Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ils ne savent donc plus

« Les évêques de France » signent un « message aux catholiques et à tous nos concitoyens ». Il y a une partie pour tout le monde, et une partie pour les catholiques. Curieuse discrimination. Mais ce n’est pas le problème. Le problème est ce qui est dit spécifiquement aux catholiques :

Cette année, sans l’avoir voulu, nous fêterons l’Annonciation, confinés, dans nos maisons ! Pouvons-nous célébrer cette fête plus en vérité, plus intensément, plus en communion ?

« Les évêques de France » ne savent donc plus ce qu’est la messe, et ils le disent ouvertement.

Bien sûr et évidemment, pour tout catholique, il y aurait une façon de « célébrer cette fête plus en vérité, plus intensément, plus en communion ». Cette façon, c’est de participer à la messe. Au Saint Sacrifice du Christ qui se rend présent sur l’autel et qui se donne à manger à ses disciples. Par rapport à cette vérité, à cette intensité, à cette communion, tout le reste n’est qu’une ombre. Tout le reste ne peut qu’être prière personnelle. Certes c’est indispensable, et il faut toujours exhorter les catholiques à prier, mais ça n’a rien à voir avec la messe. Avec la vérité de la messe. Avec l’intensité de la messe. Avec la communion de la messe.

Nous vivons donc une époque où « les évêques de France » ne savent plus cela. Parce qu’ils n’y croient plus. A vrai dire on l’avait déjà remarqué. Particulièrement depuis le début de cette épidémie. Mais je suis toujours aussi effaré de constater à quel point le peuple de Dieu est abandonné par ses pasteurs.

Commentaires

  • Il faut savoir que des fidèles ayant participé à un rassemblement évangélique à Mulhouse du 17 au 24 février sont à l'origine d'une série de contamination à travers le pays :
    https://www.lefigaro.fr/sciences/un-rassemblement-evangelique-a-propage-le-coronavirus-en-france-20200305

    A Bourtzwiller, quartier de Mulhouse, s'est rendu Emmanuel Macron le 18 février dernier. Le député LR du Haut-Rhin Jean-Marc Reitzer, présent lors de la visite du président, a été infecté par le coronavirus. Il a été hospitalisé dans un état sérieux à Mulhouse.

    Bref, «les portes ouvertes chrétiennes» où près de 2500 fidèles venus de la France entière et de quelques pays limitrophes comme la Belgique, l'Allemagne et la Suisse, se sont rendus pour prier et jeûner ensemble, sont devenus un piège ! Autre exemple de la stupidité des gouvernants tels que Merkel et Macron qui pendant des semaines ne voulaient pas fermer les frontières entre pays de l'U.E. par idéologie.

  • Pardonnez-moi, mais ça n'a aucun rapport avec mon billet.

    La messe n'est pas un rassemblement de 2.500 personnes venues de partout pour participer, entassées, à une transe collective.

  • Cher Yves Daoudal, merci pour tous vos articles que vous écrivez sur ce blog depuis tant d'années !

    Il faut en effet continuer de nous effarer de l'aveuglement crasse de nos pasteurs. En y étant indifférents parce que trop habitués, nous pourrions finir subrepticement par y acquiescer, nous laisser alors davantage conduire par eux et devenir ainsi ces "aveugles conduits par des aveugles" évoqués par Notre Seigneur dans l'Evangile de ce jour...

    UDP,

  • En attendant, il existe des messes sur internet avec communion spirituelle.

    La Chine dans cette histoire à bon dos. Du côté des épidémiologistes et pharmaciens japonais et taïwanais, on pense que ce coronavirus trouve son origine aux États-Unis, étant donné que ce pays est le seul à disposer de tous les cinq pathogènes types, qu’on peut considérer par analogie comme une sorte de « branche » qui ne peut exister d’elle-même.

    En août 2019, les Etats-Unis ont connu une vague de pneumonies pulmonaires ou pathologies similaires, que les Étasuniens ont attribué au « vapotage » des cigarettes électroniques. Curieusement, immédiatement avant, le CDC avait totalement fermé le principal laboratoire biologique militaire de Fort Detrick dans le Maryland, en raison de l’absence de précautions contre des fuites de substances pathogènes.

