Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ils n’ont pas honte…

ddonw5mxuae6dhb.jpeg

En 2004, « les évêques de France », à savoir les six du Comité permanent pour l’information et la communication, dont l’actuel président de la conférence épiscopale, publiaient un misérable torchon condamnant le film de Mel Gibson La Passion du Christ.

En 2018, ils n’hésitent pas à reprendre une image du tournage (montrant précisément un aspect qu’ils condamnaient) pour leur campagne du denier du culte.

Heureusement qu’il y a quantité de façons de donner à l’Eglise sans passer par eux.

Commentaires

  • Cela dit, la photo est superbe!

    La montre de Mel Gibson me rappelle ce plan montrant Jésus sur la via Crucis dans Le Ben Hur avec Charlton Heston: On y voit dans un coin un soldat romain portant une rutilante montre bracelet !

  • +1 très bon slogan !
    On voit d'ailleurs que Mel G porte le scapulaire. Vraiment un bon bonhomme ce gars !

  • J'espère que les droits d'auteur de la photo ont coûté un bras à la CEF (c'est ceux qui donnent au denier du culte qui payent). A moins qu'ils ne l'aient piratée tout simplement.

  • C'est vrai qu'il faut la payer cette image
    Je n'aime pas quand on fait de l'humour avec Jésus et sa passion mais je ne suis sans doute pas très moderne

  • Cet humour en fait, est terrible, C'est profond et pénétrant. Ici, personne ne songe à se moquer du Christ, au contraire. Enfin il me semble. On aurait plutôt tendance à compatir aux souffrances du Christ et à se moquer éperdument du type en question, et de nous-même aussi, non?

  • Le Pape St. Jean-Paul II n'était pas du tout d'accord avec ces évêques puisqu'il avait vu et commenté ce film avec émotion en disant que les tortures et les souffrances du Christ qu'on y voit avaient sûrement été telles que décrites.

    Alors, l'avis de ces évêques indignes...

  • Il faut reconnaître que le message véhiculée par cette photo est profond et à méditer. En revanche, quel rapport avec le denier ?

Écrire un commentaire

Optionnel