Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Social

  • Trump

    Alors que son précédent décret sur la « protection de la nation contre l'entrée de terroristes étrangers aux Etats-Unis » (qui aurait pu être un peu mieux pensé…) continue de faire des vagues dans le monde entier, Donald Trump a signé aujourd’hui, entouré de patrons de petites entreprises, un décret par lequel il tient une autre de ses promesses : la réduction de la réglementation fédérale.

    Le décret exige des agences gouvernementales qu'elles suppriment deux normes existantes chaque fois qu'elles en créeront une.

  • Ça ne traîne pas…

    Donald Trump n’est pas encore en fonction, mais le Sénat a déjà voté, ce jour, une résolution, par 51 voix contre 48, demandant aux commissions parlementaires concernées d’élaborer un projet de sortie de l’Obamacare. Le même texte doit être voté par les députés demain vendredi.

    Et il y en a qui affirmaient que Trump n’avait pas du tout l’intention de supprimer l’Obamacare, que ce n’était qu’une promesse de campagne…

  • La dictature LGBT

    Elle sévit aussi désormais dans les entreprises. Le site vigi-gender publie ainsi le témoignage d’une femme travaillant au département des ressources humaines dans une très grande entreprise. Ayant osé critiquer les célébrations LGBT obligatoires, on lui a signifié qu’elle n’aurait plus aucune promotion et elle a démissionné. On ne l’a pas jetée aux lions, mais l’esprit y est :

    Tes propos dans ton mail à la responsable du département diversité sont étriqués, fermés, prosélytes et cela saute aux yeux, tu es chrétienne.

    La société de l’« inclusion » exclut les chrétiens. Le temps des persécutions est bel et bien revenu.

  • Surréaliste

    Discriminations dans les entreprises : le fait religieux redouté par les salariés

    Il a fallu que je lise l’article pour comprendre ce titre. Il veut dire, non pas que les salariés redouteraient « le fait religieux » (nom correct de l’islam), comme le laisserait penser la seule deuxième partie, mais que les salariés redoutent la discrimination qui résulte du « fait religieux ». Ce que souligne ensuite un intertitre : Une forte montée des craintes liées à la religion. La crainte de la discrimination en raison de la religion. En clair, les salariés ont de plus en plus peur d’être discriminés parce qu’ils affichent de plus en plus leur croyance islamique…

    Mais oui. C’est vrai, puisque c’est une étude du… Medef. C’est son baromètre annuel qui « permet de mettre à jour les craintes des salariés en matière de discriminations »…

    Euh, non, "Medef" ne veut pas dire « Musulmans des entreprises de France ». Du moins pas encore.

  • Efficace

    Le taux de chômage en Hongrie est descendu à 4,9%.

    Il était de 11,6% en 2013.

    On considère que dans les pays développés un taux de chômage inférieur à 5% est incompressible. D'ailleurs, comme au Danemark, le ministre de l’Economie s’inquiète d’une pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs, ce qui pourrait affecter la croissance (oui il y a des pays où ça existe).

  • Terrible Brexit

    Le taux de chômage est tombé à 4,9% au Royaume Uni en juillet. (En dessous de 5% on considère qu’il y a plein emploi. Le Danemark est à 4,2% depuis trois mois mais s’inquiète désormais d’une pénurie de main d’œuvre.)

    Le taux d’emploi entre mai et juillet s’établit à 74,5%, le plus élevé depuis que les statistiques actuelles existent (1971).

  • Baisses d’impôts…

    Dans l’étude annuelle de l’OCDE, la France se classe toujours en deuxième position parmi les pays développés pour le niveau des prélèvements obligatoires en 2014, derrière le Danemark.

    Alors que le taux de prélèvements obligatoires est en moyenne de 34,4%, celui de la France est de 45,2%.

    Les charges sociales représentent près de 37% des prélèvements obligatoires, alors que la moyenne de l’OCDE se situe à 8%.

    La pression fiscale s’est reportée des entreprises vers les ménages depuis le début de la crise. La charge fiscale a fortement augmenté pour les particuliers depuis 2007, alors qu’elle a baissé pour les entreprises.

    Plus de précisions dans Les Echos.

  • Tout va bien

    Le taux de chômage est au plus haut depuis fin 1997, dit l’INSEE.

    Et la cote de popularité de François Hollande a fait un bond spectaculaire à 50%...

  • Le travail des réfugiés

    En Allemagne, le Bureau fédéral du Travail indique que parmi les réfugiés provenant des 15 pays principaux d’origine seulement 67.900 ont trouvé un travail entre octobre 2014 et septembre 2015.

