificat d'action démontre qu'aucune somme d'argent n'a été versée par la partie bénéficiaire. La propriété a donc simplement été transférée d'un nom à un autre", a déclaré Martin Woods, un consultant en criminalité financière qui a examiné les documents pour l'OCCRP.

Environ six semaines plus tard, le même avocat, Azarov, a signé un autre document qui stipulait que Maltex continuerait à verser des dividendes à Film Heritage de Zelensky - même s'il ne possédait plus aucune participation dans la société. Le document, un profil de client de Maltex préparé pour Fidelity, révélait que les cinq principales sources de revenus de la société étaient l'Ukraine, le Belarus, la Russie, le Belize et Chypre.

Les documents de Pandora Papers ne contiennent pas de détails sur le montant des paiements de dividendes, ni sur le nombre de ceux qui ont pu être effectués. Depuis 2019, l'épouse de Zelensky, Olena Zelenska, est l'unique bénéficiaire effectif de Film Heritage, selon le registre en ligne des déclarations de patrimoine des fonctionnaires, ce qui signifie que tout paiement ultérieur lui a été versé.

Le consultant en criminalité financière Woods a déclaré que le transfert d'actions était peut-être une "mascarade" visant à dissimuler une participation dans Maltex tout en pouvant en tirer de l'argent. Zelensky n'a mentionné Maltex dans aucune de ses déclarations publiques de patrimoine, y compris celle déposée en 2018, alors qu'il possédait encore 25 % de la société.

Dans un tel arrangement, "le véritable propriétaire a placé une autre personne pour agir en tant que son mandataire et se faire passer pour l'actionnaire", a déclaré Woods.

"La personne qui effectue le transfert veut conserver les actions et le bénéfice des actions, mais ne veut pas que les autres personnes sachent que c'est la situation."

En réponse aux questions envoyées par les journalistes de Pandora Papers, Fidelity a confirmé qu'il était l'agent enregistré de Maltex Multicapital Corp, mais il a déclaré que Zelensky n'était actuellement ni propriétaire ni bénéficiaire d'une société sous son administration.

"L'actuel président ukrainien n'est pas notre client, et il n'a pas de propriété ou toute autre position dans une entité sous notre administration", a déclaré Fidelity.

La société a également fait valoir qu'il n'y aurait rien eu de mal à travailler pour Zelensky avant son ascension à un poste politique en 2019. "Nous ne voyons aucune raison valable d'empêcher un tel citoyen privé de s'aventurer à mener ses affaires à l'international, y compris par le biais d'une société commerciale BVI [Îles Vierges britanniques], si cela est jugé opportun."

La société n'a pas répondu aux questions de suivi concernant les autres partenaires de Zelensky, ainsi que sur le transfert de sa participation dans Maltex Multicapital Corp aux partenaires de Shefir.

Les documents des Pandora Papers contiennent également des détails qui concordent avec des allégations plus larges de machinations offshore formulées contre Zelensky et ses partenaires pendant l'élection de 2019.

Pendant la campagne, le député pro-Porochenko Ariev a affirmé que Zelensky et ses partenaires étaient les bénéficiaires d'un réseau offshore de sociétés ayant reçu 41 millions de dollars de paiements provenant de Privatbank, l'institution financière ukrainienne que l'oligarque Kolomoisky aurait pillée.

Les allégations d'Ariev ont été détaillées dans un graphique qu'il a publié sur Facebook et qui montre un réseau complexe de transactions entre des couches de sociétés basées dans des paradis offshore, notamment les îles Vierges britanniques, Chypre et Belize. Le graphique montre que l'argent circule de la banque, via une série d'entités fictives, vers des sociétés qui appartiendraient à Zelensky et à ses associés.

Ariev n'a pas fourni de documents pour étayer ses affirmations.

