Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint “Sans-CO2”

Titre d’un article d’Atlantico :

EDF a compris que le boom du véhicule électrique allait sauver sa place de leader mondial dans le nucléaire

Ce titre est excellent en ce qu’il résume parfaitement un long article, d’où l’on sortira aussi ceci :

EDF annonce qu’il deviendra le premier fournisseur pour véhicules électriques en 2022, soit 600.000 voitures et 30 % du marché. Et l’avantage commercial qu’EDF va mettre en tête de gondole, c’est que plus de 80 % de l’énergie fournie le sera sans CO2 à partir de son parc nucléaire.

Ce qui importe est que ce soit « sans CO2 ». Et bien sûr, cocorico, que EDF conforte sa place de numéro 1 mondial du nucléaire. Tout le reste on s’en fout. La preuve : dans le grand article d’Atlantico, comme dans tous les articles sur l’énergie, il n’y a pas un mot sur les déchets. Pourtant, plus on consommera d’électricité nucléaire, plus on produira de déchets pour nos descendants, sans pouvoir préciser le nombre de générations puisque des déchets sont radioactifs pendant des centaines d’années et d’autres pendant des milliers d’années. Et non, ce n’est pas « bon pour la planète », quoique « sans CO2 ». (A tout hasard on rappellera, même si ce n’est pas exactement le même sujet, que sans CO2 il n’y aurait plus de vie sur la planète.)

Dans le même temps, Engie (ex GDF-Suez, troisième groupe mondial de l’énergie) s’inquiète de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui va être publiée incessamment et dont on dit que les scénarios sont "tout électrique", "tout nucléaire", "à très forte proportion de nucléaire"… alors que l’ancien Gaz de France a toujours du gaz à vendre… mais du gaz bio !

Pour ce qui concerne la voiture, ce qu’on voit se profiler est que l’on va faire monter le prix de l’essence au point que l’on sera obligé d’acheter une voiture électrique. Comme dans de plus en plus de domaines , on est dans une société de liberté où l’on n’a pas le choix.

Addendum.

Ce "sans CO2" est devenu véritablement pathologique. Je cherche sur le site de La Poste le tarif d'une lettre recommandée pour l'étranger. Après le prix on me signale diverses choses, la dernière étant que l'envoi est "neutre en CO2". C'est en effet essentiel. Si ce n'était pas le cas j'irais la porter moi-même à pied, bien sûr...

Addendum 2

A propos des déchets, les atomaniaques, quand ils acceptent d'en parler, minimisent la question en disant qu'après retraitement et recyclage il ne reste presque rien. Un presque rien qui représente plus de 65.000 tonnes de déchets hautement radioactifs par an en France pour l'électricité. (A ajouter à 65.000 autres tonnes de déchets nucléaires de la recherche, de la défense, de l'industrie, des hôpitaux...)

Commentaires

  • Laudato si ne consacre pas un seul § aux méfaits du nucléaire !

  • Plus de nucléaire ne change pas grand chose à la question des déchets : pour ceux vraiment méchants (HAVL), il faudra une solution dont le coût et les dangers associés ne dépendront que peu des quantités. Un site comme celui de Bure ne gênera pas beaucoup plus en doublant le stock de déchets.
    Les déchets constituent un argument sérieux pour ne pas lancer de programme nucléaire civil ou militaire, pas pour arrêter des programmes en cours. Je dirais que prolonger le nucléaire en France est neutre pour la planète, ce dont les alternatives qui vont de neutre à néfaste.
    (un point qui m'inquiète sur le nucléaire est la vente de réacteurs par la Russie au Soudan, qui a probablement des standards de sécurité assez bas)

  • Mais comment ça, vous ne voulez pas « décarboner la mobilité périurbaine » ? « Moins de carbone, plus de lien » !

    Et « decarboner l’Europe », alors, vous y pensez, mauvais citoyen ?

    Et « l’aviation a-t-elle une place dans un monde décarboné » ?

    Il faut « agir pour décarboner sa vie ».

  • Le bobard CO2 permet de faire croire ce qu'on veut. Mais à EDF ce sont des menteurs car la construction d'une centrale (transports, béton, ciment etc...) a une "empreinte carbone colossale, comme toute construction, qu'il faut prendre en compte. Le seul avantage, c'est pendant le fonctionnement, très inférieur aux centrales charbon ou gaz.
    La voiture électrique est une utopie, car là encore la fabrication émet du CO2 t des polluants difficiles à traiter, comme toute fabrication ou activité humaine.
    Mais M Daoudal met le doigt sur le point fondamental "que sans CO2 il n’y aurait plus de vie sur la planète".
    Le niveau mental des populations matraquées par la désinformation frôle le niveau zéro.

  • C'est sûrement un point fondamental de la discussion, mais vous pouvez prendre n'importe quel constituant de la vie et en augmenter la proportion dans l'atmosphère - je dis bien la proportion et non la quantité - et vous rendez la vie impossible. Prenez l'oxygène par exemple : à 30 %, la moindre étincelle estivale détruirait le couvert forestier de l'Europe entière. C'est en tout cas ce que je crois savoir, même si je peux me tromper, n'étant guère scientifique.
    Ça n'enlève rien au caractère très inquiétant de l'atome, dont la fission n'est contrôlable que jusqu'à un certain point, au prix d'un appareillage technique de très haut niveau, par des scientifiques hautement spécialisés. Non seulement l'électricité française n'est pas particulièrement bon marché, mais les accidents de Tchernobyl et de Fukushima, les risques d'attentats, les dégâts potentiels d'un séisme ou d'un raz-de-marée, l'incapacité où l'on est de démanteler une centrale devraient, outre le problème des déchets radioactifs à durée de vie illimitée, nous faire réfléchir. Mais le "développement durable" n'est qu'un cache-misère hypocrite pour mieux emmerder les petits au profit des très gros, dans le domaine de l'énergie autant que dans celui de l'agro-alimentaire. Là encore, la France (ou ceux qui la gouvernent) concourt pour le titre de champion du monde du "plus grand dégueulasse que la terre ait jamais porté" (Vf du fameux western de Sergio Leone).

  • Le nucléaire est une excellente énergie : dense et peu polluante (si on retraite les déchets).

    Mais le promouvoir pour ces histoires de CO2 est une mauvaise raison. C'est caractéristique de notre époque folle de s'éloigner de la réalité pour les fantasmes.

    La voiture à batteries ne sera jamais un véhicule de masse, parce qu'elle n'est pas assez pratique. On peut se raconter toutes les histoires qu'on veut à ce sujet, c'est ch..t comme la mort à utiliser. Il faut vraiment beaucoup d'auto-persuasion pour ne pas en sentir les inconvénients. Ca ne peut être qu'une voiture d'appoint.

    La voiture à hydrogène (produit principalement par les stations d'épuration) viendra régler la question définitivement.

    La voiture à batteries apparaitra alors pour ce qu'elle est depuis que la Jamais Contente a dépassé les 100 km/h : une éternelle fausse bonne idée.

  • La Jamais Contente, une voiture électrique, fut le premier véhicule à franchir les 100 km/h le 1er mai 1899, en banlieue parisienne. En 1903, en France toujours, ce fut une De Dietrich à alcool végétal qui remporta le Circuit des Carburants. Elle fut disqualifiée sous la pression d'un membre du jury, le secrétaire de L'Association pour le pétrole, sous prétexte que son carburant n'était pas homogène.
    Je crois que derrière tout ça vous avez John Davison Rockefeller, aussi mignon à regarder que son petit-fils, David Rockefeller, ou que le fameux Soros. Ils ont tous des belles gueules de poissons crevés des différentes espèces : le Bon Dieu n'aura même pas besoin de les leur changer à la résurrection des corps.

