Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Premier dimanche de carême

Les textes de tous les chants de la messe sont pris dans le psaume 90, et le trait chante tout le psaume sauf les versets 8 à 10. Dans la version du psautier romain, qui diffère peu du psautier gallican (celui du bréviaire).

Conformément au schéma musical des traits, non seulement les versets se terminent tous par la même formule, mais aussi les premiers stiques (chaque fois qu’on arrive à une grande barre). La différence avec les autres traits est qu’il comporte beaucoup de versets : ces formules reviennent de façon fréquente et rythment donc clairement la pièce.

Formule médiane :

Screenshot_2019-03-09 LU533.png

Formule finale :

Screenshot_2019-03-09 LU533(1).png

Il y a deux exceptions. La première est au verset 6 (qui est en trois parties et a donc deux fois la formule médiane) : la finale est différente. Peut-être parce qu’on vient d’évoquer le démon, et que celui-ci perturbe le déroulement normal du chant, trouble l’harmonie. On constate alors qu’il s’agit du verset 6, et que le 6 est un nombre diabolique (7 moins 1). Surtout, il parle du « démon de midi » : midi, c’est sexte : la sixième heure. Celle des ténèbres après la crucifixion.

La deuxième exception est au verset 10 du trait (verset 13 du psaume) : c’est le seul verset où la médiane est différente, et nettement plus brève (5 notes au lieu de 11). C’est que l’on marche sur les vipères et les basilics et qu’il vaut mieux ne pas s’attarder, même si les anges nous protègent… Interprétation qui paraît confirmée par les notes qui suivent et expriment comment l’on foule aux pieds le lion et le dragon.

(1) Qui habitat in adiutorio Altissimi
in protectione Dei caeli commorabitur
2 dicet Domino susceptor meus es
et refugium meum Deus meus sperabo in eum
3 quoniam ipse liberavit me de laqueo venantium
et a verbo aspero
4 scapulis suis obumbrabit tibi
et sub pinnis eius sperabis
5 scuto circumdabit te veritas eius
non timebis a timore nocturno
6 a sagitta volante per diem
a negotio perambulante in tenebris
a ruina et daemonio meridiano
7 cadent a latere tuo mille et decem milia a dextris tuis
tibi autem non appropinquabit
8 quoniam angelis suis mandavit de te
ut custodiant te in omnibus viis tuis
9 in manibus portabunt te
ne umquam offendas ad lapidem pedem tuum
10 super aspidem et basiliscum ambulabis
et conculcabis leonem et draconem
11 quoniam in me speravit et liberabo eum
protegam eum quoniam cognovit nomen meum
12 invocabit me et ego exaudiam eum
cum ipso sum in tribulatione
13 eripiam eum et glorificabo eum
longitudine dierum adimplebo eum
et ostendam illi salutare meum.

Celui qui habite sous l’assistance du Très-Haut demeurera sous la protection du Dieu du ciel.
Dieu a commandé pour toi à ses anges de te garder dans toutes tes voies.

Ils te porteront dans leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre la pierre.
Celui qui habite sous l’assistance du Très-Haut demeurera sous la protection du Dieu du ciel.
Il dira au Seigneur : Vous êtes mon défenseur et mon refuge. Il est mon Dieu ; j’espérerai en lui.
Car c’est lui qui m’a délivré du piège du chasseur, et de la parole âpre et piquante.
Il te mettra à l’ombre sous ses épaules et sous ses ailes tu seras plein d’espoir.
Sa vérité t’environnera comme un bouclier ; tu ne craindras pas les frayeurs de la nuit.
Ni la flèche qui vole pendant le jour, ni les maux qui s’avancent dans les ténèbres, ni les attaques du démon de midi.
Mille tomberont à ton côté, et dix mille à ta droite ; mais la mort n’approchera pas de toi.
Car le Seigneur a commandé pour toi à ses anges de te garder dans toutes leurs voies.
Ils te porteront dans leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre la pierre.
Tu marcheras sur l’aspic et le basilic, et tu fouleras au pied le lion et le dragon.
Parce qu’il a espéré en moi, je le délivrerai ; je le protégerai, parce qu’il a connu mon nom.

Il criera vers moi, et je l’exaucerai ; je suis avec lui dans la tribulation.
Je le sauverai et je le glorifierai. Je le comblerai de jours et je lui ferai voir mon salut.

Différences d’avec le psautier gallican. Au verset 2 « tu » est omis, au verset 6 il y a « per diem » au lieu de « in die », et « a ruina » au lieu de « ab incursu », au verset 7 il y a « tibi » au lieu de « ad te », mais curieusement le verbe est « appropinquabit » comme dans le psautier gallican (le psautier romain a « appropiabit », mais saint Augustin avait déjà « appropinquabit »), au verset 9 il y a « ne umquam » au lieu de « ne forte », au verset 12 « invocabit me » au lieu de « clamabit ad me », au verset 13 « adimplebo » au lieu de « replebo ».

Écrire un commentaire

Optionnel