17 janvier 2013

Et elle se dit « sidérée » !

Deux journaux télévisés de France 2 ont été supprimés du site internet de la chaîne, parce que l’on y voyait très brièvement une journaliste (de France 3) sourire à Gilbert Collard qui venait de lui répondre par une plaisanterie.

Face au tollé que cette affaire a évidemment provoquée, France 2 a fini par remettre les deux journaux sur son site.

Réaction de la demoiselle qui avait exigé le retrait des journaux :

« Je suis sidérée par l’ampleur que prend cette affaire microscopique. »

Sic.

On devrait lui montrer le chemin des studios de Télé-Pyongyang.

Et aussi, et d'abord, bien sûr, aux responsables de France Télévision qui ont osé acquiescer à sa demande.

14:48 Publié dans médias | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Censurer un sourire... et le déclarer sans honte en plus...
Ces gens s'éloignent à une vitesse vertigineuse de tout bon sens, de toutes les évidences les plus naturelles, de toute civilisation humaine, de toute réalité.

Il va devenir véritablement impossible, sans exagération, de parler avec ces gens là, impossible de se comprendre même sur des sujets élémentaires.

Il faudra mettre en place des stages de désintoxication comme pour les drogués, les sex-addicts, etc... 6 mois minimum dans la nature sans le moindre contact avec un journaleux ou un bobo, sans téléphone ni internet ni télé, avec des cours de français et de philo de base, de politesse élémentaire, d'histoire non-mythologisée, voire de sciences naturelles, de sport, de bricolage... Et suivi médicalisé et psy sur le long terme.

Écrit par : HH | 17 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Ce qu'il y a de bien avec les journalistes,c'est qu'on s'attend au pire et l'on est jamais déçus !

on peut malheureusement étendre ce commentaire à bon nombre de politiques...
DP

Écrit par : daniel PELISSIER | 17 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Je vais vous en raconter une bonne sur la difficulté intellectuelle à VOIR la réalité d'une "journaliste" de FR3.

J'ai oublié son nom. Il y a quelques années, revenant vers l'IDF de Province, arrêté au péage de St-ARNOULT en Yvelines, je payais à la guichetière... D'un seul coup, un choc fort me propulsa ainsi que mes passagers ( OPEL OMEGA ) très loin devant les guérites. A ma gauche j'ai vu disparaître d'un coup la guichetière vers l'arrière. Un coup de frein pour arrêter le mouvement style "coup du lapin", heureusement sans conséquences. L'Arrière de l'OPEL n'avait rien d'autre qu'un léger enfoncement de pare-chocs.

MAIS derrière, stoppée net au niveau de la guérite par le choc une clio conduite par une femme...

Je recule pour finaliser mon paiement...

Puis constat un peu plus loin...

La fille m'engueule en me reprochant d'avoir mis un panneau à l'arrière sur ma vitre marqué en gros : "NON à l'EURO !" Elle ajoute que l'on n'a pas idée d'afficher quelque chose qu'elle ne pouvait lire sans s'en approcher de près. D'où l'arrivée rapide contre mon arrière ! Et PAN ! De plus, pourquoi ne voulais-je pas de l'euro qui était selon elle un progrès... C'est là que j'ai appris qu'elle était de FR3. Tout devenait alors limpide pour moi...

Écrit par : MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS | 18 janvier 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire