Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Evêque laïque

Histoire de suivre l’évolution du haut clergé français vers le néant (à savoir l’apostasie), voici un communiqué de Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble. Personne ne peut sérieusement prétendre qu’on ait besoin d’évêques pour promouvoir la liberté de conscience (maçonnique), la liberté de culte (musulman) et la qualité du vivre-ensemble (avec les envahisseurs).

Contrairement à ce qui avait été annoncé après l’incendie de l’église Saint-Jacques, au mois de janvier dernier, l’origine de ce drame est criminelle, comme nous l’avons appris récemment. Nous en sommes d’autant plus attristés. L’Eglise Catholique en Isère est à nouveau meurtrie par cette révélation. Cette action criminelle est une atteinte à la liberté de conscience, à la liberté de culte, et à la qualité du vivre-ensemble.

J’assure les paroissiens de mon soutien et de ma prière. Comme je l’avais promis, cette église sera reconstruite.

Cet attentat semble s’inscrire dans une vague d’incendies criminels qui visent des lieux symboliques dans l’agglomération grenobloise. La tentation serait de céder à la peur ; au contraire, les événements nous invitent à relever le défi de construire une société respectueuse des libertés et soucieuse du bien commun.

Commentaires

  • Je ne suis pas certain de vous suivre.

    Est ce à dire que par parallélisme il ne faudrait pas qu'un Français résident en terre incrédule ou infidèle puisse pouvoir demander pour lui même la liberté de culte ou la liberté de conscience?

    Quant au couplet étranger = envahisseur, sous entendu par principe, ça confine à l'obsession et ça finit par devenir grotesque.

    Que voulez vous que dise Mgr de K au juste ?

  • Oh... juste un mot qui laisse entendre qu'il est chrétien...

  • Stavrolus,
    Et je n'excusais en rien cet évêque, je refusais juste de porter un jugement d'intention à partir d'un seul propos.

  • Mgr de Kerimel a plutôt une bonne réputation. Mais il ne peut échapper à la pensée conforme dans une société multi conflictuelle ou il faut sans cesse se justifier de ne pas être hostile à la sainte laïcité républicaine et au culte de l'Autre suprême.
    Pour autant, je ne le vois ni franc maçon, avec ou sans tablier, ni moderniste. Et c'est déjà une bonne chose.
    Renseignez vous sur ce diocèse et cette région, d'un point de vue religieux, politique et social, cela permettrait de mieux appréhender son propos certes maladroit.
    C'est le fief du Planning Familial, de l'extrême gauche et partant d'un clergé hostile à la doctrine catholique, ce qui n'est pas son cas.
    Malgré des limites voire des erreurs, je me contente de prendre le clergé avec ce qu'il a quand il n'est pas ouvertement rebelle.

  • Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu, chapitre 5, verset 13 :

    « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. »

  • Hector,
    Dans le diocèse de Grenoble, Mgr de Kerimel a remis la doctrine catholique au goût du jour, vous devriez vous renseigner. Il est membre de la communauté de l'Emmanuel qui n'est pas confusionniste ni moderniste.
    Et par rapport à ce qui existait dans la société et le clergé grenoblois avant lui, c'est un net progrès.
    Certes, on peut voir surtout les manques et imperfections, mais sans voir les aspects positifs, ce serait injuste voire malhonnête.
    Quand à la citation biblique, elle s'adresse aussi à nous, avons nous assez confiance dans le Christ pour ne pas manquer de foi qu'Il n'abandonnera jamais son Eglise, même avec un pape incompréhensible voire pire, même avec un évêque qui tient des propos qui peuvent être contestables?
    Mgr de Kerimel est loin d'être un mauvais évêque pour la France, je n'en dirais peut-être pas autant de certains autres, tout en gardant confiance dans les promesses du Christ.

  • "Cette action criminelle est une atteinte à la liberté de conscience, à la liberté de culte, et à la qualité du vivre-ensemble."
    J'aime pas spécialement Daoudal, mais la liberté ne se confond pas avec le libre-arbitre. Théologiquement, celui-ci nous conduit au Ciel, tandis que celle-là est pour nous permettre d'aller en enfer. Quant à la qualité du vivre-ensemble, c'est juste un slogan bobo pour les cons. Vous seriez content de vivre ensemble, vous, avec un connard qui vend de la drogue en bas de chez vous, empêche votre vieux père de rentrer à la maison sans se faire traiter de pédé, et va brûler vos lieux de culte les jours où il n'a rien à foutre.

  • J'ai oublié le point d'interrogation pour bobos pro-migrants. C'est moins grave que de nier les chambres à gaz. On corrigera.

  • Stavrolus,
    Nous sommes bien d'accord que nos évêques manquent de courage pour refuser le discours bien pensant, y compris celui-là. Mais pour autant, je ne lis pas un discours hérétique ni même crypto-maçonnique. Je pense que d'autres évêques laisseraient planer un doute, pas lui.
    Si sa doctrine l'était, je l'admettrais, là il s'agit de commentaires sur un évènement. Et à Grenoble, comme ailleurs, être évêque est aussi un poste politique et malheureusement il a du subir l'influence du discours ambiant.
    Pour autant, la dernière phrase est tronquée, il y manque "et soucieuse du bien commun."
    Pensez vous qu'un moderniste ou un franc maçon utiliserait ce terme pour finir son communiqué ?
    Malgré le reste, il parle comme un évêque dans un diocèse et une société malade ou le courage des évêques ne va pas jusqu'à imposer exclusivement sur ses propres termes.

