22 décembre 2012

A ce point-là c’est pathologique, non?

Le fils de Robert Hersant, Philippe Hersant, actuel patron du groupe Hersant (dont on parle ces jours-ci à cause de la reprise de journaux du groupe par Bernard Tapie), est l’un des plus importants « réfugiés fiscaux » de Suisse. Il s’est installé à quelques mètres de la frontière, il y a dix ans, pour échapper à l’impôt sur les successions.

Et depuis lors il a acheté un, deux, trois, quatre quotidiens suisses francophones indépendants (il n’en reste plus qu’un), en montant un groupe intitulé Éditions suisses Holding (ESH) qui a acheté plusieurs périodiques et possède des participations dans une imprimerie et des chaînes de télévision locales…

Écrire un commentaire