Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tria sunt munera

℟.  Tria sunt múnera pretiósa, quæ obtulérunt Magi Dómino in die ista, et habent in se divína mystéria:
* In auro, ut ostendátur Regis poténtia: in thure, Sacerdótem magnum consídera: et in myrrha, Domínicam sepultúram.
℣. Salútis nostræ auctórem Magi veneráti sunt in cunábulis, et de thesáuris suis mýsticas ei múnerum spécies obtulérunt.
℟.  In auro, ut ostendátur Regis poténtia: in thure, Sacerdótem magnum consídera: et in myrrha, Domínicam sepultúram.

Ce sont trois précieux présents que les Mages ont offerts au Seigneur en ce jour-là, et ils ont en eux des mystères divins : dans l’or, afin que soit montrée la puissance du Roi, dans l’encens, considère le grand Prêtre, et dans la myrrhe, la sépulture du Seigneur. Les Mages ont vénéré l’auteur de notre salut dans la crèche, et de leurs trésors lui ont offert des formes mystiques de présents.

Répons des matines. Le voici chanté par la Schola cantorum Coloniensis, mais avec comme verset

Reges Tharsis et insulae munera offerrent : reges Arabum et Saba dona adducent.

Les rois de Tharsis et les îles lui offriront des présents : les rois d’Arabie et de Saba apporteront des dons.

et avec la doxologie (Gloria Patri….).


podcast

Le voici dans l’antiphonaire de Salzinnes (XVIe siècle), avec le texte du bréviaire actuel, et un chant qui est une variante de celui de l’enregistrement.

Screenshot-2018-1-7 Cantus Ultimus — Halifax (Canada), St Mary’s University - Patrick Power Library, M2149 L4 1554.png

Écrire un commentaire

Optionnel