    Soit 4%.

    (Le plus fort est que c’est pour se féliciter de cet accroissement du nombre des réfugiés qui contribuent aux assurances sociales…)

  • A propos des migrants

    Selon les statistiques de l’OCDE qui viennent d’être publiées, 43,3% des personnes d’origine étrangère sont au chômage en France.

    Il faut donc accueillir tous les clandestins migrants réfugiés…

  • C’était historique

    En 2006 avait été votée une loi généralisant le CV anonyme. Ce n’était pas la gauche, c’était la droite (Chirac-Villepin, avec Sarkozy ministre d’Etat) qui était au pouvoir, et qui mettait en œuvre cette avancée historique contre les discriminations. Pendant des mois on nous avait bassiné avec cette réforme fondamentale permettant de lutter contre le racisme des chefs d’entreprise et le sous-emploi des banlieues, et bla-bla-bla.

    En fait, le décret d’application… ne vit jamais le jour. Mais le CV anonyme fit l’objet d’une expérimentation, par des entreprises volontaires particulièrement citoyennes…

    En 2009 fut établi un « bilan d’étape ». La conclusion était que le CV anonyme avait… l’effet inverse de celui qui était escompté.

    La secrétaire nationale du PS aux questions de société avait rejeté ces conclusions, mettant en cause la méthodologie de l’enquête. Il s’agissait d’une certaine Najat Vallaud-Belkacem.

    Aujourd’hui, son collègue au gouvernement le ministre du Travail François Rebsamen a déclaré que la loi de 2006 va être abrogée, conformément aux conclusions du nouveau rapport qui lui a été remis.

  • On ne se refait pas…

    A l’occasion de la fête du travail, Europe 1 a interrogé Bernard Thibaut, l’ancien patron de la CGT.

    Il explique notamment qu’il y a trop de syndicats… et qu’il n’en faudrait qu’un seul :

    « Oui, il y a trop de syndicats en France. D'ailleurs la CGT, dans ses statuts, se prononce pour que les salariés soient réunis dans le même syndicat. Si on admet que la vocation est de défendre les intérêts des salariés, le syndicalisme étant un espace de démocratie, il devrait y avoir la place dans un syndicat aux diverses opinions sur les manières de défendre les intérêts des salariés. »

    Un syndicat unique, bien entendu affilié au parti unique, celui qui est un espace de démocratie puisqu’il est régi par le centralisme démocratique du camarade Lénine…

    « C’est peut-être une utopie », dit Bernard Thibaud. Mais non. Vu ce qui reste des dinosaures communistes, c’est de la nostalgie…

  • L’Euro (vraiment la) zone

    Selon une étude de Ernst & Young citée par Die Welt, 3,8 millions d’emplois ont été perdus dans l’Eurozone entre 2007 et 2014, et seuls deux pays ont réduit leur taux de chômage pendant cette période : Malte et l’Allemagne.

  • La nomenklatura existe donc toujours

    On a appris que la CGT avait fait des travaux d’un coût de 105.000 € dans l’appartement de fonction de son nouveau secrétaire général, Thierry Lepaon, à Vincennes (oui, donnant sur le bois, bien sûr), appartement qui venait d’être entièrement rénové.

    On a appris ensuite qu’il avait fait rénover le bureau du secrétaire général à Montreuil, pour un coût de 62.000 €.

    On apprend maintenant qu’il a touché une indemnité de départ, en quittant ses fonctions de secrétaire général de la fédération régionale CGT de Basse-Normandie pour devenir secrétaire général de la CGT au plan national. Normal, dit-il, puisque ce n’est pas le même employeur. Sic. Mais il refuse de dire quel est le montant de cette indemnité, dans le contexte d’une fin de contrait à l’amiable dont le principe même est condamné… par la CGT…

  • La Suisse dit non à la Sécu

    Les Suisses ont de nouveau rejeté hier la création d’une caisse unique et publique d’assurance maladie, une marotte de la gauche suisse qui rêve depuis toujours du trou de notre sécu soviétoïde.

    Le score est sans appel : 61,9% des votants ont refusé la sécu à la française. Le score approche même les 80% dans certains cantons alémaniques, tandis que, comme d’habitude quand il faut imiter nos plus mauvais côtés, la Suisse romande votait pour – à l’exception toutefois de Fribourg et, de justesse, du Valais.

    (Il y a aujourd’hui en Suisse une soixantaine de caisses d’assurance maladie privées – évidemment bénéficiaires -, qui se disputent les adhérents obligés de souscrire une assurance de base.)

