Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans le monde

  • Michel Aoun

    Les visites protocolaires au président libanais ne font généralement l’objet que d’une brève mention, par le fait qu’elles donnent lieu à des propos convenus sans autre signification que leur nécessité diplomatique. Mais, lundi, parmi les délégations qu’il a reçues, il y a eu celle du « comité exécutif des Eglises du Proche-Orient au Liban ». Et le discours du président Aoun n’est pas passé inaperçu.

    En effet, il a déclaré : « La religion chrétienne ne tombe pas sous les coups des chars, des canons et des avions, mais sous l'effet de l'argent et de la peur (...). La baisse du nombre de chrétiens dans la région n'est pas due uniquement aux guerres, mais à leur absence dans la gestion du pouvoir et des affaires publiques. (…) Le christianisme n’est pas arrivé ici depuis l’étranger et lorsque les chrétiens au Proche-Orient perdent leurs droits et regardent en direction de l’étranger, ceci devient pour eux un nouveau facteur de risque. »

    Il est rarissime qu’un responsable libanais, civil ou religieux, évoque « l’argent », à savoir l’avidité, la soif d’argent et de possession, et l'absence d'engagement civique, comme un motif de la destruction du christianisme dans la région. Or ici c’était le président de la République à des patriarches et archevêques…

    D’autre part, Michel Aoun a tenu à souligner la signification chrétienne du martyre, qui n’est pas un échec mais témoignage de la résurrection : « Certains hommes politiques ont critiqué le concept de martyre mais dans la vie chrétienne le martyre consiste à donner sa vie pour les autres. Il exprime la réalité de la rédemption. » Jésus, par son martyre, « a fait cela pour nous ».

    Et il a donné au patriarche grec-orthodoxe, frère de l’archevêque grec-orthodoxe d’Alep enlevé en 2013 et dont on n’a plus de nouvelles, un évangéliaire grec trouvé par l’armée libanaise sur un jihadiste qui l’avait volé à Maaloula.

    *

    Du 9 au 11 janvier, Michel Aoun était, avec huit ministres, en Arabie saoudite, pour sa première visite officielle à l’étranger. Le fait n’a rien d’étonnant en soi, vu l’importance de l’Arabie saoudite dans la politique libanaise. Mais la brouille était grande depuis que l’Arabie saoudite avait dénoncé la mainmise du Hezbollah…

    Or le résultat de la visite est assez stupéfiant. Car Michel Aoun est l’allié privilégié du Hezbollah, or l’Arabie saoudite a décidé de débloquer son aide militaire gelée il y a un an…

    L’affaire remonte en fait au 29 décembre 2013. Ce jour-là, le président libanais, Michel Sleiman, annonce que l’Arabie saoudite promet de donner 3 milliards de dollars au Liban pour renforcer les capacités de l’armée libanaise, et il précise que cet argent servira à acheter des armes à la France. Il se trouve que ce même jour François Hollande est à Riyad et déclare, sans faire mention de la promesse, que la France saura répondre aux demandes d’aide du Liban… En novembre 2014 était signé entre Paris et Riyad un contrat de livraison d’armes françaises au Liban de… trois milliards de dollars.

    Mais en février 2016 l’Arabie saoudite annonçait qu’elle arrêtait tout, à cause des violentes prises de position du Hezbollah contre la « famille Saoud », et l’influence du Hezbollah sur la vie politique libanaise : le Liban n’avait pas condamné l’attaque contre l’ambassade d’Arabie saoudite à Téhéran.

    Je ne sais pas ce qui relève des pressions françaises et ce qui relève de la trouille saoudienne face à l’Etat islamique, et à d’autres facteurs occultes, mais le fait est que les Saoudiens s’accordent aujourd’hui avec l’homme lige de leur ennemi Hezbollah. L’Orient compliqué…

  • Ubu à Kaliningrad

    L’hystérie antirusse ne cesse de monter dans les pays Baltes et en Pologne, attisée par l’OTAN qui y débarque des troupes et des centaines de chars.