    Des citoyens japonais qui ne s’étaient pas rendus en Chine, furent infectés en septembre 2019 à Hawaï, bien avant l’éruption à Wuhan, mais peu après la fermeture de Fort Detrick. D’autre part, des personnes étrangères venues à Wuhan pour les Jeux Militaires Mondiaux du 18 au 27 octobre 2019, furent hospitalisées à Wuhan pour une infection indéterminée.
    http://www.xinhuanet.com/english/2019-10/15/c_138473332.htm

    D'autre part, en Chine, sur les 41 premiers patients hospitalisés pour cause de coronavirus, le premier, qui est tombé malade le 1er décembre 2019 (donc infecté une quinzaine de jours avant), n’avait aucun lien avec le marché aux poissons de Wuhan, comme 12 autres cas d’ailleurs. Et les variétés du génome du virus en Iran et en Italie qui ont été séquencées, ne faisaient pas partie de la variété qui a infecté la Chine et doit, par définition, provenir d’ailleurs.

    En fait, un remake de la grippe espagnole apportée par des soldats américains ?

  • Regarder la messe sur internet n'est pas participer au Saint Sacrifice du Christ, et la "communion spirituelle" n'est pas la communion sacramentelle.

    Croire qu'on a eu la messe parce qu'on l'a vue sur internet, c'est comme croire qu'on s'est baigné parce qu'on a vu la mer à la télé.

    Mais cela non plus, les évêques ne le disent pas.

  • C'est vrai que cette formulation "tue" quand on y pense....
    Messe = tralala superficiel
    = luxe de temps faciles
    = ne vaut pas le culte intérieur, etc...
    Oui ils n y croient plus, affreux

  • Vous avez sans doute tort d attacher de l mportance à que n est que le travail hâtif et superficiel d un scribouillard inculte de la bureaucratie de la CEF...

  • Vous avez sans doute tort d attacher de l mportance à que n est que le travail hâtif et superficiel d un scribouillard inculte de la bureaucratie de la CEF...

  • En relisant le c.840 du Code de 1983, il m'apparaît que les sacrements, actions du Christ et de l'Église, signes et moyens du culte rendu à Dieu et de la sanctification des hommes, exigent nécessairement d'être administrés en présentiel. Deux cas "dérivés" existent cependant : l'absolution collective (c.961) et le mariage par procureur (c.1104). Mais dans ces deux cas, l'action se déroule tout de même en présentiel, qui est une condition consubstantielle au christianisme et à l'économie du salut. Comme être humain et comme Pasteur, je ne peux donc me satisfaire d'une situation d'où résultent un éloignement des sacrements et même une incertitude juridique d'avoir accès à une église pour prier (l'accès individuel à une église, en présence de moins de 20 personnes, est autorisé ; cependant il ne figure pas comme motif recevable dans l'attestation de déplacement dérogatoire, ce qui peut entraîner une contravention de 4è classe, le droit pénal étant d'interprétation stricte).

    Je pense que nos évêques ne se satisfont pas davantage de cette situation. Mais sans doute le problème est-il plus radical que cela : avons-nous conscience qu'il ne s'agit plus d'un épisode compliqué dans le déroulement du temps, mais d'un événement fulgurant qui vient frapper le cours du temps ? Avons-nous compris que nous n'avons pas affaire au "chronos" mais à un "kairos" ? Avons-nous compris que nous sommes tous soudainement "in periculo mortis versantes" (en danger de mort ; et il n'est pas précisé que ce danger doive être prochain) ?

