Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une dernière petite voix

Alors que le Conseil d’Etat et le Conseil constitutionnel sont devenus des carpettes où s’essuient les bottes du pouvoir, et que la représentation parlementaire est digne de celle de la Corée du Nord, il reste dans les institutions une toute petite voix discordante : celle du « défenseur des droits », qui a l’air de vouloir encore faire ce pour quoi il est payé. Elle, en l’occurrence, puisqu’il s’agit de Claire Hédon.

Dans un avis publié hier peu après l’annonce du nouveau projet de loi de la dictature soi-disant sanitaire, elle détaille « 10 points d’alerte ».

  1. Elle ne peut que « regretter vivement le choix d’une procédure accélérée compte-tenu de l’ampleur des atteintes aux droits et libertés fondamentales prévues par ce projet de loi ainsi que du caractère inédit de certaines dispositions qu’il comporte ».
  2. « Il ressort des éléments prévus pour l’application de la loi que l’espace public sera découpé en lieux accessibles et non accessibles, des personnes privées étant chargées de contrôler la situation sanitaire des individus, et donc leur identité, remettant en cause des principes de liberté de circulation et d’anonymat pourtant longtemps considérés comme constitutifs du pacte républicain. »
  3. « Ces restrictions de l’accès aux biens et services et cette atteinte à la liberté d’aller et venir, envisagées de manière générale et sans information préalable délivrée suffisamment longtemps en amont, n’apparaissent pas proportionnées à l’objectif de sauvegarde de la santé publique qu’elles poursuivent. »
  4. « La Défenseure des droits s’interroge sur le choix d’octroyer à des entreprises publiques et privées une forme de pouvoir de police. »
  5. « La Défenseure des droits rappelle qu’aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié, ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, telle que définie à l’article 1er de la loi du 27 mai 2008. »
  6. « Une fois de plus, la Défenseure des droits relève que la situation spécifique des mineurs n’est pas prise en compte. » « Dans la mesure où l’élève ne pourra pas participer aux activités de loisirs ou de culture organisées à l’extérieur de l’école, le risque est grand d’une stigmatisation de l’élève non vacciné au sein de son établissement scolaire ou internat scolaire. »
  7. « La carte des plus faibles vaccinations recoupe celle de la pauvreté, de la fracture numérique, de l’accès aux services publics. Les nouvelles mesures comportent ainsi le risque d’être à la fois plus dures pour les publics précaires et d’engendrer ou accroître de nouvelles inégalités. »
  8. L’isolement de 10 jours. « La notion de “tout examen médical probant concluant à une contamination par la Covid-19” demeure insuffisamment précise au regard de la privation de liberté qu’il peut entraîner ».
  9. « Le texte prévoit d’ajouter une sixième finalité au traitement de données de santé, à savoir l’édiction, le suivi et le contrôle du respect des mesures individuelles de mise en quarantaine, de placement et de maintien en isolement. La Défenseure des droits tient donc par cet avis à alerter, comme elle l’avait fait précédemment, sur le risque de glissement vers des pratiques de surveillance sociale générale, auquel pourrait contribuer ce projet de loi. »
  10. la vaccination obligatoire de certaines catégories : « Seuls les professionnels liés à la santé sont, à ce stade, soumis à cette obligation, comme ils le sont déjà pour un certain nombre d’autres vaccins. Demeure néanmoins la question du caractère proportionné de la mesure, au regard du principe de non-discrimination en matière d’emploi. »

Commentaires

  • Une interprétation toute personnelle : la défenseure (sic) des droits me semble très tres sensible au sort des musulmans et autres immigrants...serait ce la raison pour laquelle elle ne croit pas au bazar gouvernemental ?

    Après tout le 93 est le département qui refuse le plus la vaccination...

  • Petite anecdote personnelle. Une de mes très proches et jeunes parentes étant hospitalisée dans une clinique privée, je me suis vu notifier par le directeur qu'il allait être obligé de la vacciner en raison de la récente déclaration de Robescon l'enculé. Je lui ai rétorqué qu'en ce cas nous la sortirions immédiatement de sa clinique et il m'a menacé de faire un signalement au procureur de la ripoublique. Je lui ai répondu que moi aussi je ferais un signalement.
    Le directeur en question trône sur une photographie dans sa salle d'attente avec Brigitte, la femme de l'amateur de jeunes voyous basanés.

  • Et que faut il déduire de cette anecdote ?

  • Que vous êtes un con.

  • Pourquoi pas en effet ?

    Avez vous déjà lu ceci

    Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu

  • J'ai écrit ça au toubib, Roger, le lourdaud, Roger l'indélicat :
    "S’agissant de la prétendue pandémie et des injonctions d’un gouvernement qui fait aujourd’hui 3 % de satisfaits (moins de 10 % d’électeurs sur moins de 35 % de participants aux dernières élections), je me permets de vous conseiller de temporiser prudemment, s’agissant d’imposer une injection qui est encore en phase de test pour plus d’une année."

  • Je suis descendante d'un survivant de camps d'Allemagne. Mon grand-père a eu l'immense honneur de participer à la recherche médicale... et en est mort en 1968 d'un cancer généralisé, selon les dires des médecins à mon père
    Je suggèe que TOUS les descendants de survivants (ou même de personnes mortes dans les camps) de retrouver le n° matricule de leur ancêtre et de se le faire tatouer, ou imprimer sur tee-shirt...

  • Pourquoi pas ?
    Mais que je sache les Israéliens qui sont pourtant concernés par la Shoah n ont pas refusé d'être vaccinés
    Et il me semble que les médecins nazis n injectaient pas des vaccins mais surtout des maladies pour en étudier l évolution...

  • Les grands de la communauté prennent toujours un soin particulier de la valetaille de leur nation. Ça leur permet de se ranger parmi les victimes en cas de coup dur.

  • les médecins nazis ?
    Y faut jamais défendre les nazis, on est d'accord. Berlin, dans les années Vingt, était la capitale mondiale du stupre, de la pédale, du transsexualisme, de la pédophilie, et tout ce que vous voulez pour pas cher. Y faudrait vérifier, mais je suis sûr que dans ce contexte l'embryon et le fœtus humain ne valaient pas plus cher que votre sens de l'humour.
    Souvent, avec ce pauvre minable, ce raté à la con de Hitler, on se dit : "Si seulement il avait été catholique." En fait, c'était une merde ésotérique qui haïssait Notre Seigneur.

  • Franchement, je ne vois guère de rapport entre lle Berlin des années 1920 et la vaccination quasi obligatoire contre la grippe chinoise !

    Je crois en revanche que celui qui signe Stavrolus et qui ramène tout débat au nazisme et au judaïsme est probablement un troll, un militant d extrême gauche qui cherche à ridiculiser la Tradition catholique pour la réduire à un avatar de l l'hitlérisme !

Écrire un commentaire

Optionnel