Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les hystériques

Le concert de l’orchestre philharmonique de Zagreb, vendredi dernier, était composé de trois œuvres de Tchaïkovski. En raison de la guerre en Ukraine, deux des trois œuvres ont été remplacées, l’une par une œuvre de Beethoven.

Il ne vient pas à l’idée du directeur de l’orchestre que Beeethoven est tout autant responsable de l’invasion de l’Europe par les nazis que Tchaïkovski est responsable de l’invasion de l’Ukraine par les Russes…

Il est amusant de constater que l’on a quand même gardé le concerto pour violon de Tchaïkovski. Pourquoi ? Parce que le soliste invité aurait pu faire payer cher cette rupture de contrat et que la politique héroïquement vertueuse passe après les picaillons ?

Il est encore plus amusant de constater que le soliste en question, Roman Simović, premier violon de l’Orchestre symphonique de Londres, a en tête de sa page Facebook cet éloge : « M. Simović est le violoniste le plus prometteur de sa génération. » C’est signé… Valéry Guerguiev.

Alors que les annulations d’invitations de Guerguiev continuent en cascade, son agent artistique (depuis 2020 seulement), Marcus Felsner, a pondu une longue déclaration pour expliquer qu’il est obligé de se séparer de l’artiste le plus célèbre de son écurie à cause de ce qui se passe en Ukraine. Il ne tarit pas d’éloges sur Guerguiev, qui est « le plus grand chef d’orchestre vivant » et « un être humain extraordinaire », que « l’œuvre de sa vie est le Mariinsky dont il se sent responsable comme d’une famille », que « ses mérites artistiques sont sans équivalent »… Mais, « le cœur brisé », il doit se séparer de lui parce qu’il ne dit rien sur la guerre en Ukraine… Il espère que bientôt Guerguiev aura « la liberté de représenter une nation qui soit fière (…) de l'adhésion de ses dirigeants à la paix, à la société ouverte et à l'État de droit. » Société ouverte : « open society » dans le texte.

Hier je voyais un concert en direct au Mariinsky, donné pour l’anniversaire de Larissa Guerguieva, la sœur de Valéry Guerguiev, qui est depuis longtemps la directrice de l’école de chant du Mariinsky (et aussi directrice de l’Opéra d’Ossétie du Nord). C’était un festival de superbes voix. Je savais que Valéry Guerguiev était « artiste du peuple de Russie » et « artiste du peuple d’Ukraine ». J’ai découvert que sa sœur est artiste du peuple de Russie, artiste du peuple d’Ukraine, artiste du peuple d’Ossétie du Nord, artiste du peuple d’Ossétie du Sud (les Guerguiev sont ossètes), et décorée de l’ordre de sainte Anne de l’Eglise orthodoxe d’Ukraine…

Commentaires

  • En 1917, l'orchestre symphonique de Boston ne jouait plus de Beethoven. Et on sait l'accueil qu'a reçu Karajan, qui avait joué devant Hitler, au Carnegie Hall en 1955. La salle était vide : les juifs de New York avaient acheté toutes les places. Je suppose qu'ils ont trouvé un moyen de rentrer dans leurs frais...
    Vous aimez beaucoup Gergiev apparemment. J'ai quelques enregistrements de Tchaikovski par ce chef d'orchestre, notamment Casse-Noisette. Pas mal, très dynamique et très très bien enregistré.

  • J'aime suprêmement Tchaikovski, ce dont tout le monde se fout. Et cela donnera une raison de plus à gmarie d'être en désaccord avec moi...

  • Il est aussi à noter que Tchaikovski, comme Gogol, avait des origines ukrainiennes. Enfin Gogol était carrément ukrainien. Moi, je suis pour interdire Google !

  • Ce blog est un bol d'air frais, non pas en raison des nouvelles que l'on y lit mais parce que c'est un des rares lieux qui échappe à la folie morale et intellectuelle. Et on y trouve ce type d'infos introuvables ailleurs. Merci.

Écrire un commentaire

Optionnel