    Or, l'Église catholique, dans son droit sacramentel, d'essence pastorale, a des réponses à cela. Ce sont les moyens extraordinaires d'administration des sacrements en situation de danger de mort. Je vais prendre les hypothèses extrêmes. Pour le baptême des enfants et des adultes, le ministre peut même être toute personne humaine avec l'intention requise (pour le baptême des adultes, le c.865§2 exige seulement quelque connaissance des principales vérités de la foi, que la personne veuille le recevoir et promette de vivre les commandements). Pour la confirmation en danger de mort, tout prêtre peut être ministre suivant le c.883, 3°. Pour la pénitence, le c.976 dispose que tout prêtre peut absoudre de tout péché et de toute censure en faveur de ceux qui sont "in periculo mortis versantes". Cela signifie qu'un prêtre renvoyé de l'état clérical ou un prêtre orthodoxe peuvent absoudre de tout dans cette condition de danger de mort. Pour l'absolution collective, le danger de mort est une condition licite depuis le 10 juillet 1944 (Pénitencerie apostolique) et dans le c.961. Pour le sacrement des malades, le c.1000§2 dispose qu'on peut l'administrer avec un instrument. Pour le mariage, le c.1116, 1° dispose qu'il peut être célébré validement et licitement devant 2 seuls témoins en cas de danger de mort.

    Il me semble donc urgent que nos évêques déclarent que nous sommes tous dans cette situation de danger de mort et fixent publiquement les conditions adéquates d'administration des sacrements dans cette situation. Je crois qu'il en va du salut des âmes (loi suprême de l'Église, c.1752) et d'une attention minimale, tant à une situation objective qu'à l'angoisse des gens. Il en va surtout d'une lecture lucide du moment et d'une observance renseignée de la réponse de l'Église, une réponse qui se fait certes dans la prudence, mais pas dans l'à peu près. Selon mon opinion, il existe finalement un renvoi mutuel entre la conscience du moment et l'emploi prudent des moyens extraordinaires d'administration des sacrements. Je vais maintenant continuer à vivre et dire la Messe dans mon bureau pour ceux qui ne peuvent pas y aller.

  • Vous assénez vos petites vérités théologiques d'une pharisianisme délicieux avec une morgue qui me stupéfie toujours un peu. Car vous savez tout mieux que tout le monde sur le fait que la messe comme ci c'est bien, la msse comme ça c'est pas bien. Mais qui êtes vous Yves Daoudal. L'imprécateur breton plus catholique que le Pape (sans doute un peu à certains égards) ?

    Arrêtons les conneries, il n'y aurait pas moins de contaminations à la grand messe de st nicolas du chardonnet ou autre lieu de culte convenable que dans les agapes protestantes.

    L'Eglise ne demande pas de désobéir aux lois civiles quand elles visent -certes trop tardivement- à protéger les gens de leurs semblables : ce n'est pas le virus qui circule, c'est nous, sauf à s'en tenir aux règles certes pénibles désormais applicables à tous.

    Que voulez-vous que les évêques disent. Oui ce serait mieux qu'on puisse aller à la messe mais 95% de la population n'a pas besoin d'interdiction pour se priver elle-même de ce bienfait unique. Un peu facile d'accuser encore et toujours Macron.

  • Mais oui, nous voudrions qu'ils disent : "ce serait mieux d'aller à la messe, mais...".
    Seulement, ils ne le disent pas. Ils laissent entendre que c'est plus profond maintenant ! Les cons !
    Bon, c'est vrai, peut-être que c'est leur scribe qui a pondu ça (le nouveau porte-parole, Thierry Magnin, je l'ai entendu dire que la visite ad limina, c'était la visite aux trophées (cic, et bis) des Apôtres...

  • @ g marie
    "Aux trophées des apôtres " - formule qui nous est déconcertante sans doute mais magnifique. Et c'est l'expression la plus antique!!!! Sans doute forgée par le pape saint Damase, le grand ordonnateur du culte des martyrs !!
    Arrêtons de monter dans les tours et cette grande méfiance généralisée, c'est un véritable poison!!
    Halte au feu, m... quoi!!

  • @Golf
    Merci pour cette précision savante. On apprend tous les jours sur ce blog...