    La dernière provocation antirusse en date est la décision de la Lituanie d’ériger un mur de 135 km à sa frontière avec l’enclave russe de Kaliningrad. Un mur qui sera pour l’essentiel financé par l’Union européenne : à hauteur de 25 millions d’euros (3,6 millions étant à la charge de la Lituanie). L’art du gaspillage de l’argent public…

    Le ministre lituanien de l’Intérieur, Eimutis Misiunas, dit à l’AFP que « les raisons en sont à la fois économiques – empêcher la contrebande – et géopolitiques – renforcer la frontière extérieure de l'Union européenne ».

    Evidemment, le coup de la contrebande est bidon. Et renforcer la frontière extérieure de l’UE à Kaliningrad est une mauvaise farce, quand des millions de migrants arrivent de partout – sauf de Kaliningrad.

    Le mur est « un signe que [la Lituanie] considère le pays voisin comme un agresseur potentiel », dit ouvertement le ministre.

    Le gouverneur de Kaliningrad préfère prendre cela à la rigolade. « Si nos collègues lituaniens veulent ériger une clôture pour arrêter les contrebandiers, alors nous sommes prêts à leur fournir du matériel de construction », dit-il, soulignant que la Russie a une « formidable usine » de production de briques à la frontière avec la Lituanie…

  • Coptes

    Les autorités judiciaires égyptiennes ont décidé de ne pas ouvrir de procès à propos du cas de Suan Thabet, une copte de 70 ans qui avait été rouée de coups, dénudée en public et traînée nue dans les rues de son village au cours d’une attaque de musulmans qui avaient également incendié plusieurs maisons et magasins appartenant à des coptes le 20 mai dernier.

    L’origine de la colère musulmane était une rumeur selon laquelle le fils de cette femme aurait eu une aventure avec une musulmane. Comme ils ne trouvaient pas l’homme, qui avait pris la fuite, ils s’en sont pris à la mère. Depuis lors la famille n’a pas pu retourner dans son village.

    L’affaire a été classée pour « manque de preuves ».

    Pourtant le président Abdel Fattah al Sissi lui même avait demandé aux ministères compétents que les responsables de ces violences soient rapidement identifiés et punis. Quelque 14 personnes avaient été inculpées, 8 arrêtées.

  • Trump

    L’interview de Donald Trump publiée simultanément dans le Times et Bild fait beaucoup de bruit, alors que le président élu ne fait que répéter ce qu’il a déjà dit. Mais c’est cela qui « choque », semble-t-il. Tout le monde était persuadé qu’il allait mettre de l’eau dans son vin, que le président des Etats-Unis ne ressemblerait pas au trublion de la campagne. Or il montre qu’il n’en est rien. Et il redit donc tranquillement que les Britanniques ont eu raison de voter le Brexit, que Mme Merkel a fait une « erreur catastrophique » en accueillant tant « d’illégaux » sans même savoir d’où ils venaient, que « l’Union européenne est, en gros, un instrument pour l’Allemagne », que l’OTAN est « obsolète », que les sanctions contre la Russie sont mauvaises, etc.

    L’expression que je préfère (je ne sais s’il l’avait déjà employée ou non), c’est à propos de l’invasion de l’Irak qui a été « probablement la pire décision jamais prise dans l’histoire du pays » : « C’est comme jeter des pierres sur une ruche. »

    On notera le commentaire du rédacteur en chef de Bild : « Donald Trump est Donald Trump, et assurément je peux vous dire que cette conversation est l’entretien le plus étonnant que j’aie jamais fait. En effet, ses paroles ne sont pas comme du linge repassé, aucun conseiller en communication n’est passé dessus. Ce que Trump a dit, nous l’avons retranscrit tel quel, puis traduit. Cela a d’ailleurs été le plus difficile : traduire sa langue en allemand. Et quand on lit l’interview, on la lit très différemment des interviews politiques habituelles. »

  • Echec à l’islamiste

    Dayak.jpg

    Le secrétaire général adjoint du Conseil indonésien des oulémas, Tengku Zulkarnain, devait prêcher aujourd’hui à Bornéo. Mais il n’a pas pu descendre de son avion. Un groupe de Dayaks l’attendaient à l’aéroport de Sintang, en vêtements traditionnels et portant leur célèbre couteau de cérémonie, le Mandau.