  • Comme derrière le million de braves ploucs français sacrifiés pendant la Première Guerre mondiale, vous avez... le pétrole (de l'Empire Ottoman). Comme le résume Pierre Hillard (toujours éclatant) : aux Français, les dattes (la Syrie et le Liban) ; aux Anglo-Américains (c'est la même chose) le pétrole. Et un foyer juif en Palestine en prime, ne l'oublions pas.
    Si vous prouvez me prouver que tous nos emmerdements ne viennent pas de là, venez faire une dragonnade chez moi, bouffer mon gruyère suisse et lutiner mes filles.

  • Et ce qui est génial avec l'électricité, le linky va pouvoir tout surveiller dans votre logement :
    une entreprise de big data avoue la surveillance à domicile!
    https://www.youtube.com/watch?v=N5FxaAu4ysw

    Combien de gens l'ont accepté ? De véritables naïfs !

  • Cher René,
    Le compteur Linky ne permet qu'une surveillance négligeable comparé au reste. En gros, avec linky, si on l'utilise pour surveiller (et ce n'est pas le but), on peut savoir à peu près à quelle heure vous rentrez, combien vous êtes, si vous êtes frileux et si votre maison est bien isolée (si vous vous chauffez à l'électricité).
    Avec votre carte bancaire, votre connexion internet, votre pass de transport, on en sait beaucoup plus. Avec votre téléphone portable, on sait où vous êtes en permanence. Donc savoir que vous êtes probablement chez vous le soir ne change rien.
    Le seul point rassurant sur la surveillance, c'est qu'elle ne fonctionne pas si bien en pratique, comme on l'a vu avec la fuite du survivant du commando du 13 novembre. Et donc qu'il est improbable qu'aujourd'hui (mais qui sait demain ?) la surveillance soit aussi forte que techniquement possible.
    Linky a un gros défaut, c'est de ne pas aller assez loin et de ne pas permettre une modulation fine de la consommation (en gros,il ne permet pas de déclencher votre chauffe eau à 1h plutôt qu'à 23h ou de limiter le courant maximal appelé 3 jours par an, pour stabiliser le réseau, il ne peut que dire combien vous avez consommé).

  • Le Linky n’est absolument pas obligatoire, pourtant à ce jour que 0,97 % des foyers l’ont refusé. On retrouve là le même pourcentage de gens que ceux qui réclament le frexit.

    Il y a donc véritablement la volonté de la population française d'être dans un monde orwelien : le Nouvel Ordre Mondial.

    Documentaire sur les compteurs intelligents :
    https://www.youtube.com/watch?v=8ZTiT9ZSg3Q

  • constatons au moins qu'Asselineau a trouvé une nouvelle façon de tenter d'exciter les foules

  • Pour ma part, je faisais partie d'un quartier où, il y a dix ans environ, le compteur Linky était installé à titre expérimental et obligatoire. Ils m'ont relancé cinq ou six fois en septembre pour un rendez-vous. J'ai fini par leur adresser un courriel les priant de venir m'équiper le 24 décembre entre 14 et 16 heures. Jamais plus entendu parler. Je reste avec mon vieux compteur et je sais par un électricien de mes amis que le jour où l'on voudra nous restreindre l'électricité, il me suffira d'incliner légèrement le plateau sur lequel le compteur est posé pour qu'il ne tourne plus.

  • Le compteur Linky ne pose pas que des problèmes de flicage, mais de pollution électromagnétique.
    Question flicage: le compteur permet d'identifier les appareils mis en route par leur signature d'appel de courant et leur puissance. Ainsi, ils sauront si vous avez 1 poste de TV chez-vous. Intéressant pour la redevance.
    Question pollution électromagnétique, malgré les dénégations officielles, certains rayonnements à certaines fréquences et puissances ont des effets sur le métabolisme au niveau des cellules du corps et sur l'eau et les liquides intra-cellulaires et peut modifier l'ADN (chaque molécule et cellule à ses fréquences propres de résonance). Ce qui affecte la perméabilité intestinale et le système immunitaire (intolérances alimentaires, allergies), entre autres problèmes différents pour chaque fréquence et puissance. Les militaires en savent un rayon sur la question.
    Linky utilise des signaux à fréquences dans la gamme 1 kHz-100 kHz. (les portables c'est 0,9 ou 1,8 Ghz). Tous les fils électriques de votre installation vont rayonner en permanence dans toute votre maison.

