Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Qui c’est l’patron ?

Matthew Hazel, le spécialiste de l’histoire de la réforme liturgique sur le blog New Liturgical Movement s’est demandé pourquoi et comment le dimanche du Bon Pasteur a été transféré du deuxième au troisième dimanche après Pâques (qui sont devenus les troisième et quatrième dimanches DE Pâques, histoire de bien perdre ceux qui croyaient suivre…).

Matthew Hazel est donc allé voir les documents. Et il a découvert que lors des discussions du « Coetus XI » sur le nouveau lectionnaire, au cours de l’année 1966, on avait longuement évoqué la possibilité de déplacer le dimanche du Bon Pasteur afin de consacrer les trois premiers dimanches de Pâques aux évangiles de la Résurrection, puis on avait pris la décision, à l’unanimité moins une voix, d’en rester au statu quo.

De ce fait l’Ordo lectionum distribué aux évêques en 1967 gardait le dimanche du Bon Pasteur à sa place traditionnelle.

Et deux ans plus tard, surprise ! l’Ordo lectionum définitif et obligatoire reculait d’une semaine le dimanche du Bon Pasteur…

Parce que, dira beaucoup plus tard Annibale Bugnini (en 1990), l’ordo fut « radicalement révisé » en 1968 sur la base des 460 observations d’évêques et d’experts. Donc on doit supposer que de nombreux évêques et experts avaient dit le contraire des experts du groupe ad hoc… Combien ? on ne saura pas. Bugnini a décidé, le pape a acquiescé, l’Eglise a obéi…

Commentaires

  • Ce Bugnini dont il est dit sur wiki qu'« il est de notoriété publique qu'il était en « disgrâce » auprès du pape Paul VI qui l'a exilé comme pro-nonce apostolique en Iran. Paul VI s'est senti trahi, liturgiquement ! Au pape il disait que la Commission liturgique était d'accord, aux membres de la commission il disait que le pape était d'accord - voire ordre du pape.»

    Il faut défaire ce qu'il a fait, puisque les fondations ne sont pas fiables.
    Et s'interroger sur les capacités de discernement de Paul VI.

  • en 2011, aux Etats-Unis, l'œuvre de Bugnini allait au bûcher ou sous une dalle de béton
    https://www.lerougeetlenoir.org/information/les-breves/mgr-bugnini-au-bucher
    (...) aux États-Unis, il est désormais officiellement interdit d’utiliser les livres liturgiques (Missel, Sacramentaire) promulgués par le concile Vatican II sous l’égide de Mgr Bugnini.
    L’abbé Byers du diocèse de Charlotte (Caroline du Nord) a ainsi pu rendre un dernier hommage à feu Annibale Bugnini (prélat franc-maçon et grand acteur de la réforme liturgique conciliaire). Lors de la Vigile de Noël, et comme le prévoit l’usage, l’abbé a jeté au feu le Sacramentaire désormais périmé dont Bugnini avait été à l’origine dans les années 1960 : c’est bien la première et la dernière fois que Bugnini aura réchauffé les cœurs d’une assistance catholique.
    Ailleurs, Mgr Michael O. Jackel a fait rassembler tous les Missels et Sacramentaires périmés de son diocèse de Wichita dans le Kansas de peur qu’ils n’infectent ses fidèles d’une maladie mortelle. Ainsi rassemblés, il ordonna qu’on les mît dans une espèce de sarcophage et qu’on y versât une massive coulée de béton.

  • Le "rouge et le noir" un site qui qualifie "la Croix" de catholique modéré????

  • Hannibal à Rome : tout un programme pour une cinquième colonne. Vous en connaissez beaucoup, des catholiques, avec ce prénom sémitique d'origine phénicienne (Je sais, je sais, il y a un saint Hannibal... M'enfin, comme disait Gaston... Pourquoi pas Antiochus ou Néron ?)

  • Ses parents auraient aussi pu l'appeler Jack l'éventreur ou Gengis Khan.

  • Selon cet adage dont je n'ai jamais saisi toute la subtilité, "le diable porte pierre" (si on écrivait "Pierre", avec une majuscule, il serait déjà moins sibyllin). Après cinq ans de Bergoglio, le vin de messe frelaté de Vatican II, vendu au prix du Corton-Charlemagne, commence d'exhaler sa puanteur méphitique, y compris pour des gens qui, comme moi, ne soupçonnaient rien de l'état de la cave il y a encore six ans...

  • Et que dire du rituel du baptême ?
    Selon le prêtre exorciste Jean-Régis Fropo, le Rituel du baptême des petits enfants de 1970 a été tant expurgé qu’il ne combat pas l’influence démoniaque.

    https://www.infocatho.fr/tag/pere-fropo/

    Les enfants concernés ont été baptisés selon le Rituel rénové d’après le concile Vatican II. Celui que j’ai entre les mains a été promulgué le 15 mai 1969 par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements et signé par le cardinal Gut, préfet, et A. Bugnini, secrétaire. On peut légitimement se poser la question : « Comment se fait-il que les exorcismes prévus lors du sacrement du baptême n’aient pas délivré ces enfants de ces emprises maléfiques ? ».

  • C'est sûr que cette histoire de dimanche après Pâques ou de Pâques met un gros bordel...

Écrire un commentaire

Optionnel