    Tengku Zulkarnain a dû repartir comme il était venu, parce que les Dayaks ne plaisantaient pas. La veille, le dignitaire musulman les avait traités d’« infidèles » sur Twitter… Encore a-t-il de la chance que les Dayaks aient abandonné leur sport favori : la chasse aux têtes…

    Il s’agit semble-t-il de Dayaks chrétiens. Leur accoutrement ne doit pas faire illusion : nombre de Dayaks de Bornéo sont aujourd’hui membres des classes supérieures.

    Dayak2.jpg

    Dayak3.jpg

  • Ça ne traîne pas…

    Donald Trump n’est pas encore en fonction, mais le Sénat a déjà voté, ce jour, une résolution, par 51 voix contre 48, demandant aux commissions parlementaires concernées d’élaborer un projet de sortie de l’Obamacare. Le même texte doit être voté par les députés demain vendredi.

    Et il y en a qui affirmaient que Trump n’avait pas du tout l’intention de supprimer l’Obamacare, que ce n’était qu’une promesse de campagne…

  • Contre Trump tout est permis

    Le site Buzzfeed a transmis à la presse un « rapport » d’un « ancien agent du renseignement britannique » contenant de « nombreuses informations compromettantes » sur Donald Trump… et sur la Russie qui « entretient, soutient et assiste Trump depuis au moins cinq ans » et a les moyens de le faire chanter.

    Tout cela a évidemment été vigoureusement démenti par le Kremlin et par Trump. Mais aussi par Wikileaks, affirmant que « ce n’est pas un rapport du renseignement. Le style, les faits et les données ne sont pas crédibles. » Alors Ben Smith, le rédacteur en chef de Buzzfeed, a écrit à Wikileaks qu’il a publié cela parce que, ainsi, « les Américains peuvent se faire une idée des allégations au sujet du président élu qui ont circulé aux plus hauts niveaux du gouvernement américain »…

    Le site 4chan revendique ouvertement être à l’origine de la plus « croustillante » révélation du rapport, la scène de la nuit à l’hôtel de Moscou. Mais les espions russes ont été ajoutés…

    Un autre élément fait intervenir un Américain en Autriche comme contact avec les Russes, mais il est établi que cet Américain ne pouvait pas être en Autriche au moment indiqué.

    Mais cela n’empêche pas les médias du monde entier de traiter ce rapport comme s’il s’agissait d’une révélation majeure, et ce qui est stupéfiant est de voir comment les chasseurs de fausses nouvelles, qui accusent Trump d’avoir gagné à cause de ces fausses nouvelles, se repaissent de ce qui est très clairement un ramassis de fausses nouvelles…

  • Le mois national de la Bible

    Le président des Philippines Rodrigo Duterte a signé une déclaration, le 5 janvier, faisant de ce mois le « mois national de la Bible » : « L’Etat reconnaît la nature religieuse du peuple philippin et l’influence vivifiante de la religion dans la société humaine. Il est juste approprié que l’attention nationale se concentre sur l’importance de lire et d’étudier la Bible, pour façonner les fibres des valeurs spirituelles, morales et sociales de la citoyenneté. » Duterte souligne que la signature de ce document s’inscrit dans l’obligation constitutionnelle de promouvoir les valeurs éthiques et spirituelles des citoyens et de les aider à améliorer leur moralité.

    On sait que les relations entre le président et les évêques sont exécrables, en raison de certaines outrances verbales de Duterte notamment à l’égard du haut clergé, mais plus encore à cause de sa façon d’appliquer la peine de mort… Mais voilà que les évêques se succèdent pour chanter les louanges du président et le remercier, l’un d’eux soulignant que c’est une « occasion en or » de « travailler ensemble » en cette année 2017 qui est aux Philippines l’année de la paroisse…

    *

    Signalons aussi que Matt Bevin, le gouverneur du Kentucky qui vient de signer deux lois limitant l’avortement, avait proclamé, le 22 décembre dernier, 2017 « année de la Bible ». Qui devait débuter par un marathon de lecture de la Bible le 1er janvier à 0h. C’est le gouverneur en personne qui a lancé le marathon.

  • En Irak

    La commission sur les crimes de l’Etat islamique indiquera qu’une centaine de lieux de culte (essentiellement chrétiens, et quelques yazidis) ont été vandalisés ou entièrement détruits dans la plaine de Ninive.

    C’est ce qu’a déclaré Mariwan Naqshbandi, porte-parole du ministère pour les affaires religieuses de la Région autonome du Kurdistan irakien, en annonçant ce rapport.