  • La TVA équine : typique de la politique européenne

    Toute la France hippique est révoltée, à juste titre, contre la hausse de la TVA de 7 à 20%, qui risque d’entraîner la fermeture de très nombreux centres équestres, alors que cette activité s’était « démocratisée », comme on dit, pour le plus grand plaisir de très nombreux enfants.

    Le gouvernement répond qu’il n’y peut rien : il s’agit d’une directive européenne, et la France a été condamnée par la Cour de Justice de l’Union européenne en mars 2012 pour ne pas l’avoir appliquée.

    En effet.

    Le jugement du 8 mars 2012 stipule qu’en l’espèce « la République française a manqué aux obligations qui lui incombent en vertu des articles 96 à 99 de la directive 2006/112/CE du Conseil, du 28 novembre 2006, relative au système commun de taxe sur la valeur ajoutée, lus en combinaison avec l'annexe III de celle-ci ».

    Cette directive a été élaborée par la Commission européenne en 2004. Elle a été adoptée par le Parlement européen le 10 mai 2005, par un vote à main levée, par des députés qui évidemment n’avaient pas lu ses 414 articles, ni à plus forte raison ses 12 annexes, et s’en remettaient à leur commission des Finances qui trois semaines avant l’avait adopté les yeux fermés… Et puis la directive fut adoptée par le Conseil européen, c’est-à-dire les ministres des Finances, le 28 novembre 2006.

    On peut supposer que certains fonctionnaires des Finances ont vu que la TVA sur les sports hippiques allait monter de 7 à 20%. Mais ils n’ont rien dit, parce que leur métier est de faire rentrer de l’argent, pas de limiter les rentrées…

    Mais on peut gager que ni le président de la République Jacques Chirac, ni le Premier ministre Dominique de Villepin, ni le ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy, ni son adjointe hyper-européiste aux Affaires européennes Catherine Colonna, ni même le ministre des Finances Thierry Breton, qui a signé la directive, n’ont été au courant de cette augmentation. Quelle surprise, quand la France a été mise en demeure, puis renvoyée devant la Cour de Justice, puis condamnée… Mais on était alors six ans plus tard, sous un autre gouvernement… Et c’est les socialistes qui prennent, alors que sur ce coup-là ils n’y sont pour rien…

  • Tout est dit en trois titres

    Le mouvement dit des Bonnets rouges est bien un mouvement populaire, comme le montre l’hostilité affichée des médias de la pensée unique :

    Libération :

    Faut-il porter un bonnet rouge pour échapper à la justice ?

    (C’est ce journal qui milite toujours, depuis sa création, pour l’impunité des manifestants. A condition qu’ils aient une estampille gaucharde.)

    L’Express :

    "Bonnets rouges": les Français sévères face à la poursuite du mouvement

    20 minutes :

    «Bonnets rouges»: Les Français leur demandent de cesser leur mouvement

    (C’est un simple sondage selon lequel 57% des personnes interrogées souhaitent que le mouvement se termine, contre 40% qui le soutiennent. Les 57% sont devenus « les Français »…)

  • Medef : c’était bien la peine…

    Ils étaient trois à se disputer (âprement) la succession de Laurence Parisot à la tête du Medef : Geoffroy Roux de Bézieux, Pierre Gattaz et Patrick Bernasconi. Il y a dix jours, le conseil exécutif s’était prononcé à une voix de majorité en faveur de Roux de Bézieux.

    Et aujourd’hui, Roux de Bézieux et Bernasconi annoncent qu’ils se retirent en faveur de Gattaz…

    Donc le prochain président du Medef sera Pierre Gattaz, seul candidat.

    Les deux autres seront vice-présidents…

    Ainsi tout rentre dans l’ordre : Pierre Gattaz, fils de l’ancien président Yvon Gattaz, est le représentant de la (quand même encore) (toute) puissante UIMM.

  • Eurozone : eurogalère

    Ce n’est pas seulement en France, c’est dans toute l’eurozone que le chômage ne cesse de battre des records : 12,2% en avril. Et si l’Union européenne c’est l’avenir, je ne sais pas comment on va pouvoir l’expliquer aux jeunes qui ne trouvent pas de travail, qui sont plus de 40% en Italie, 42,5% au Portugal, et… 56,4% en Espagne.

  • Triple record absolu

    Il y a désormais plus de 3,2 millions de demandeurs d’emploi officiels de catégorie A.

    Il y a près de 5 millions de demandeurs d’emploi toutes catégories.

    Dont 2 millions de chômeurs longue durée.