Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alina Lipp

L’automne dernier, Alina Lipp, de père russe et de mère allemande, sortant de son université allemande, s’est rendue avec une connaissance dans le Donbass. Elle a découvert ce qui s’y passait depuis 2014, et elle a décidé d’en témoigner, ouvrant pour cela une page Telegram qui eut rapidement un grand succès et qui aujourd’hui compte plus de 180.000 souscripteurs.

Depuis le début de la guerre elle fait l’objet d’une très active campagne de dénigrement dans la presse allemande. Ce qui a eu des conséquences concrètes. D’abord son compte PayPal a été bloqué (alors qu’elle vit des dons des souscripteurs). Puis la banque où elle avait ouvert un compte lui a dit d’aller voir ailleurs. Et sa famille en Allemagne est surveillée en permanence par la police.

Enfin, en juin, elle a reçu un courrier de la Justice allemande lui indiquant qu’une information judiciaire avait été ouverte contre elle et qu’elle était passible au bas mot de trois ans de prison. Et qu’en attendant sa condamnation on prélevait 1.600 euros sur son compte.

Trois ans de prison pour quel motif ? Parce qu’elle soutient « l’invasion russe » qui « constitue un crime au regard du droit international ». Ainsi elle « encourage ou tolère des crimes réglementés par le code pénal ».

En outre son cas est aggravé par le fait qu’elle adopte le vocabulaire habituel du Donbass, qualifiant de « génocide » les bombardements ukrainiens incessants et meurtriers, et de « dénazification » l’opération militaire russe.

Enfin, on lui reproche d’utiliser le Z, lettre désormais interdite en Allemagne quand elle n’est pas dans un mot.

Alina Lipp n’est pas une journaliste neutre et objective, lit-on partout. Certes, et elle ne le prétend pas. Elle entend seulement donner son opinion et raconter ce qu’elle voit, en affichant très clairement la couleur, comme l’indique l’intitulé de sa page : « Neues aus Russland » : nouvelles de Russie.

Mais il est interdit de dire autre chose du conflit que ce qu’en disent les journalistes neutres et objectifs qui reproduisent sans sourciller la propagande ukrainienne...

Désormais sous peine de prison en Allemagne.

Une vidéo de mai:

Écrire un commentaire

Optionnel