Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gorzkie Żale

Chaque dimanche de carême en Pologne depuis le début du XVIIIe siècle on chante Gorzkie Żale, « Plaintes amères » (ou « Amères lamentations »), autour de la Passion du Christ. Cet « office » a pour origine un livret publié en 1707 par le prêtre lazariste Wawrzyniec Benik, intitulé “Un faisceau de myrrhe du jardin de Gethsémani, ou Tristes pleurs sur l’amère Passion du Fils de Dieu”. Son confrère Michał Bartłomiej Tarło, premier visiteur des lazaristes pour la province de Pologne, curé de Sainte-Croix de Varsovie (dont il termina la construction) fit organiser ces chants en un office para-liturgique, qui se répandit d’autant plus facilement que le P. Tarło devenait en 1710 évêque de Poznan.

La distribution de l’office n’est pas sans faire penser à l’Acathiste byzantin : il y a une première partie fixe (mais c’est seulement une hymne), et trois deuxièmes parties chantées les premier et quatrième, deuxième et cinquième, troisième et sixième dimanches, et on chante le tout le vendredi saint. (Les deuxièmes parties comprennent une « intention » parlée, une hymne, la « lamentation de l’âme » qui est à propos des souffrances du Christ ce que sont les louanges à Marie dans l’Acathiste, une antienne, un « dialogue de Marie avec l’âme », et une antienne finale identique (dont le texte ressemble à un tropaire…).

Voici une présentation en français de Gorzkie Żale, sur une idée de Jacek Kowalski, avec un des chants en français, dans la traduction d’Anna Drzewicka publiée en 2015. D’autres extraits chantés en français ici et . Mais je ne vois pas l’intérêt de chanter cette œuvre si polonaise dans une autre langue, d’autant que c’est du français chanté par des Polonais dans l’acoustique réverbérée d’une église, donc on ne comprend pas beaucoup plus qu’en polonais… (En tapant Gorzkie Żale sur YouTube on trouve de nombreuses interprétations, dont celle-ci, assez étonnante, d'un jeune organiste chanteur... Et le tout : 1, 2, 3.)

On trouvera ici une traduction anglaise, avec une préface du cardinal John Krol, archevêque de Philadelphie de 1961 à 1988.

Jacek Kowalski et Anna Drzewicka ont écrit un livre intitulé “République Sarmate, Anthologie de l’ancienne poésie populaire” (polonaise), qui donnera l’occasion de trois rencontres à Paris, du 15 au 17 mars à Paris, avec Jacek Kowalski et Henryk Kasperczak (et Chantal Delsol). Anna Drzewicka, spécialiste de littérature française du moyen âge, grande traductrice, est morte en janvier dernier. Jacek Kowalski est un étonnant personnage. Il a passé sa thèse de doctorat en histoire de l’art sur « les sujets architecturaux dans la littérature française de la seconde moitié du XIIe siècle », il a traduit Villon et Charles d’Orléans en polonais, il chante (voir sur Youtube) des chansons médiévales et ses propres compositions s’accompagnant à la guitare ou au luth ou avec des instruments médiévaux reconstitués, et aussi avec des ensembles instrumentaux. Il twitte tous les jours, parfois en français

D1NZvF1WkAEHWUQ.jpeg

Commentaires

  • Justement, Jacek Kowalski vient de twitter (dimanche 10 mars 2018) : "Amis Français! Du 15au17 mars, j'ai 3 réunions à Paris (rdz l’affiche). Je rêve de chanter dans n'importe quelle église DANS PARIS, en français, l'office polonais de la Passion du Christ:es prêtres que je connais ne peuvent trouver aucune place. Et Vous?"

    MERCI DE FAIRE QUE CE RËVE SE REALISE si vous en avez la possibilité !!!

    https://twitter.com/Korabita/status/1104781673911197701

  • Jacek Kowalski chante même en polonais des chansons chouannes!
    https://www.youtube.com/watch?v=-mCzHCiT004

  • Oui, "Les Bleus sont là" !

    Et Bertrand nous avait donné le lien pour l'interprétation en "live", et la fin en français.
    https://www.youtube.com/watch?v=btcfKEwCnk4&feature=youtu.be

Écrire un commentaire

Optionnel