  • Dans mon diocèse, aucune consigne n'est donnée par l'Evêque aux prêtres. Son courrier est le blabla convenu comme quoi il faut prier, que c'est difficile et qu'on reste bien en communion. On remercie les soignants, c'est bien, et on prie pour la "santé de la planète".
    Rien, RIEN !, sur les baptêmes, rien sur l'onction des malades, rien sur la Sainte Eucharistie, et leur administration dans la situation actuelle et dans les différents cas d'espèce.
    Pas de prêtres affectés aux hôpitaux mais "les personnes laïques de la pastorale de la santé feront appel au cas par cas".
    Les seules choses mentionnées : les funérailles et les intentions de messe. Le point commun entre les deux ? Le fric…
    Pourtant en temps d'épidémie, le suffrage du Saint Sacrifice de la messe étant bien évidemment toujours appliqué aux défunts, on peut légitimement suspendre les rites funéraires et "laisser les morts enterrer les morts".
    Mais le Salut des âmes des fidèles? Personne n'en parle. C'est l'application du discours moderne généralisé, d'une Eglise "accompagnatrice". Ce n'est pas l'Eglise que le foi catholique chante au Credo. Il est temps de tout cela meurt.
    Un prêtre abandonné par sa hiérarchie.

  • La ruine des derniers vestiges de l'Eglise militante est certainement l'une des finalités de ce confinement. Vous évoquez la suspension des rites funéraires ; mais il est proprement monstrueux d'interdire aux gens d'enterrer leurs proches, au prétexte de quelques centaines de morts et de l'insuffisance de services de santé mis à mal par des décennies de décisions politiques exclusivement motivées par le profit.
    Les gens n'ont rien à faire, à part aller vider les rayons de leurs supermarchés qui restent en flux tendus. On les réduit à l'angoisse matérialiste du frigo jamais plein, et on leur enlève la dernière forme de spiritualité qu'il leur restait : ensevelir leurs proches, comme Sapiens l'a toujours fait. Dans moins de quinze jours, ça va commencer à gronder. Probablement d'ailleurs du côté arabo-musulman. Je suppose que c'est voulu, en très bas lieu...

  • Il est facile de donner des conseils, mais il reste aux curés qui veulent faire leur salut et celui de leurs ouailles l'exemple du saint Curé d'Ars, arrivant dans une paroisse quasi déchristianisée.
    Ouvrez les églises, demeurez-y en prière, accueillez les personnes qui y entrent, confessez, célébrez discrètement la messe. Si quelques prêtres se tiennent ainsi à disposition des fidèles, Dieu leur enverra des âmes et des grâces, et ils ne sombreront pas avec leur maudite hiérarchie qui a pourri par la tête. Et fermez vos portables : Dieu ne vous a pas institués pour répondre au téléphone.

  • Réponse à l'abbé Ph M : eh bien Monsieur l'abbé, aucune consigne ? C'est une grâce : pourquoi ne faites-vous pas ce que dit magnifiquement Stavrolus ?
    je cite :
    ***Ouvrez les églises, demeurez-y en prière, accueillez les personnes qui y entrent, confessez, célébrez discrètement la messe. Si quelques prêtres se tiennent ainsi à disposition des fidèles, Dieu leur enverra des âmes et des grâces, et ils ne sombreront pas avec leur maudite hiérarchie qui a pourri par la tête. Et fermez vos portables : Dieu ne vous a pas institués pour répondre au téléphone.***
    Nous autres fidèles sommes très en colère : c'est nous d'abord que la hiérarchie catholique (de tout bord) a abandonnés. Elle vous a abandonné également ? Eh bien, montrez-nous que vous, vous ne nous abandonnez pas, et nous nous en souviendrons, comme nous n'oublierons pas non plus ces faux pasteurs, ces mercenaires qui préfèrent leur petit confort au salut des âmes !
    Union de prière.

  • "Pouvons-nous célébrer cette fête plus en vérité, plus intensément, plus en communion ?" On pourrait leur accorder le bénéfice du doute et penser qu'ils sous-entendent par là une façon meilleure que de rester à ne rien faire enfermé à la maison. Non ? Ça ne sauve pas le reste du texte qui n'a rien de catholique certes.