  • @Robert
    Je vous entends, mais vous ne voyez pas les choses assez noires. Là-dessus, Daoudal, avec ses défauts, est plus lucide que vous. De plus, la Vérité est éternelle, immuable, intangible. Elle n'a que faire du lieu où elle se dit, surtout dans des espaces christianisés depuis des millénaires et regagnés par le néant.
    Peut-être que vous vous mobilisez pour des manifestations, etc., mais nous avons plutôt besoin d'un Curé d'Ars, qui s'immobilise, en prière, dans son église. Celui-là a fait un gros travail, en trente ans. On ne peut pas exclure qu'il ait fait davantage pour peupler le Ciel que tout le Moyen Âge. On ne peut pas l'exclure.
    Nous sommes une époque maudite, et nous n'avons droit qu'à un "pape" antéchrist qui mouille son slip à faire entrer un max d'Arabes en Europe et à recevoir des tantes au Vatican, et à des évêques émasculés qui trouvent cela très bien. Merde aux lénifiantes excuses et aux catholiques sans couilles (dont je suis, hélas !) ! Godefroy de Bouillon, réveille-toi, ils sont devenus fous !

  • Robert, vous êtes sérieux ? Evoquer le bien commun, ça vous pose un évêque qui n'a pas froid aux yeux ?

    Un franc-maçon ne parle pas du bien commun ? Tiens, un exemple parmi des centaines que vous pourrez trouver sur internet:

    Qu'est-ce qu'être franc-maçon aujourd'hui ?
    C'est poursuivre la tâche de nos aînés, c'est-à-dire oeuvrer pour le bien commun.
    https://www.ouest-france.fr/les-francs-macons-sortent-de-lombre-311932

  • Stavrolus,
    Ce n'est pas parce que je ne considère pas que les errements de langage de cet évêque n'entrainent pas forcément son adhésion à une doctrine erronée que je partage ce qu'il dit concernant la société.
    Est-ce que le saint curé d'Ars aurait porté des jugements sur un évêque à cause de concessions à l'esprit du monde ?
    Je pense qu'il serait resté dans son domaine, le salut des âmes.
    Maintenant, dénoncer un évêque, je le précise pour un propos qui n'est pas un errement doctrinal, est-ce être un saint ?
    Je préfère en rester à me contenter de faire aimer la vérité et dénoncer les erreurs quand elles sont avérées. Son propos est erroné et maladroit, je n'y vois pas d'égarement doctrinal, même si je peux me tromper.

  • Yves,
    Un franc maçon parle de bien commun à partir de sa vision du monde, je suis d'ailleurs étonné de l'entendre dans leur bouche le terme intérêt général est plus souvent employé. Un évêque parle de bien commun en tant qu'évêque, c'est à dire avec une définition catholique du monde.
    Je ne cherche pas la polémique, simplement je pense que nous gaspillons notre énergie pour des motivations secondaires quand certains évêques sont hélas réellement hérétiques comme vous nous le signalez si souvent.
    A mon avis, à ce que je sais de lui, Mgr de Kerimel n'a pas une doctrine douteuse, mais juste la faiblesse de faire des concessions à l'esprit du monde. Tant que ce n'est pas pour pratiquer la complaisance envers la culture de mort et le relativisme moral, je ne m'en inquiète pas.
    Je préfère faire preuve de faiblesse laxiste que de me prendre pour un juge de ceux qui sont nos pasteurs, quitte à être accusé d'être un mauvais catholique.
    C'est ce que m'ont appris les religieux, j'en ai trop connu de parfaits qui ne rataient jamais la moindre apparence d'erreur et qui ont quitté le bercail du Christ pour se retrouver entre eux dans leur propre bercail. Ce n'est pas une insinuation, simplement un sentiment personnel à propos des procès d'intention.

  • Soyons clair. Il n'y a de ma part aucun procès d'intention. Il y a seulement un CONSTAT qu'il s'agit d'un communiqué d'un évêque et que dans ce communiqué il n'y a rien de chrétien, seulement des mots que n'importe quel porte-parole de la pensée unique aurait pu écrire.

    C'est tout ce que j'ai voulu dire. Si vous ne le comprenez pas, tant pis pour vous, mais la discussion est close.

  • "Le grand mal vient des sophistes qui se font une renommée en donnant une forme entraînante à l’erreur. Le vice et même le crime ont des limites, l’erreur n’en a pas.
    "Il faut donc dire la vérité sans finesse, ni stratégie habile. Je ne connais rien de plus dangereux que les gens qui propagent des idées fausses, sous prétexte que la nation ne voudra jamais y renoncer. Si elle n’y renonce, elle périra ; mais ce n’est pas un motif pour accélérer la décadence en adoptant l’erreur. Il n’y a d’autre règle de réforme que de chercher le vrai et de le confesser sans réserve quoiqu’il arrive. Je conçois qu’un homme prudent se taise momentanément sur le vrai, bien que je condamne cette prudence, mais je repousse tout homme qui se rallie par politique à l’erreur ".
    MGR DELASSUS,
    (SEMAINE RELIGIEUSE DE CAMBRAI / 1884 )

    La mission divine de la France /Marquis de la Franquerie,

    https://ww1.french-bookys.com/livre-15270-La-mission-divine-de-la-France-Marquis-de-La-Franquerie-%282019%29

Écrire un commentaire

Optionnel