Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ils en ont encore trouvé un…

Le parquet de Stuttgart annonce la mise en accusation d’un ancien garde d’Auschwitz. Il y était en 1942-43.

Comme il était mineur à l’époque des faits il sera jugé par un tribunal pour enfants. Pour complicité de crimes contre l’humanité…

Le dernier condamné en date est mort le mois dernier à l'âge de 96 ans, juste avant son incarcération. Il avait été condamné en 2015 à 4 ans de prison…

Commentaires

  • Et ils n'ont encore pas trouvé un ancien trotskiste ou léniniste ou stalinien, dans le style de Georges Boudarel par exemple ?
    Mais on vous dirige qu'il y a ceux qui oeuvrent pour le bien de l'humanité et les autres...

  • Erratum

    Et ils n'ont pas encore trouvé un ancien trotskiste ou léniniste ou stalinien, dans le style de Georges Boudarel par exemple ?
    Mais on vous dira qu'il y a ceux qui oeuvrent pour le bien de l'humanité et les autres...

  • Il faut avoir la HAINE au coeur pour continuer à chercher même parmi les mineurs... surtout qu'un mineur de cette époque ne devait pas pouvoir éviter les commandements.
    Pauvre homme, on espère que ces juges seront indulgents !

  • Rappelons que Staline avait prêté à Hitler des conseillers pour la création de ses camps de concentration, qu'en URSS le goulag était dirigé par des juifs, que ce même goulag a été beaucoup plus meurtrier que les camps de concentration allemands (où la plupart des décès furent dus au typhus et à la famine), qu'enfin le plus grand criminel du XXe siècle s'appelle Guenrikh Iagoda. Est-ce ma faute s'il n'était pas breton ?

  • Ce n'est pas Yves Daoudal : ce sont les chasseurs de "nazis" et maintenant de "bébés nazis". Je crois que nos amis circoncis ont aussi obtenu un dédommagement pour la suspension du décret Crémieux sous l'Etat français. Pourquoi ne demandent-ils rien aux Espagnols, à cause d'Isabelle la Catholique, aux Italiens, pour le sac de Jérusalem par Titus ?

  • Vous, fd, à la lecture de vos commentaires, êtes obsédé par le désir de ne pas déplaire aux maîtres de l'heure.
    Le désir de Justice vous est totalement étranger.

  • Et après ? Quand il n’y en aura plus ( parce que cela ressemble à un business juteux..) que vont ils faire ? Invoquer une malédiction generationnelle ?

  • A titre personnel je rêve d'un jour où les criminels communistes seront pourchassés de la sorte. Y compris les gardiens politisés des goulags. Je me permets de parler par expérience ainsi que par exigence de justice. Leur mépris de la vie humaine ne connait aucune limite. Mais, hélas. Je ne fais que rêver. Rêver de leur repentance et de leur obligation morale de présenter des excuses publiques pour le mal infligé aux innocents.

  • Il y aurait peut-être le goulag chinois. Pour le goulag bolchevique, ça commence à dater. Il est à noter que Céline, qui ne péchait pourtant pas par excès d'optimisme, déclarait en substance dans une interview réalisée peu avant sa mort (1961) que les petits Allemands, dans les écoles, ne se souviendraient bientôt plus de Hitler que comme de l'homme qui avait résorbé le chômage. En quoi, il se trompait. Et dans ses lettres de prison, en 1946, il s'étonnait que les Français, si prompts à oublier, en soient encore à remâcher leur histoire récente.
    Les Français oublient, les Russes oublient, et même les Arméniens, les Cambodgiens et les Tutsis sont capables d'oublier.

  • les raisonnements du type : c'est dégueulasse de pourchasser les nazis grabataires car on laisse les cocos grabataires finir le reste leur vie terrestre en paix est un peu court. Je demande la même chose pour eux, qu'on ne les laisse pas non plus en paix.
    Comme d'habitude mes contradicteurs sur ce blog me lisent de manière biaisée.

  • Décidément je suis en total désaccord avec vous. Je trouverais tout aussi insensé et injuste de faire passer en procès un grabataire qui il y a près de 80 ans, étant gamin, se trouvait embarqué à être employé dans un goulag.

    Si je vois bien la vengeance insatiable et diabolique, je ne vois pas où est la justice, ni le bon sens, ni le sens commun, dans le fait de condamner un mourant à QUATRE ANS de prison pour COMPLICITÉ DE CRIME CONTRE L'HUMANITÉ pour avoir été simplement présent dans un camp.

  • Ces gens là sont de grands, de très grands, psychopathes. Car comment ne pas l'être pour condamner de grands, de très grands vieillards! Et les faire condamner par un tribunal pour enfant!!
    Cela touche à la farce et pourrait faire penser au fameux film "Le Roi de cœur" où les fous "gouvernent" la ville. Et pourtant ici ce n'est pas une farce. Ce qui est encore pire.
    Quelle pouvait être la responsabilité de ces enfants à cette époque?? Croient-ils rendre service à leur communauté ceux qui ont un tel mauvais esprit de vengeance?
    Certainement pas.

