Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De la Sainte Vierge le samedi

O beáta María, quis tibi digne váleat iura gratiárum ac laudum præcónia impéndere, quæ singulári tuo assénsu mundo succurrísti pérdito? Quas tibi laudes fragílitas humáni géneris persólvat, quæ solo tuo commércio recuperándi áditum invénit? Accipe ítaque quascúmque exíles, quascúmque méritis tuis ímpares gratiárum actiónes: et cum suscéperis vota, culpas nostras orándo excúsa. Admítte nostras preces intra sacrárium exauditiónis, repórta nobis antídotum reconciliatiónis.

O bienheureuse Marie, qui pourra jamais te payer en retour, proclamer ta louange et t’offrir une action de grâces digne de toi qui, par ton seul consentement, as secouru le monde voué à sa perte ? De quel tribut de louanges peut s’acquitter l’humaine fragilité alors qu’à ta seule intervention, elle doit d’avoir retrouvé le libre accès qu’il fallait regagner ? Reçois cependant nos actions de grâces, telles qu’elles sont, chétives et indignes de toi. Et tandis que tu accueilles nos vœux, par ton intercession, daigne excuser nos fautes. Introduis nos prières jusqu’au sanctuaire de l’exaucement, rapporte-nous la réconciliation salutaire.

La lecture des matines de ce jour fut longtemps attribuée à saint Augustin (« sermo 18 de sanctis », qui est le sermon 194 dans la patrologie latine, De annuntiatione dominica, en appendice, PL 39). Il est à noter que c’est dans ce sermon, trois phrases après ce qui est cité dans le bréviaire, qu’on trouve le texte (exact) de l’antienne du Magnificat « Sancta Maria, succurre miseris… ».

Sancta Maria, succurre miseris, juva pusillanimes, refove flebiles, ora pro populo, interveni pro clero, intercede pro devoto femineo sexu ; sentiant omnes tuum juvamen quicumque celebrant tuam sanctam commemorationem.

Sainte Marie, venez au secours des malheureux, aidez les timides, consolez les affligés, priez pour le peuple, intervenez pour le clergé, intercédez pour les femmes consacrées. Qu’ils ressentent tous votre aide, ceux qui célèbrent votre sainte mémoire.

La voici par les moines de Gethsémani (aux Etats-Unis), en 1956. Il manque la deuxième phrase. Tradition cistercienne ?


podcast

Écrire un commentaire

Optionnel