21 décembre 2013

Un miracle polonais à Créteil

En septembre 2012, un homme, Marc, est en train de mourir d’une leucémie myéloïde chronique atypique dans une unité de soins palliatifs à Créteil. Cela fait plus d’un an que les médecins l’ont condamné. Le 13 septembre, un psychologue le prépare à la mort (?). Le lendemain, il est réellement mourant, inconscient ; on appelle un prêtre in extremis. C’est le P. Jean, qui est allé tout récemment en Pologne, et il a prié sur la tombe du bienheureux Jerzy Popieluszko. Il veut confier le mourant au martyr du communisme. La femme de Marc n’en a jamais entendu parler. Mais elle va réciter avec lui la prière. On est le 14 septembre. « Écoute Jerzy, c’est ton anniversaire et c’est le mien, donc si tu dois faire quelque chose, c’est le jour », dit le P. Jean. (C’est aussi la fête de l’exaltation de la Sainte Croix.)

Le lendemain, la femme de Marc va aux pompes funèbres pour organiser les funérailles. Mais Marc ne meurt pas. Quelques jours plus tard, il est guéri. Un mois après, les examens sont formels : il n’y a plus aucune trace du cancer. Son médecin traitant rédige un certificat indiquant que la guérison « n’est pas expliquée médicalement ».

Le postulateur de la cause de canonisation de Jerzy Popieluszko est venu voir le miraculé. L’évêque de Créteil a constitué une commission.

Voir l’article de La Croix. Lequel n’évoque pas la difficulté qui apparaît pourtant : le sacrement d’extrême onction, ou sacrement des malades, peut guérir le corps comme il guérit l’âme. Il doit être rare toutefois qu’il opère de façon si spectaculaire. Je souhaite évidemment que le miracle soit attribué à l’intercession de Jerzy Popieluszko.

(La Croix dit que « le couple partage une foi profonde ». C’est tout de même fort curieux, quand on a une foi profonde, de s’en remettre à un psychologue, et de faire venir un prêtre quand il est trop tard.)

Commentaires

"Le lendemain, la femme de Marc va aux pompes funèbres pour organiser les funérailles."

Curieux récit.

Écrit par : Denis Merlin | 21 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Il n'est pas dit que c'est le malade ou son épouse qui a appelé le psychologue. C'est peut-être un médecin ou une infirmière, pour un service qui existe dans cet hôpital pour aider les patients en fin de vie qui ne réclament personne.

On ne sait pas ce qu'on fera quand le moment sera venu...

Du reste, quand on réclame un prêtre, on voit un laïc venir (il n'y a plus assez de prêtres, cette remarque n'est pas une critique, c'est juste un fait).

Écrit par : Jean Theis | 21 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les prêtres traditionnels que je connais dans ma région, laissent tout tomber, je dis bien tout, quand ils sont appelés auprès d'un mourant. Et pourtant, ils ne sont pas nombreux. C'est juste une échelle des valeurs (la valeur des sacrements par exemple, pour sauver les âmes). Et il n'est pas rare que dans les couloirs de l'hôpital, ils soient appelés dans d'autres chambres car ils sont en soutane et donc reconnaissables. Ils n'ont pas le "droit" de venir d'eux-mêmes dans les hôpitaux publics, ils doivent être appelés par les malades ou leur famille ( c'est cela la laïcité, laisser crever les gens comme des chiens).

Écrit par : Dauphin | 21 décembre 2013

Voir un psychologue n'exclut pas de voir un prêtre par ailleurs. À moins que ça ne soit précisé dans le récit ?

Écrit par : Marc | 22 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Une SEULE ISSUE : La TRADITION !!!!

Pour le reste ............ Remettons cela entre les mains du Seigneur.

Écrit par : Jehan-Vincent | 22 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.