Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mensonge par omission

La version officielle du meurtre de Don Roberto Malgesini, prêtre de Côme, telle qu’on la voit notamment sur le site du Vatican, est qu’il a été poignardé par un sans-abri qui « était atteint de problèmes psychiques et faisait partie des marginaux auxquels le prêtre consacrait l'essentiel de son sacerdoce ».

On oublie seulement de préciser que le « sans-abri » est un musulman tunisien de 53 ans qui a fait l’objet de plusieurs décrets d’expulsion depuis 2015. On oublie d'ajouter que la blessure mortelle a été portée « au cou », autrement dit que le prêtre a été égorgé. Quant aux « problèmes psychiques » du pauvre migrant ils ne sont documentés nulle part.

Commentaires

  • Comment s’étonner de ces mensonges par omission avec le pope actuel toujours plus pro-invasion

Écrire un commentaire

Optionnel