Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nouvelles de l’AGRIF

1) Victoire dans l’affaire du FRAC de Lorraine après 9 ans de procédure !

Après avoir obtenu gain de cause devant le tribunal de grande instance de Metz, la Cour d’appel de la même ville avait débouté l’AGRIF de ses poursuites contre l’infâme exposition de l’Infamille.

La Cour de cassation vient de casser très fermement cet arrêt de débouté en rappelant que les juges devaient juger l’atteinte au principe de la dignité humaine qui leur était ainsi soumis par l’AGRIF !

Dignité humaine, voilà bien tout le sens du combat de l’AGRIF !

La Cour d’appel de Paris est désignée pour rejuger l’affaire.

 

2) Poursuites contre Nick CONRAD, raciste rappeur sanguinaire anti-blanc.

À la suite de la publication sur Youtube d’un clip de rap de 9mn le 17 septembre appelant à pendre les blancs et dont le visionnage soulève le cœur devant la perversité sans limite des horreurs, l’AGRIF, dans sa longue continuité de lutte contre pareilles abominations, engage immédiatement les poursuites qui s’imposent.

Commentaires

  • Quand les signaux sont envoyés au plus haut niveau, sous couvert de culture « à la sauce hip-hop ».

    Kehinde Wiley, the artist chosen to paint the official portrait of former US President Barack Obama, previously depicted black women decapitating white women.

    https://www.telegraph.co.uk/art/artists/obama-portrait-painterkehinde-wileys-past-work-depicted-black/amp/


    Kehinde Wiley, le choix peu orthodoxe d’Obama pour son portrait présidentiel

    https://www.courrierinternational.com/article/kehinde-wiley-le-choix-peu-orthodoxe-dobama-pour-son-portrait-presidentiel

  • Au plus haut niveau...

    Quand Emmanuel Macron s'affiche avec la chanteuse Rihanna « pop », « RnB » à l'Elysée et à Dakar

    http://www.lefigaro.fr/culture/2018/02/03/03004-20180203ARTFIG00064-rihanna-retrouve-emmanuel-macron-a-dakar-pour-parler-d-education.php?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

    Laquelle Rihanna s'était mise en scène dans une vidéo co-réalisée avec le collectif français MegaForce, qui glorifie le kidnapping, la torture, les stupéfiants, le meurtre, les armes à feu, la pornographie et les stéréotypes raciaux

    https://www.dailymail.co.uk/debate/article-3150454/Rihanna-video-turn-mothers-stomachs-Concerned-parent-SARAH-VINE-star-s-latest-song-glorifies-murder-torture-drug-taking-guns-racial-stereotyping.html

    https://mobile.lesinrocks.com/inrocks.tv/rihanna-le-clip-ultra-violent-de-bitch-better-have-my-money/

    https://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-3146808/Rihanna-fully-nude-bloody-quest-revenge-B-Better-Money-music-video.html

    https://thoughtcatalog.com/kovie-biakolo/2015/07/what-rihannas-bbhmm-video-says-about-black-women-white-women-and-feminism/

    Rihanna agite dans cette vidéo disponible gratuitement pour les légions de ses fans, notamment des filles de 12 ans, une arme à feu en arrière-plan tandis que sa victime, une femme blanche, est attachée, nue et bâillonnée au premier plan.

  • Références de l'arrêt :
    Cass. civ. 1, 26-09-2018, n° 17-16.089, FS-P+B, Cassation partielle
    " Mais sur la deuxième branche du second moyen :

    Vu l'article 16 du code civil, ensemble l'article 12, alinéa 1, du
    code de procédure civile ;

    Attendu que, pour rejeter la demande indemnitaire de l'AGRIF, après avoir relevé que ladite association soutient qu'indépendamment de toute incrimination pénale, l'organisation de l'exposition au cours de laquelle a été présentée l'oeuvre litigieuse, qui porte atteinte à la dignité de la femme et au respect de l'enfant, est constitutive d'une faute civile, l'arrêt retient que l'argumentation présentée par l'AGRIF ne fait référence utile à aucun texte de loi qu'aurait pu enfreindre le FRAC en exposant les écrits litigieux, dès lors que l'article 16 du code civil n'a pas valeur normative et ne fait que renvoyer au législateur l'application des principes qu'il énonce ;

    Qu'en statuant ainsi, alors que le principe du respect de la dignité de la personne humaine édicté par l'article 16 du code civil est un principe à valeur constitutionnelle dont il incombe au juge de faire application pour trancher le litige qui lui est soumis, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

    PAR CES MOTIFS et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres branches du second moyen :

    CASSE ET ANNULE, sauf en ce qu'il déclare irrecevable l'action civile de l'Association générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne relative aux faits délictueux prévus à l'article 227-24 du code pénal, l'arrêt rendu le 19 janvier 2017, entre les parties, par la cour d'appel de Metz ; remet, en conséquence, sur les autres points, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Paris ... "

Écrire un commentaire

Optionnel