Cependant, les documents des Pandora Papers fournissent la première corroboration d'éléments de son allégation : que 10 des sociétés qui auraient reçu l'argent appartenaient réellement à Zelensky et à ses associés. Cette information n'avait pas été rendue publique auparavant.

Les nouveaux documents ne corroborent toutefois pas les affirmations d'Ariev selon lesquelles les filiales ont reçu des fonds de la Privatbank de Kolomoisky. Ils ne fournissent que des informations fragmentaires sur la manière dont l'argent circulait dans le réseau offshore de Zelensky et de ses partenaires. Les flux financiers qui ressortent des documents semblent être liés à leur activité de production télévisuelle, dont Kolomoisky était un client.

Les documents divulgués montrent que le réseau offshore a été mis en place par les individus derrière Kvartal 95 en 2012, l'année même où les médias locaux ont rapporté que Kvartal 95 avait conclu un accord de production avec le groupe 1+1 de Kolomoisky.

Les Pandora Papers montrent que SVT Films Ltd, une société qui était en mai 2013 détenue à moitié par la holding Maltex des îles Vierges britanniques, devait recevoir 1,2 million de dollars de droits de licence avant janvier 2013 d’une société offshore liée au réseau 1+1 de Kolomoisky pour l'émission de télévision "Faire rire un comédien."

En 2015, une société appelée Gimentiano Holdings Ltd, qui était finalement détenue par l'ami de Zelensky, Andriy Iakovlev, a également reçu 750.000 dollars sur son compte à la succursale chypriote de la Privatbank de Kolomoisky. L'argent provenait de SVT Films Ltd. pour le "paiement de dividendes intermédiaires".

L'OCCRP a déjà signalé que la succursale de Chypre a joué un rôle clé dans le vol présumé de plusieurs milliards de dollars de Kolomoisky et de son partenaire dans cette banque. Le partenaire de Kolomoisky, Boholiubov, a refusé de répondre aux questions envoyées par les journalistes et adressées aux deux hommes.

Alors même que Zelensky poursuit sa campagne anti-oligarques, certains continuent de douter de sa sincérité. Parmi eux, Ruslan Ryaboshapka, qui a été choisi par Zelensky comme premier procureur du pays en 2019, mais évincé de ce rôle début 2020. Il a déclaré à l'OCCRP qu'il pensait que cela était dû à la pression de l'oligarque Kolomoisky.

"Un président ne devrait pas posséder de sociétés offshore. En général, les sociétés offshore sont mauvaises, qu'elles soient détenues par un président ou non", a déclaré Ryaboshapka.

Il a qualifié le transfert d'argent à l'étranger de "vieille tradition" en Ukraine, car le pays était perçu comme un endroit dangereux où "l'État de droit n'existait pas". Mais aujourd'hui encore, l'utilisation de telles sociétés lève des signaux d'alarme d'"évasion fiscale ou de légalisation d'argent sale", a-t-il dit.

"C'est l'essence même des sociétés offshore".

Aubrey Belford (OCCRP), Margot Gibbs (ICIJ), Luke Harding (The Guardian) et Simon Goodley (The Guardian) ont contribué au reportage.

Commentaires

  • Cette histoire d'Ukraine peut très très mal finir, et conduire à l'écroulement de la Russie et la victoire du mondialisme dans ce pays..

    Car Poutine a agi stupidement et légèrement en prenant l'initiative idiote et cruelle de déclencher cette guerre qui peut difficilement bien finir pour lui et son pays. Cette guerre est aussi injustifiable que l'invasion de l'Irak.... Quand un pays s'empare d'un autre, son dirigeant n'est rien moins qu'un gangster. Aucune justification historique fort contestable au demeurant ne peut légitimer une agression et conquête. Et puis prétendre gober un pays grand comme la France, quelle folie. On juge une politique à ses fruits, à ses résultats. Attendons de voir les résultats de cette initiative... on a le droit d'être peu optimiste pour le moins

    Poutine avait imprudemment déclaré qu'il était trop patient et qu'il suffirait de très peu de temps à l'armée Russe pour se rendre maîtresse de Kiev. Sauf que ce n'est pas le cas et que si la guerre dure et devient impopulaire, il aura du mal à tenir. Car c'est un dirigeant très sensible à l'opinion : il a cédé très vite sur sa réforme des retraités ou sur la politique sanitaire quand elles sont devenues impopulaires. Les Russes tiennent à leur niveau de vie plus qu'à l'empire... surtout si cela devient un nouvel Afghanistan ou une nouvelle Syrie tueuse en masse de jeunes Russes...