  • Il faut arrêter de dire n'importe quoi sur le nucléaire : les déchets radioactifs vraiment dangereux ne le restent pas longtemps (de l'ordre de quelques siècles). Si les romains avaient exploité une centrale nucléaire, ces déchets ne seraient aujourd'hui dangereux que pour leur contenu en métaux lourds. Pour comparaison, les mines de plomb qu'ils ont exploitées sont encore dangereuses et polluantes, deux millénaires plus tard...
    Ce qu'il faut maîtriser c'est les déchets industriels, le nucléaire n'est qu'un épiphénomène par rapport à ça. Ceux qui sont contre le nucléaire méditent-ils sur les ravages écologiques des mines de terres rares?

  • J'avais en effet repéré cet article établissant pour la première fois le lien entre le compteur Linky et le réacteur EPR :
    http://www.atlantico.fr/decryptage/edf-compris-que-boom-vehicule-electrique-allait-sauver-place-leader-mondial-dans-nucleaire-jean-marc-sylvestre-3529516.html

    En réalité : https://www.poal.fr/blog/justice/linky-un-compteur-au-courant
    Première nouveauté : ceci (page 7) : Saison 1, Areva en mode « EPR d’ Hinkley Point », soit une dette potentielle de 25 milliards d'euros ;
    Seconde nouveauté : ceci (page 8) : Saison 4, après Uramin, Areva en mode « Ausra », soit une dette potentielle de 24 milliards d'euros .
    Observation supplémentaire : quand vous interrogez un spécialiste , il répond que tout est faux dans cette note ; question : mais où ? Impossible de le savoir ; autre question : existe-t'il sur internet des articles fiables sur la question ? Pas de réponse .

  • Cher Daoudal,
    D'où vient le chiffre de 65 000 tonnes de déchets hautement radioactifs par an en France pour l'électricité?
    D'après l'Andra, il y a environ 3 500 mètres cubes de déchet de haute activité en tout, et environ 50 000 mètres cubes de déchet de moyenne activité en tout (et non par an).

  • il ne faudrait pas comparer les carottes et les navets, en l'occurence les tonnes et les mêtres cubes

  • C'était un site de propagande officielle auquel renvoyait en lien l'article d'Atlantico, il me semble. Un article qui vantait le nucléaire qui ne fait quasiment pas de déchets, puisqu'il ne fait qu'un kilo par an et par habitant, ce qui n'est rien par rapport aux déchets de l'industrie... Sauf que ça fait 65 millions de kilos.

    Peu importent d'ailleurs les chiffres exacts, que bien entendu on ne peut pas connaître, surtout si on répond cubage à qui parle poids.

    En tout cas il n'y a pas de déchets "en tout", à moins que l'on ait arrêté le nucléaire...

    Le problème ce sont les déchets, en soi, les saloperies qu'on lègue à nos enfants, et qu'on accumule, ce qui est contraire à ce que suppose le fait que nous ne sommes que des usufruitiers de la planète.

  • Je répondais cubage car je n'avais que ce chiffre sous la main, le "en tout" voulait dire "dans les derniers inventaires" (ces chiffres vont donc augmenter au cours du temps);
    Sur la gestion à long terme des déchets les plus dangereux, l'accumulation est peu gênante tant que les ordres de grandeurs restent les mêmes.
    A supposer que l'on démontre l'absence de possibilité de remontée spontanée, est-ce qu'un enfouissement vous semblerait acceptable?

Écrire un commentaire

Optionnel