  • +
    C'est tragique : ne pouvons-nous voir dans cette catastrophe le début de la réalisation de la prophétie de Daniel sur l'abolition de la Messe, c'est à dire selon les exégètes, la suppression du culte PUBLIC ?
    Par soumission veule à des gouvernements athées et sataniques (=la Bête !) la hiérarchie catholique des conciliaires jusqu'aux plus doctrinaux des sédévacantistes en passant par la FSSP et la FSSPX a excommunié en pratique des millions de fidèles. Jusqu'à leur interdire même la confession !

    Si ces prélats ne commettent pas là un péché gravissime qui crie vengeance au Ciel, qu'on me dise ce que c'est.
    Un tel crime n'a jamais été perpétré en 2000 ans d'Histoire de l'Eglise.

    La seule chose "positive" là-dedans, en cherchant vraiment beaucoup, c'est qu'e si lon pouvait encore avoir des doutes sur l'assistance que ces prélats divers nous apporteraient le jour où tout s'écroulerait (que ce soit maintenant ou que tout ceci ne soit qu'une répétition générale), eh bien on est fixés !

    Maintenant nous avons la réponse : si les prêtres du temps de Néron, Dioclétien, Henry VIII ou sous la Terreur, si des confesseurs de la Foi ont secouru les pestiférés et les lépreux parfois jusqu'à la mort, bravant les antichrists et les épidémies pour continuer à alimenter l'âme des fidèles, il n'en est pas de même des prêtres de notre époque, toutes chapelles confondues.
    Les nôtres n'ont cure de nos âmes : de peur d'attraper une petite grippe ou de déplaire à la synagogue de Satan ils nous ont abandonnés et trahis. Dont acte : nous sommes seuls avec Dieu; en temps de vraie calamité, aucun secours ne viendra de ces faux pasteurs, mais vrais mercenaires.

    La Mésange, 19 mars 2020 en la fête de Saint Joseph

  • Chère Mésange, bravo.
    Votre lucidité va faire peur à certains des lecteurs de ce blog.
    Oui, nous sommes abandonnés, mais pas du Ciel et St Joseph prendra la tête du petit reste qui restaurera tout. Les prophéties annonçaient défaites sur défaites des fidèles au Christ, mais aussi le triomphe du Coeur Immaculé de Marie, probablement avant l'Antéchrist et le triomphe et retour final du Christ.

  • Merci Dauphin pour ces charitables paroles qui me font chaud au coeur... je commence déjà à déprimer de n'avoir plus la Messe, qu'est-ce que ça va être dans 4 ou 6 semaines !?

    Que NS vous bénisse, union de prières.

  • @ Dauphin

    Euh... l'Antechrist est là sous vos yeux, ne l'avez-vous pas reconnu ?
    Le triomphe du Coeur Immaculé de Marie s'opère sur l'Antéchrist.

  • D'après Mélanie de la Salette et les voyants de Fatima, le triomphe du Coeur immaculé de Marie donnera un temps de paix sur la Terre. Ce sera contre les forces du mal et c'est le retour du Christ qui détruira le règne de l'Antéchrist. Les prophéties étant conditionnelles et voilées, on ne les comprend que lorsqu'elles se produisent. Mais tout cela se discute, il n'y a pas de certitude dans l'agenda temporel de ces événements.

  • Merci pour tous ces commentaries en faveur de l'aarendance de la messe. Je pensais devenir folle. Sermonée par nos curés cachés derriere leur Web cam pour la messe live!

  • Oui c'est le comble, ça : on vous prive de messes, et fermez-là (et continuez de payer, hein ?)
    Moi aussi ça me chauffe encore plus la bile. Rassurez-vous vous n'êtes pas seule !

  • Ici,(usa) ils ont eu le culot de dire qu'il n'y aura pas de messes, mais n'oubliez pas de passer par la page donation! Comme de moins en moins travaillent ils vont être incapable de donner. Les eveques vont s'en modern les doigts a la fin du mois......

Écrire un commentaire

Optionnel