    Si le président ukrainien n'est pas un saint, Poutine n'en est pas un non plus, sa fortune est plus que suspecte, sa vie privée pas un modèle et on peut difficilement avoir de la confiance et sympathie pour un homme qui fait ingérer des substances radioactives à ses opposants ou aux gens qui le gênent et déclenche une guerre que personne ne voyait venir, à commencer par les poutinophiles qui parlaient de propagande. Preuve que c'est une décision personnelle, qui était évitable et qu'il porte la responsabilité des femmes, enfants et jeunes tués des deux côtés. Quelle responsabilité ! Il paraît qu'il a très peur du covid et tient les gens à distance à cause de cela. Cette maladie ou la crainte hypocondriaque de cette maladie fait des ravages psychologiques.

    Cela ne signifie pas se rallier à l'Europe pourrie que de faire ce constat ! Les crimes des uns ne sont pas justifiés par ceux des autres, comme pour le communisme et le nazisme, leurs crimes ne s'annulent pas mais ils s'additionnent. On n'est pas pour l'idéologie LGBT si on dénonce l'invasion de l'Ukraine. Les Polonais le prouvent parfaitement.

    Il faut la paix, oui, et donc inciter l'Ukraine à la faire et à faire des sacrifices. Et donc céder des territoires. L'Occident ne fait pas cela et c'est une erreur. Mais il est possible que Poutine ne s'en satisfasse pas de toute façon. Un dirigeant qui s'accroche au pourvoir des décennies durant et ne prépare pas sa succession ne rend pas service à son pays et n'agit pas moralement. Mais est dominé par l'orgueil en se croyant irremplaçable. Personne ne l'est. Poutine risque tout gâcher des aspects positifs de sa politique en jouant ce coup de poker très sanglant avec la vie des Ukrainiens et des Russes qui ont de lourdes pertes (des deux côtés évidemment quoi qu'en disent les propagandistes des deux camps).

    Les ukrainiens, même russophones, ne voudront guère rejoindre un pays qui les a agressés. L'un des résultats les plus notables de cette opération est quelle va renforcer le nationalisme ukrainien. Et ceux ayant plus de sympathie pour les nations que pour les Empires ne pourront que s'en réjouir, meme si le prix est cher.. Tout empire est illégitime, celui de l'UE comme celui du néosovietisme. Et rejeter l'un n'oblige en aucun cas à valider l'autre, La renaissance nationale ne viendra pas de l'étranger mais d'un resaisissement des nations. Si les Occidentaux sombrent dans la décadence, leur salut ne viendra de personne et surtout pas des anciens du KGB ou de la fascination pour la force et la violence comme méthode politique. Le soutien de Bernard Antony aux patriotes ukrainiens se comprend parfaitement.

  • Ce que je retiendrai de ce long article, c'est "tous Bretons, sauf un ou deux Auvergnats".
    Remarquez que pour trouver aussi pourri et certainement beaucoup plus friqué que Zelensky dans le genre Cacapoum-président, il n'y a pas besoin d'aller en Ukraine.

  • Quand on sera en guerre contre la Russie, il nous organisera lui aussi de sympathiques mises en scène, avec casque, clin d'œil, Jean-Michel en infirmière et décor made in France en arrière-plan, le tout depuis un bunker des Bahamas.

Écrire un commentaire

Optionnel