Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chasse aux sorcières

C’est la Scala de Milan qui a ouvert le bal contre Valéry Guerguiev, hier, lui intimant l’ordre de plaider pour une solution pacifique en Ukraine, faute de quoi il ne pourrait pas diriger les représentations de l’opéra La dame de Pique début mars.

Puis c’est le Carnegie Hall de New York qui, ce matin, invoquant ce qui se passe dans le monde (sic), a décommandé Guerguiev pour les trois concerts qu’il devait donner à la tête du Philharmonique de Vienne, le premier étant ce soir même.

Puis c’est la Philharmonie de l’Elbe qui a lancé un ultimatum à Guerguiev, qui doit se prononcer contre Poutine s’il veut diriger l’orchestre. Puis la Philharmonie de Rotterdam. Puis la Philharmonie de Munich, dont Guerguiev est le directeur musical en titre…

Ainsi la musique est-elle aux ordres de la propagande politique. Pas en Russie. En Occident. Valéry Guerguiev, l’un des plus grands chefs d’orchestre de notre temps (comme son actualité le montre assez) est soumis à des ultimatums sous prétexte qu’il est plus ou moins proche de Poutine.

Ah oui. Et on lui reproche notamment, de façon récurrente, de ne pas avoir pris position contre les lois russes interdisant la propagande LGBT…

Valéry Guerguiev est l’homme qui restera en Russie comme celui qui a rétabli le théâtre Mariinsky dans toute sa splendeur. Ce théâtre que Staline avait rebaptisé Kirov était en décadence depuis la révolution bolchevique. En 1977 le jeune Valéry Guerguiev entre au Kirov comme chef d’orchestre stagiaire. Il fait peu à peu la preuve de son génie, et en 1988, quand le chef principal Iouri Temirkanov prend la direction de l’orchestre philharmonique de Leningrad, c’est Guerguiev qui doit logiquement lui succéder. Mais ce n’est pas possible. Pourquoi ? Parce qu’il n’a pas sa carte du parti communiste. Voilà l’homme qui subit aujourd’hui les foudres des bien-pensants. Guerguiev l’homme libre était prêt à sacrifier sa carrière. Mais, par un vote, le personnel du Kirov fit de Guerguiev le chef principal de l’institution. Et Guerguiev s’attela à la refondation du Kirov.

En 1991 est élu maire de Leningrad Anatoly Sobtchak, avec comme premier adjoint un certain Vladimir Poutine. Trois mois plus tard, la ville redevient Saint-Pétersbourg. L’année suivante le Kirov redevient le Mariinsky. Vladimir Poutine va soutenir Valéry Guerguiev dans ses projets de développement du Mariinsky, dont il devient directeur artistique en 1994, puis directeur général en 1998. Une nouvelle salle de concert est inaugurée en 2006, un nouvel opéra en 2013.

Grâce à Guerguiev… et à Poutine, Saint-Pétersbourg est redevenue une des capitales musicales du monde. Au nom de quoi devrait-on obliger le chef d’orchestre Guerguiev à condamner le président Poutine ?

Quelques minutes de musique russe, avec Guerguiev... à la Scala…

La peinture de Viktor Alexandrovich Hartmann qui a inspiré cette musique : Projet pour la porte de la ville à Kiev (Проэктъ городскихъ воротъ въ Кіевѣ):

Tableaux-dune-exposition-de-Modeste-Moussorgski-La-Grande-porte-de-Kiev.jpg

Commentaires

  • Et on lui reproche notamment, de façon récurrente, de ne pas avoir pris position contre les lois russes interdisant la propagande LGBT… (SOURCE: "Chasse aux sorcières") Je me demande sérieusement quel grand rôle la position anti-LGBT du gouvernement russe joue dans l' indignation occidentale (ou dans le monde) à l 'égard de Poutine.

  • Certainement plus que vous ne le pensez. Car le reproche envers Poutine est lui aussi récurrent, notamment sur les sites européocrates. Et vous pouvez facilement vérifier que cela se trouve aujourd'hui sur tous les articles (les vrais articles, pas les brèves) concernant Guerguiev (sinon je ne l'aurais pas mentionné).

  • Au contraire, on est en plein choc frontal entre la dégénérescence avancée et la civilisation chrétienne. Valéry Guerguiev comme Valentina Lisitsa il y a sept ans paye pour cela.
    YD a raison ( ça c'est mon côté fayot, j'adore ) pour ce qu'il dit sur St Petersbourg. Vladimir Poutine était un occidentaliste. Il est facile d'imaginer que l'on aurait pu choisir un autre destin mais non, car il s'agit bien d'un combat anthropologique.
    Au passage, Versailles (vous savez la ville de Valoche) jumelée avec St Petersbourg ne coopère quasi plus depuis une quinzaine d'années avec son homologue, des fois que ...

  • Toutes ces persécutions vont s'intensifier et à tout niveau. Il n'y a plus rien de rationnel ou humain là dedans. C'est le règne de la bête;
    Ceux qui, confronté à cette bestialité n'auront pas intégré la dimension escatologique, vont tomber de très haut, selon leur position sociale.
    Satan jouit de chaque suicide, pourtant dans la bible nous lisons (pour ce temps) que beaucoup chuteront mais seront blanchit et purifiés. Mystère...

  • Poutine,Bolsonaro,Trump,Orban sont chrétiens dans le camp de Dieu pro-vie et pour beaucoup d'autres raisons, c'est éclatant.
    on voit bien que les autres comme Biden, Trudeau,Macron sont les marionnettes de Satan;

  • Cela rappelle l'internement durant 17 mois (25 mars 1918-21 août 1919) aux USA de Karl Muck né en Allemagne, de nationalité suisse), directeur du Boston symphony orchestra, pendant la 2e guerre, après une campagne de presse l'accusant de refuser de jouer l'hymne américain avant ses concerts et d'être pro-allemand. Nota: la guerre était terminée le 11 novembre 1918, cherchez l'erreur.

Écrire un commentaire

Optionnel