Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La tragi-comédie ukrainienne

En Ukraine, la mafia de Ioulia Timochenko, appuyée (pour ne pas dire manipulée) par les puissances occidentales, avait viré la mafia de Viktor Ianoukovitch au terme de la soi-disant révolution orange. Puis, aux élections suivantes, la mafia de Ianoukovitch avait viré la mafia de Timochenko. Et voici qu’à l’occasion d’une nouvelle révolution de rue, la mafia de Timochenko a de nouveau viré la mafia de Ianoukovitch…

Et bien entendu les puissances occidentales se félicitent de ce retour à la démocratie, le commissaire Olli Rehn déclare que l’UE est prête à donner une aide de plusieurs milliards d’euros, et Catherine Ashton se précipite à Kiev pour discuter avec les « nouvelles autorités » (?) de l’aide de l’UE…

C’est une occasion de plus de vérifier que l’Ukraine n’existe pas. Et il semble que certains, au vu de ce qui se passe à l’est du pays, commencent à le comprendre plus ou moins, ce qui les effraie… En fait, une grande partie de l’Ukraine est russe : on y parle russe, et la principale Eglise est celle qui dépend du patriarcat de Moscou. La « Rous’ de Kiev » est historiquement le berceau même de la Russie. Tandis que la petite partie occidentale, autour de Lvov (en ukrainien Lviv) est un territoire historiquement polonais (polono-ukrainaien), où il y a une Eglise ukrainienne grecque-catholique, et où l’Eglise orthodoxe autocéphale n’est pas reconnue par Moscou.

En dehors de cela, ce qui me frappe une fois de plus est comment les puissances occidentales ont une fois de plus pris le parti de la rue contre les autorités élues. Il y a là un clair glissement de la conception de la démocratie, il me semble. Cela a commencé avec les « printemps arabes ». Sous prétexte que la rue s’opposait à des dictateurs. Et c’est la suite du printemps arabe qui a vu s’effectuer le glissement : en Egypte. Dans ce pays il y a eu des élections, régulières pour autant qu’elles pouvaient l’être, et donc un gouvernement démocratiquement élu, fatalement islamiste. Mais la rue « démocratique » a manifesté, et l’armée (financée par les Etats-Unis) a « démocratiquement » renversé le gouvernement. Depuis lors c’est partout la rue qui est démocratique, et le pouvoir élu qui est dictatorial (Tunisie, Turquie, Grèce, Ukraine, aujourd’hui Venezuela).

Sauf en France. Parce que la rue n’a raison que si ses revendications sont celles de l’oligarchie mondiale.

Lien permanent 4 commentaires

Commentaires

  • On va vers la partition prévue depuis longtemps dans le choc des civilisations,la partie est avec la Crimée rejoignant la Sainte Russie et la partie ouest l'UE,royaume du Diable laïciste. Un fardeau de plus pour le brave peuple de France,il porte 100 kg ,il va en porter 150.

  • Nous retrouvons les mêmes criminels en action en Libye,en Syrie,en Ukraine notamment et ce sont les Occidentaux qui veulent imposer le nouvel ordre mondial à la planète entière au nom de Messire Satan. Il est ravageur,Messire Satan,à tel point que l'on voit en France des quotidiens catholiques d'une façon surprenante s'aligner sur ses thèses.

  • La langue russe interdite en Ukraine,on rêve devant la menée de ces criminels qui vont précipiter la partie ouest du pays dans une misère affreuse;c'est la croix ennemie de celle du Christ qui plus est qui flotte à Kiev.

  • "la mafia de Ioulia Timochenko, appuyée (pour ne pas dire manipulée) par les puissances occidentales" Non, l'enrichissement personnel de cette (fausse) blonde, lors de son passage au gouvernement prouve que c'est, plutôt, elle qui manipule

Écrire un commentaire

Optionnel