Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En Irak

Différentes personnalités irakiennes protestent contre les amendements au Code du statut personnel adoptés en catimini la semaine dernière par le Parlement et demandent leur retrait. Au moment du vote, une quinzaine de députés étaient sortis du Parlement pour tenter, en vain, que le quorum ne soit pas atteint (mais selon un député chrétien le quorum n’était réellement pas atteint).

En résumé, ces amendements vont faire ressembler ce Code, qui était lors de sa promulgation en 1959 l’un des plus « progressistes » du monde arabe, à celui de l’Etat islamique. Ils rétablissent par la bande, de façon subreptice, ce que le « Conseil de gouvernement » chiite de 2003 avait tenté d’imposer : un décret qui comportait deux articles : 1. Application de la charia pour toutes les affaires de statut personnel. 2. Abrogation de toute loi non conforme à l’article 1. C’était tellement caricatural que le gauleiter américain qui parrainait le Conseil avait dû s’y opposer.

Or deux amendements adoptés la semaine dernière aboutissent au même résultat : toute personne peut demander que le tribunal civil juge selon la charia, et aucune autre loi contrevenant celle-ci ne peut être appliquée.

Cela aboutit à rétablir la dhimmitude, et à légaliser tout ce que contient la charia, dont le mariage des petites filles, l’interdiction pour des non-musulmans d’hériter de musulmans (mais l’inverse est permis), l’interdiction pour un non-musulman d’avoir la garde d’un enfant mâle musulman, lequel est forcément musulman s’il a un parent musulman (et la femme musulmane divorcée ne peut garder son enfant mâle que jusqu’à deux ans), l’invalidité des témoignages des non-musulmans s’il y a des témoins musulmans, les femmes musulmanes étant interdites de témoignage sauf cas particuliers, etc.

Les défenseurs des droits des minorités, des femmes et des enfants appellent à ce que soit saisie la Cour suprême, qui pourrait juger la loi anticonstitutionnelle… ou pas, vu que la Constitution dispose que « l’islam est la religion officielle de l’Etat et une source fondamentale de la législation »…

Commentaires

  • Est-ce bien orthodoxe dans la mesure où ce statut s'applique aussi aux non-musulmans ?
    je croyais que la charia était un cadeau fait par Allah aux croyants et ne pouvait pas s'appliquer aux infidèles
    il y aura d'ailleurs un problème technique : même si tous les sunnites d'Irak appartiennent au même rite, ce qui est à voir, la (ou les) charia chiite n'est pas la même

  • Désolant ! Et c'est au nom de l'unité de ce bel Etat, l'Irak, que la France n'a pas bougé le plus petit doigt pour le Kurdistan irakien : là-bas au moins les magasins d'alcool tenus par les chrétiens et les yésidis sont toujours autorisés. L'alcool coule à flots dans les banquets officiels. De quoi regretter le président Barzani dont Obscurisverainvolvens a fait un bel éloge récemment ;

    https://leblogdegrog.blogspot.fr/2017/10/kurdistan-eloge-du-president-barzani.html

  • ce "bel état" a été fabriqué de pièces et de morceaux quand on a dépecé l'empire ottoman
    j'ignore ce que les Kurdes de l'époque pensaient des Yezidis, mais ils venaient de participer au grand massacre des Arméniens et des Assyriens dont ils se sont partagé les dépouilles

Écrire un commentaire

Optionnel