    Cela manque quelque peu de précision, mais il est intéressant de voir un haut responsable kurde se montrer préoccupé des églises…

  • Au Pakistan

    Le gouvernement de la province pakistanaise du Sindh a rejeté la loi punissant les conversions forcées (de jeunes filles hindoues et chrétiennes enlevées par des musulmans).

    La proposition de loi avait été pourtant votée à l’unanimité.

    Les 13 députés qui avaient rédigé la loi, dont trois ministres, avaient reçu des menaces de mort…

    Addendum

    En fait le gouverneur a renvoyé le texte devant l'Assemblée, pour un nouvel examen. Le truc est que le texte voté en deuxième lecture n'aura pas besoin de la signature du gouverneur, le gouvernement régional n'en sera donc pas responsable...

  • En Egypte

    Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi a une fois encore participé à la liturgie de Noël en la cathédrale copte du Caire célébrée par le Patriarche Tawadros II (le Noël copte est le 7 janvier). A cette occasion il a annoncé qu’il participera au financement de la construction de l’église copte de la nouvelle capitale, qui va être édifiée aux abords du Caire. Ce sera la plus grande église copte d’Egypte, de même que la mosquée qui sera construite parallèlement sera la plus grande mosquée.

    Deux jours plus tard, la Maison de la Fatwa, que dirige le grand mufti d’Egypte, a émis une fatwa indiquant qu’il est absolument légitime de permettre aux chrétiens de construire des églises au sein d’une nation islamique dans le respect des lois de l’Etat. Le texte affirme également que l’islam soutient les lois civiles basées sur le respect de l’égalité entre les citoyens et que le prophète Mahomet lui-même s’était montré favorable au principe de réciprocité entre Etats ayant une identité religieuse différente.

    De l’intérêt d’avoir des autorités religieuses complètement inféodées au pouvoir…

    Peu avant Noël, la même Maison de la Fatwa avait réaffirmé qu’un musulman ne doit avoir aucune hésitation à présenter des vœux à des amis et connaissances chrétiens à l’occasion de leurs fêtes et solennités liturgiques…

  • Culture de mort

    Le gouvernement de Barack Obama a publié le 14 décembre un règlement (de 30 pages – il n’y a pas que chez nous que règne la bureaucratie) interdisant aux Etats de retenir les financements fédéraux du Planning familial.

    Le règlement avait été préparé par les démocrates pour être l’une des premières mesures de la présidente Hillary, mais puisque c’est Trump qui a été élu, Obama a publié le texte en catastrophe : il entrera en vigueur 30 jours après sa publication au Journal Officiel, à savoir le 18 janvier, deux jours avant l’investiture de Donald Trump…

    En fait le financement public des avortoirs est interdit, mais le Planning familial contourne la loi en proposant d’autres services. C’est donc ces autres services qui bénéficient de subventions. Et c’est en prenant prétexte de ces autres services que le gouvernement Obama interdit de ne pas donner les subventions aux avortoirs…

    Au Texas, où une loi supprime les fonds au Planning familial à partir du 21 janvier, le gang des avortoirs n’a pas attendu le nouveau règlement pour engager des poursuites judiciaires contre l'Etat, dès le 31 décembre…

    On apprend d’autre part que les dons au Planning familial ont fait un bond depuis l’élection présidentielle…

  • Insolite

    En avril dernier, le gouvernement du Népal avait supprimé Noël des jours fériés (plus de 80, presque tous hindous).

    Mais voici que ce Noël était de nouveau férié… Et célébré bien au-delà de la microscopique communauté chrétienne. Même la présidente Bidya Devi Bhandari y est allée de son allocution, espérant que ce serait l’occasion de « renforcer les sentiments d’amour et d’unité parmi les citoyens népalais », le Premier ministre a exprimé ses vœux de « paix, bonheur, prospérité, bonne santé, unité et fraternité à tous les chrétiens népalais dans le pays et à l’étranger », et l’ancien roi et son fils ont participé aux célébrations. Au grand dam des hindous qui veulent rétablir l’hindouisme comme religion d’Etat…

  • Trump et Poutine

    Lettre de Vladimir Poutine à Donald Trump :

    Cher M. Trump,

    Veuillez recevoir mes vœux les plus chaleureux pour Noël et la nouvelle année.

