Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sainte Russie

procession 1.jpg

procession 2.jpg

procession 3.jpg

Une procession a réuni la nuit dernière à Ekatérinbourg près de 100.000 personnes pour commémorer le centenaire de l'assassinat par les bolchéviques du dernier tsar Nicolas II et des membres de sa famille.

Une divine liturgie a été célébrée par une quarantaine d’évêques devant l’église de Tous-les-Saints, construite entre 2000 et 2003 - les Russes l’appellent l’église « sur le sang versé », son nom complet est : « église sur le sang versé en l'honneur de tous les Saints resplendissants dans la Sainte Russie », son autel se trouvant juste au-dessus de la cave où furent fusillés Nicolas II et sa famille.

A partir de 2h00 du matin, le patriarche Cyrille a conduit la procession jusqu’au monastère « des saints martyrs impériaux » de Ganina Iama, à 21 km de là, construit près du fossé où l’on retrouva les restes de la famille impériale (ce que vient de confirmer, ce lundi, une analyse ADN).

« Nous devons vraiment résister à toute idée ou dirigeant qui nous propose, via la destruction de notre vie, de nos traditions et de notre foi, d'adopter un soi disant nouvel avenir inconnu et heureux », a notamment déclaré Cyrille.

Commentaires

  • A quand en France une immense cérémonie pour commémorer les martyrs de la Révolution française, famille royale, clergé, religieux et religieuses, simples laïcs, et le peuple vendéen génocidé ?
    Abattre ce totem sanguinaire et arracher le masque à la Révolution, pour découvrir son vrai visage et sa vraie nature, voilà ce à quoi nous devrions nous atteler.

  • Il ne faut pas rêver ! Tant que les Francs-Maçons du Grand-Orient ( les plus venimeux des francs-macs ) tiendront le haut du pavé, cela n'arrivera pas...

  • Merci Monsieur Daoudal pour ces photos tellement réconfortantes, et merci à Madame Géraldine pour son commentaire.

  • Un peuple qui se souvient du passé et veut, humblement, commémorer les crimes du passé commis par ses ancêtres, est un peuple qui a pour lui la fidélité et le sens de l'immortalité spirituelle .Saffroy

  • Je l'exprimerais autrement:
    "Un peuple qui se souvient du passé et veut, humblement, commémorer la mémoire des victimes des crimes du passé commis par ses propres dirigeants, est un peuple...."
    "

  • Au XVIe siècle, Ivan IV se repaissait, entre deux messes, de la terreur et du sang des victimes qu'il torturait horriblement, pour son plaisir. C'était l'époque d'Henri II et de ses fils. A côté du sac de Novgorod, la Saint-Barthélémy est une échauffourée, surtout quand on sait par quelles atrocités les protestants ont "converti" les pays catholiques. Supériorité du christianisme romain et de ses princes français sur les schismatiques et les hérétiques de tous les pays.

Écrire un commentaire

Optionnel