11 août 2011

Vivaldi et Bach

Selon… Benoît XVI :

Le traitement sonore, la couleur orchestrale, la dynamique du discours musical, les mélanges harmoniques, l'art du contrepoint et des imitations, font des concertos de Vivaldi un exemple de luminosité et de beauté qui transmet la sérénité et la joie. Je pense que cela venait aussi de sa foi.

Bach est un splendide "architecte de la musique", avec une utilisation inégalée du contrepoint, un architecte dirigé par un tenace "esprit de géométrie" (en français dans le texte), symbole d'ordre et de sagesse, reflet de Dieu, et la rationalité pure devient musique dans le sens le plus élevé et le plus pur, beauté radieuse.

Commentaires

En plus d'avoir un pape génial en matière de théologie et de morale, nous avons en lui un musicologue et un musicien.

Cela dit, on se pose la question de la distinction entre infaillibilité et politique faillible lorsque l'on pense aux attitudes de Paul VI et de Jean-Paul II sur les questions de pédophilie et de liturgie (promotion de Martial Maciel par Jean-Paul II).

Comment se fait-il que des papes aient encouragé ou au moins fermé les yeux, et encore aujourd'hui, sur des comportements sacrilèges à l'égard de l'eucharistie ?

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=604559

Comment se fait-il que des laïcs distribuent la communion et que la communion soit distribuée dans la main, sans que le Saint Siège ne dise rien ? C'est pourquoi je suis un catholique critique, comme le pape lui-même nous y encourage en enseignant que toute religion a besoin de purification par la raison de même que la religion est purifiée par la raison.

"La raison a toujours besoin d’être purifiée par la foi, et ceci vaut également pour la raison politique, qui ne doit pas se croire toute puissante. A son tour, la religion a toujours besoin d’être purifiée par la raison afin qu’apparaisse son visage humain authentique. La rupture de ce dialogue a un prix très lourd au regard du développement de l’humanité."

Caritas in veritate 56 in fine.

http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/encyclicals/documents/hf_ben-xvi_enc_20090629_caritas-in-veritate_fr.html

La dernière phrase critique le laïcisme (pour moi un fondamentalisme de la raison) et les "fondamentalismes" religieux. Il me semble que "fondamentalisme" est ici employé au sens de fidéisme soit d'une attitude qui dénie toute valeur à la raison au moins dans les domaines de la foi et de la religion.

En attendant, les attitudes "religieuses" post Vatican II, qui consistent à distribuer la communion dans la main sont condamnées par la droite raison et par l'histoire et cette indiffénce condamne, je m'en excuse, la politique des derniers papes, sauf respect pour eux (je ne suis pas, je ne suis plus sédévacantiste).

Cela dit les sédévacantistes et les lefebvristes ne pourraient-ils pas dire au pape : "Nous nous sommes battus contre le sacrilège et vous n'étiez pas là !".

Mon commentaire m'a entraîné un peu loin de Vivaldi et Bach (il paraît que Bach admirait beaucoup Vivaldi et faisait partager son admiration à sa femme), mais c'est une méditation sur le rôle des papes dont le dernier est un musicologue et un esthète.

Écrit par : Denis Merlin | 12 août 2011

Répondre à ce commentaire

Rectification : "de même que la raison est purifiée par la foi".

Écrit par : Denis Merlin | 12 août 2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire