02 janvier 2012

Laïcité à la française

Un natif de la commune de Saint-Eutrope-de-Born avait financé l’érection d’un calvaire à l’entrée du village. Le calvaire a été inauguré, en présence du maire, il y a deux ans. Des habitants ont porté plainte pour non-respect de la laïcité. Le tribunal administratif de Bordeaux a ordonné la suppression du calvaire au nom de la loi de 1905.

La loi de 1905 interdit en effet d’ériger des symboles religieux dans les lieux publics. Mais ce calvaire a été érigé au lieu même où se trouvait déjà un calvaire, tombé en 1967.

Le tribunal bordelais a choisi l’interprétation antichrétienne de la loi. Susceptible d’appel, me semble-t-il.

17:01 Publié dans Laïcité | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

le calvaire pré-existant d'avant 1905 n'avait pas, semble-t-il était entretenu et donc avait disparu pour vétusté il y a quelques décennies...

Écrit par : e | 02 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

doublement intéressante cette affaire, non seulement pour la décision du juge (conforme à la prudence requise ces temps-ci...) mais aussi pour le zèle laïciste des chercheurs de procès: comment réagiront-ils le jour inévitable où la cantine scolaire locale servira des repas hallal (s'il n'y a pas de cantine scolaire aujourd'hui il y en aura une quand les demandeurs seront suffisamment nombreux) et quand on exigera la construction d'un centre cultel, pardon, culturel, avec salle de prières ? Je me réfère à un récent échange de correspondance de Daoudal avec un élu dont le ton péremptoire dissimule mal la méconnaissanc e de l'islam.
En outre, que faire quand un ancien calvaire est endommagé par le temps et les intempéries? Il fait tout de même partie du patrimoine du village...on me répondra ques'uil n 'est pas classé il ne présente plus d'intérêt, et hop !

Écrit par : riri | 02 janvier 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire