Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lourdes

C’est un symbole très fort de notre état de décomposition spirituelle et mentale : le sanctuaire de Lourdes ferme, pour la première fois de son histoire.

Déjà on avait fermé les piscines, alors que depuis toujours les virus y rivalisent de pullulation avec les bactéries sans que jamais personne n’attrape une maladie infectieuse. Puis la Grotte a été interdite d’accès. Et maintenant le sanctuaire est entièrement fermé.

Lourdes, c’est la guérison des malades. C’est un torrent de miracles de guérison sous le sourire de l’Immaculée. La porte de la guérison est fermée. L’Immaculée est priée d’aller voir ailleurs.

Il est vrai que de toute façon on n’a pas le droit d’y aller. Le bien portant ne doit pas sortir de chez lui. Et le malade ne doit voir qu’un médecin patenté. On ne guérit pas à Lourdes, que ce soit dit une bonne fois. D’ailleurs l’évêque précédent avait décrété qu’il n’y avait pas de miracles à Lourdes, seulement des guérisons inexpliquées en l’état actuel de nos connaissances…

Etonnante « coïncidence » : juste avant d’apprendre cette nouvelle, je lisais le récit de l’agonie de sainte Bernadette dans le gros livre du P. André Ravier.

Commentaires

  • L'ouvrage sur sainte Bernadette de Monseigneur Trochu est aussi très bien, en particulier concernant l'agonie de notre chère sainte.
    N'oubliez pas qu'à distance des malades ont été guéris par l'intercession de Bernadette voire en touchant un objet l'ayant touché. La puissance de Dieu ne se limite pas à des lieux ou des objets.

  • Cette décision est très grave. Elle est une très grave offense à la Très Sainte Vierge.
    Elle me rappelle un autre fait qui avait eu lieu pendant le concile où la Sainte Vierge avait été mise à la porte. Les évêques lui avaient refusé son titre de médiatrice. Il faut relire ce qu'en avait rapporté à l'époque l'abbé Berto. Je cite une partie de son texte : "Le funeste vote de la veille, apostasiant l'Évangile des Noces de Cana, loin d'inviter la sainte Vierge, lui avait signifié son congé. Elle encombrait ! La Vierge Marie encombrait le Concile, qui l'invitait à sortir. Oh ! elle ne se l'est pas fait dire deux fois ! La terre n'a pas tremblé, la foudre n'est pas tombée sur Saint-Pierre. La Vierge Marie est sortie discrètement dans un profond silence ; seulement, si discrètement, dans un silence si profond, qu'elle n'a pas dit Vinum non habent, et les destins de la deuxième session ont été scellés. Quand on est un Concile œcuménique et qu'on fait sortir la sainte Vierge, on devrait au moins se rappeler qu'elle ne demande qu'à s'effacer, c'est assez connu, et qu'elle pourrait bien s'effacer trop. La sainte Vierge n'ayant rien dit, Jésus n'a rien fait ; l'eau est restée de l'eau, même pas de l'eau potable, de l'eau de toilette, toujours comme à Cana, et encore avec beaucoup de mauvais microbes dedans." (Rome, 1963)
    PS : Lors de la préparation du concile Vatican II, la médiation universelle de la très sainte Vierge Marie, dont la définition dogmatique avait été souhaitée expressément par trois cents évêques, a eu pour adversaire acharné le futur Paul VI. Le 20 juin 1962, le cardinal Montini fit cette déclaration : « La proposition d'un nouveau titre, surtout celui de Médiatrice, à accorder à Marie très sainte, me paraîtrait inopportune et même damnable. » Le futur pape Paul VI poursuivait: «Il vaut mieux parler de la maternité spirituelle universelle de Marie très sainte, de sa royauté et de sa merveilleuse, très bénigne intercession, mais non de médiation ». Devenu pape, il affirme, dans son discours du 29 septembre 1963 : « Nous ne voulons pas faire de notre foi un motif de polémique avec nos frères séparés. »

    A l'époque la Sainte Vierge avait donc été congédiée pour cause d'oecuménisme. Elle est aujourd'hui congédiée par salubrité (on tremble d'écrire une chose pareille). Les microbes de l'apostasie sont aujourd'hui complétés par les virus au sens propre. Et on continue de penser que la Sainte Vierge encombre !

  • Sainte Marie Mère du Très-Haut, pries pour nous, obtiens nous Sa miséricorde et Sa sagesse.

  • Cette décision est très grave. Elle est une très grave offense à la Très Sainte Vierge.
    Elle me rappelle un autre fait qui avait eu lieu pendant le concile où la Sainte Vierge avait été mise à la porte. Les évêques lui avaient refusé son titre de médiatrice. Il faut relire ce qu'en avait rapporté à l'époque l'abbé Berto. Je cite une partie de son texte : "Le funeste vote de la veille, apostasiant l'Évangile des Noces de Cana, loin d'inviter la sainte Vierge, lui avait signifié son congé. Elle encombrait ! La Vierge Marie encombrait le Concile, qui l'invitait à sortir. Oh ! elle ne se l'est pas fait dire deux fois ! La terre n'a pas tremblé, la foudre n'est pas tombée sur Saint-Pierre. La Vierge Marie est sortie discrètement dans un profond silence ; seulement, si discrètement, dans un silence si profond, qu'elle n'a pas dit Vinum non habent, et les destins de la deuxième session ont été scellés. Quand on est un Concile œcuménique et qu'on fait sortir la sainte Vierge, on devrait au moins se rappeler qu'elle ne demande qu'à s'effacer, c'est assez connu, et qu'elle pourrait bien s'effacer trop. La sainte Vierge n'ayant rien dit, Jésus n'a rien fait ; l'eau est restée de l'eau, même pas de l'eau potable, de l'eau de toilette, toujours comme à Cana, et encore avec beaucoup de mauvais microbes dedans." (Rome, 1963)

  • autrefois c'etait le Pape qui jetait l'interdit (par ex. sur le Saint Empire) ce qui n'etait pas moins traumatisant et pas moins disproportionne...

  • Décidément vous en tenez une couche!
    Quand le Pape jetait le discrédit sur un état ou royaume c'était pour des raisons très graves de nature théologique ou morale..
    Vous comparez avec le coup de force des gouvernants actuels pour des raisons truquées? Rien à voir.
    C'est Bergoglio qui devrait jeter l'anathème sur ces gouvernants.

  • "D’ailleurs l’évêque précédent avait décrété qu’il n’y avait pas de miracles à Lourdes, seulement des guérisons inexpliquées en l’état actuel de nos connaissances…"

    Et Jésus, que faisait-Il ? Des "guérisons inexpliquées en l'état actuel de nos connaissances" ?

    Le virus de l'apostasie est plus dangereux que le coronavirus.

  • On nous enlève Dieu, et Dieu se retire. La mortalité risque de devenir bientôt très élevée, et sans doute pas à cause du coronavirus. Les gens voudront se confesser : ils ne trouveront plus de prêtres...

  • Cette décision est très grave. Elle est une très grave offense à la Très Sainte Vierge.
    Elle me rappelle un autre fait qui avait eu lieu pendant le concile où la Sainte Vierge avait été mise à la porte. Les évêques lui avaient refusé son titre de médiatrice. Il faut relire ce qu'en avait rapporté à l'époque l'abbé Berto. Je cite une partie de son texte : "Le funeste vote de la veille, apostasiant l'Évangile des Noces de Cana, loin d'inviter la sainte Vierge, lui avait signifié son congé. Elle encombrait ! La Vierge Marie encombrait le Concile, qui l'invitait à sortir. Oh ! elle ne se l'est pas fait dire deux fois ! La terre n'a pas tremblé, la foudre n'est pas tombée sur Saint-Pierre. La Vierge Marie est sortie discrètement dans un profond silence ; seulement, si discrètement, dans un silence si profond, qu'elle n'a pas dit Vinum non habent, et les destins de la deuxième session ont été scellés. Quand on est un Concile œcuménique et qu'on fait sortir la sainte Vierge, on devrait au moins se rappeler qu'elle ne demande qu'à s'effacer, c'est assez connu, et qu'elle pourrait bien s'effacer trop. La sainte Vierge n'ayant rien dit, Jésus n'a rien fait ; l'eau est restée de l'eau, même pas de l'eau potable, de l'eau de toilette, toujours comme à Cana, et encore avec beaucoup de mauvais microbes dedans." (Rome, 1963)

  • Cette décision est très grave. Elle est une très grave offense à la Très Sainte Vierge.
    Elle me rappelle un autre fait qui avait eu lieu pendant le concile où la Sainte Vierge avait été mise à la porte. Les évêques lui avaient refusé son titre de médiatrice. Il faut relire ce qu'en avait rapporté à l'époque l'abbé Berto. Je cite une partie de son texte : "Le funeste vote de la veille, apostasiant l'Évangile des Noces de Cana, loin d'inviter la sainte Vierge, lui avait signifié son congé. Elle encombrait ! La Vierge Marie encombrait le Concile, qui l'invitait à sortir. Oh ! elle ne se l'est pas fait dire deux fois ! La terre n'a pas tremblé, la foudre n'est pas tombée sur Saint-Pierre. La Vierge Marie est sortie discrètement dans un profond silence ; seulement, si discrètement, dans un silence si profond, qu'elle n'a pas dit Vinum non habent, et les destins de la deuxième session ont été scellés. Quand on est un Concile œcuménique et qu'on fait sortir la sainte Vierge, on devrait au moins se rappeler qu'elle ne demande qu'à s'effacer, c'est assez connu, et qu'elle pourrait bien s'effacer trop. La sainte Vierge n'ayant rien dit, Jésus n'a rien fait ; l'eau est restée de l'eau, même pas de l'eau potable, de l'eau de toilette, toujours comme à Cana, et encore avec beaucoup de mauvais microbes dedans." (Rome, 1963)
    PS : Lors de la préparation du concile Vatican II, la médiation universelle de la très sainte Vierge Marie, dont la définition dogmatique avait été souhaitée expressément par trois cents évêques, a eu pour adversaire acharné le futur Paul VI. Le 20 juin 1962, le cardinal Montini fit cette déclaration : « La proposition d'un nouveau titre, surtout celui de Médiatrice, à accorder à Marie très sainte, me paraîtrait inopportune et même damnable. » Le futur pape Paul VI poursuivait: «Il vaut mieux parler de la maternité spirituelle universelle de Marie très sainte, de sa royauté et de sa merveilleuse, très bénigne intercession, mais non de médiation ». Devenu pape, il affirme, dans son discours du 29 septembre 1963 : « Nous ne voulons pas faire de notre foi un motif de polémique avec nos frères séparés. »

    A l'époque la Sainte Vierge avait donc été congédiée pour cause d'oecuménisme. Elle est aujourd'hui congédiée par salubrité (on tremble d'écrire une chose pareille). Les microbes de l'apostasie sont aujourd'hui complétés par les virus au sens propre. Et on continue de penser que la Sainte Vierge encombre !

  • @JD
    Merci pou ce rappel
    On peut ajouter que le cardinal Montini non seulement est devenu pape, mais déclaré saint (fête le 29 mai ). Notre époque canonise des apostats noyés dans la multitude des vrais saints.
    Question aux tenants de la théorie du sosie: qui a été canonisé, le vrai Montini ou son sosie, ou un mélange des deux?

  • Sur la canonisation de Paul VI, il y a le très bon développement de M. l'abbé Laguérie à partir de 48'25'' jusqu'à 57'08'' (mais tout est à écouter si vous avez le temps !) en réponse à une question d'un liseur du FC

  • Il semblerait que ce virus épargnerait largement les petits enfants qui seraient par ailleurs de potentiels "transmetteurs" pour la génération des 50 ans et plus, celle qui a largement voté en faveur de la légalisation de l'avortement. Revanche de la Vie ? En tout cas le monde entier vit un carême imposé volens nolens par un nouveau David contre un Goliath menteur et homicide, démasqué chaque jour davantage. Quels enseignements durables en seront tirés?.... qui vivra verra.

  • En effet, très belle revanche envers ceux qui ont accepté, légalisé le meurtre des petits enfants coincés dans un espace à peine plus grand qu'eux (l'utérus), incapables ni de parer les coups, ni de les fuir. Entretemps, on se s'émeut , je veux dire, on se scandalise plutôt sur la façon dont certains abattoirs d'animaux fonctionnent. Leçon à tirer: Déchirons nos cœurs, revenons à Dieu,; tout en recherchant notre bien-être sur terre (ce qui est un moyen), gardons le cap vers le Ciel (objectif de notre périple terrestre).

  • Je ne peux que recommander la lecture des ouvrages et l'écoute des conférences sur Youtube et le site des Educateurs Chrétiens de : Jean-Françoise FROGER : édifiant, encourageant, vivifiant, plein d'une réelle ESPERANCE dans les oeuvres du Saint-Esprit. Sursum corda ! "...va, ta foi t'a sauvé(e)..." Bon Carême !

Écrire un commentaire

Optionnel