Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un progrès dans le dépistage

E_k3cYAWUAA8YfV.jpg

Commentaires

  • Et maintenant qu'on l'a dépisté
    Y reste plus qu'à s'en débarrasser...

  • Ah bon! Et l'amour des ennemis? Et la distinction foncièrement chrétienne entre les personnes et leurs actes? Depuis que Notre Seigneur a pris la forme du "Christ aux outrages", désolé, je ne puis me satisfaire d'un crachat.

  • L'amour qu'avait Jeanne d'Arc pour les Anglais ne l'empêchait pas de les faire trucider au combat. Et un crachat c'est moins létal qu'un 44 magnum, et ça défoule.

  • L'amour des ennemis est ordonné à l'action concrète envers quelqu'un de concret. Cracher à la gueule d'une effigie n'est pas plus un péché que de haïr une abstraction telle que les juifs, les Arabes ou les Anglais. Mon grand-père, antijuif virulent mais pas obsessionnel, a planqué un de ses employés, juif, pendant la guerre.
    Quant à Macron, c'est une telle abstraction du mal qu'il en devient irréel. Vous pouvez le haïr pour l'un des maux dont il est responsable : les enfants masqués par exemple...

Écrire un commentaire

Optionnel