  • Mais en France ? La loi de 1905, héritière du babouvisme, matrice de tous les génocides du XXème siècle ; ainsi, des lois des 1er août et 1er octobre 1793, dont la demande d’abrogation a six fois été rejetée: https://www.senat.fr/leg/ppl11-426.html
    Encore, outre les recherches sur l’embryon, la constitutionnalisation de l’eugénisme, bientôt du nazisme :
    http://videos.senat.fr/video.624510_5ac72bdcdfab3.ivg--le-senat-a-debattu-en-seance-publique-sur-la-constitutionnalisation-de-l-interruption-volontai
    Derechef, les travaux de Reynald Seycher et le film de Daniel Rabourdin : http://hiddenrebellion.com/fr/
    http://www.francisrichard.net/article-vendee-du-genocide-au-memoricide-de-reynald-seycher-89460076.html
    Derechef, les destructions massives d’ouvrages religieux, en comparaison desquelles les iconoclasties islamistes sont infimes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_monuments_d%C3%A9truits_en_France
    Le 29 janvier 1881, suite à l’interdiction de la pièce « Thermidor » de Victorien Sardou, jugée « antirépublicaine », Georges Clemenceau répondait à Joseph Reinach :
    « J'approuve tout de la Révolution : j'approuve les massacres de septembre où, pour s'éclairer, la nuit venue, les travailleurs plantaient des chandelles dans les yeux des morts. J'approuve les noyades de Nantes, les mariages républicains où les vierges accouplées à des hommes, par une imagination néronienne, avant d'être jetées dans la Loire, avaient à la fois l'angoisse de la mort et la souffrance de la pudeur outragée. J'approuve les horreurs de Lyon, où l'on attachait des enfants à la gueule des canons, et les égorgements de vieillards de quatre-vingt-dix ans et de jeunes filles à peine nubiles.
    « Tout cela forme un bloc glorieux et je défends qu'on y touche.
    « Je défends que, sur un théâtre qui dépend de l’État, un dramaturge illustre vienne, après plus de cent ans révolus, prononcer une parole de pitié qui serait un outrage aux mânes augustes de Robespierre et de Marat ».
    Pierre Chaunu : « La Révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l'athéisme que l'Inquisition, au nom de Dieu pendant tout le Moyen Age et dans toute l'Europe ».
    ..................................................................................................................................................

  • Si l'un de ces procès pouvait contribuer à rappeler comment a été obtenue la confession de Rudolph Höss, dernier commandant d'Auschwitz, popularisée par Robert Merle dans La Mort est mon métier : à coups de cravache dans les yeux. Le pauvre homme était soulagé qu'on le fusille.
    C'est avec ce genre de témoignage qu'on écrit l'histoire et qu'on condamne les derniers balayeurs du camp à finir leur vie en prison.

  • "Je trouverais tout aussi insensé et injuste de faire passer en procès un grabataire qui il y a près de 80 ans, étant gamin, se trouvait embarqué à être employé dans un goulag." Monsieur DAOUDAL, il n'y a rien d'insensé ni d'injuste que de passer en procès des criminels, fussent-ils grabataires. Je pense aux criminels communistes et aux gardes politisées issues des jeunesses communistes. Dans les régimes communistes l'adhésion aux organes politiques mis en place par la dictature était volontaire. Ceux qui prétendent y avoir été forcés mentent. Vouloir excuser des atrocités par l'âge fragile passé ou actuel, des protagonistes n'allège en rien les souffrances des victimes. La condamnation des régiments sanguinaires passe aussi par la condamnation de ceux qui les ont servis, que ce soit par haine du prochain, au nom de la lutte des classes, par opportunisme ....

  • C'est toujours la même rengaine. Cette profonde empathie pour des gens qui n'oublient ni ne pardonnent rien est inepte. Elle n'est excusable qu'en raison des 250 ans de colonialisme sournois que nous subissons de la part d'une communauté qui jouait déjà les victimes de la haine du genre humain 500 ans avant Jésus-Christ. La vérité est que les peuples pardonnent et que les nations pardonnent. Sans quoi, on en serait encore à se cogner avec les Italiens à cause de Vercingétorix. En revanche, pour un individu (observation psychologique élémentaire), il est beaucoup plus facile de pardonner à autrui un affront subi qu'une offense infligée. Et l'énorme bobard qu'on nous ressasse depuis près d'un siècle est une offense à Dieu et à l'humanité tout entière. Qu'on fasse la vérité sur cette histoire, qu'on ne fasse pas des lois pour interdire aux historiens de publier leurs découvertes (car les découvertes sont là, et depuis longtemps), ou aux enseignants de les révéler aux élèves. Après, on pourra reparler des atrocités. Et il y en a certainement eu, comme en témoigne le cas de saint Maximilien Kolbe.

  • @Stavrolus

    J'ai comme l'impression que" leur tarte à leur crème" ne passe plus,

Écrire un commentaire

Optionnel