Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La dictature "sanitaire"

Le gouvernement suédois « recommande » une… cinquième injection du soi-disant « vaccin » contre le covid, à partir du 1er septembre prochain, pour les personnes qui ont un risque accru de maladie grave, ce qui inclut les femmes enceintes (sic) et les plus de 65 ans.

Parce que le pays « doit être préparé pour une propagation accrue du virus au cours de la prochaine saison automne-hiver ».

Les adultes qui ont eu trois doses auront droit à une quatrième.

Ça c’était hier. Aujourd’hui, notre « haute autorité de santé » dit la même chose, il faudra une nouvelle dose « pour les personnes les plus à risque de formes graves, notamment les personnes de 65 ans et plus, ainsi que les immunodéprimés et leur entourage ». Et comme en Suède on recommande de coupler cette « vaccination » avec celle contre la grippe…

Commentaires

  • Contradiction flagrante que les médecins lobotomisés sont incapables de détecter : "vacciner" en priorité des immunodéprimés est un crime encore pire que "vacciner" des bien portants. Avis aux médecins "dolipranesques et vaccino-fanatiques: " votre cas sera jugé tôt ou tard".

  • A Dauphin : je suis contente de vous l’entendre dire. Même sans avoir fait médecine, il me semble être une aberration de vouloir vacciner des immunodéprimés, surtout avec un vaccin au stade expérimental.

  • L'alternative :
    - Poutine en a ras-le-bol et le conflit s'étend ;
    - On nous emmerde jusqu'à plus soif avec les vaccins obligatoires et autres restrictions "sanitaires". Pour aller faire vos courses, etc.
    Le mélange des deux est à craindre, en commençant par la seconde alternative.

Écrire un commentaire

Optionnel