Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglises indépendantes

Le cardinal Giovanni Battista Re, doyen du Sacré Collège, a été chargé de répondre aux critiques récurrentes du cardinal Zen sur la politique chinoise de François.

On passera sur le mensonge d’une politique qui est dans la continuité de celle de Jean-Paul II et de Benoît XVI, tellement gros qu’on dirait une blague, pour citer une ahurissante nouveauté, invention de l’Eglise bergoglienne, révolution absolue  de l’ecclésiologie : la posibilité d’Eglises indépendantes en communion avec Rome :

(…) l’expression « Église indépendante » ne peut plus être interprétée de manière absolue comme une « séparation » d’avec le Pape, comme c’était le cas dans le passé.

Car, précise-t-il, nous sommes confrontés à un « changement historique » dont dérivent des conséquences « à la fois sur le plan doctrinal et pratique ».

Sur le plan doctrinal : il s’agit donc bien d’une nouvelle doctrine ecclésiologique, selon laquelle une Eglise indépendante dirigée par un parti communiste peut être en communion avec Rome. Prépare-t-on la reconnaissance de l’Eglise indépendante d’Allemagne, ou d’abord celle d’Amazonie ?

Commentaires

  • Et encore un brûlot contre-révolutionnaire de Mgr Vigano. Avec une dizaine d'évêques comme celui-ci, Bergoglio serait éjecté de son siège. Hélas, il est seul... Même dans la Fraternité, même au dehors, il n'en ont pas d'une telle violence...
    https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/

  • Violence? Violence? La Vérité semble toujours violente aux menteurs et hypocrites. C'est le mensonge qui est violent et homicide.
    "la Vérité est une menace pour tout pouvoir basé sur le mensonge"

  • Le terme était mal choisi, mais mon post sans ambiguïté. Vigano considère Bergoglio comme un hérétique et un imposteur, et il le dit. J'approuve la démarche et je déplore qu'il n'y ait pas davantage de prélats pour user d'un langage aussi clair.

  • quel est le siège de Mgr Vigano ?
    la plus grande erreur de Mgr Lefebvre avait été de quitter son siège de Tulle, où il était le maître, pour prendre le siège électif et éjectable de chef de sa congrégation

  • Mgr Vigano conserve ses titres de nonce apostolique et d'archevêque titulaire d'Ulpianë, bien qu'il ait pris sa retraite en 2016. C'était un évêque in partibus, comme Monseigneur Gaillot, mais pour d'autres raisons.
    Je suppose que c'est ce que Paul VI aurait fait de Monseigneur Lefebvre, si celui-ci avait décidé d'organiser sa contre-révolution depuis son diocèse. Et la Corrèze n'est pas la Vendée.

  • a priori, il est difficile de déposer un évêque pourvu d'un vrai diocèse
    cpmparer Mgr Lefebvre et Mgr Gaillot est au moins insultant

Écrire un commentaire

Optionnel