    Les graves défis mondiaux et régionaux que nos pays ont eu à affronter ces dernières années, montrent que les relations entre la Russie et les USA demeurent un important facteur pour assurer la stabilité et la sécurité du monde moderne.

    J’espère qu’après votre entrée en fonction en tant que président des Etats-Unis d’Amérique, nous serons en mesure – en agissant de manière constructive et pragmatique – de rétablir un cadre propice à une coopération bilatérale dans différents domaines et d’amener notre niveau de collaboration sur la scène internationale à un nouveau niveau de qualité.

    Veuillez recevoir mes vœux sincères pour vous et votre famille de bonne santé, bonheur, bien-être, succès et tout le meilleur.

    Publiant cette lettre, Donald Trump a commenté :

    Une très belle lettre de Vladimir Poutine ; ses pensées sont si pertinentes. J’espère que des deux côtés nous serons capables d’être à la hauteur de ces pensées, et nous ne devons pas prendre un autre chemin.

  • Trump et Berlin

    Le terroriste qui a tué tellement de personnes en Allemagne a dit juste avant le crime : "Par la volonté de Dieu, nous allons tous vous tuer, porcs, je le jure, nous vous tuerons." Il s’agit d'une menace purement religieuse, qui est devenue réalité. Tant de haine ! Quand les Etats-Unis, et tous les autres pays, vont-ils répliquer?

  • Sean Spicer

    spicer_c0-69-640-442_s885x516.jpg

    Donald Trump a nommé Sean Spicer comme porte-parole de la Maison Blanche.

    Ce n’est pas une surprise, dans la mesure où Sean Spicer a été le porte-parole et directeur de la stratégie du Comité national républicain pendant toute la campagne.

    Mais on peut souligner que Sean Spicer est un catholique pratiquant qui ne met pas sa foi dans sa poche. Le 10 février, il était apparu à CNN avec une tache grise sur le front : c’était le mercredi des Cendres.

    Il s’était fait moquer de lui dans de nombreux tweets, où l’on disait qu’il s’était cassé la figure avant d’arriver au studio, ou qu’on lui avait fait une farce, ou qu’il y avait un gros problème de maquillage, etc.

    Des catholiques avaient pris la défense de Spicer en se moquant à leur tour de l’ignorance des trolls.

    Quant à Spicer il avait répondu à tous les méchants tweets avec le hashtag #AshWednesday : mercredi des Cendres.

  • Hara Kiri

    Le nombre d’enfants nés au Japon cette année sera inférieur à un million, ce qui ne s’était jamais produit depuis que les statistiques existent (1899).

    Cela fait dix ans que le nombre des décès excède celui des naissances.

    Les catholiques ne font pas davantage d’enfants que les autres, et le clergé ne s’en émeut guère, ni pour l’avenir de l’Eglise dans le pays, ni pour l’avenir du pays lui-même.

  • Les fantasmes et la réalité

    Les médias rêvaient tout haut hier que Trump pouvait ne pas être élu par les grands électeurs, parce que beaucoup des grands électeurs républicains ont compris qu’il ne fallait pas que Trump arrive à la Maison Blanche.

    Ils ont perdu, une fois de plus. Non seulement Trump a évidemment été élu, mais c’est Hillary Clinton qui a perdu le plus de voix… Du coup ce n’est pas 37 grands électeurs républicains qui auraient dû abandonner Trump, mais au moins 42… Quand les médias se trompent, c’est de plus en plus énormément…

    La plus grande claque reçue par Hillary Clinton a été dans l’Etat de Washington, où les 12 électeurs devaient voter pour elle. Mais elle n’a eu que les deux tiers des voix… Trois électeurs ont voté pour Colin Powell, et un pour l’Indienne Sioux Faith Spotted Eagle (aigle tacheté de la foi), devenue célèbre pour avoir remporté le combat contre un pipe-line au début de ce mois. (C’est la première fois, dit-on, qu’un Indien obtient un suffrage présidentiel. L’électeur est lui-même un militant indien, qui avait qualifié Hillary Clinton de « criminelle ».) Dans l’Etat de Washington, ces quatre rebelles sont passibles d’une amende de 1.000 $ pour avoir trahi leur promesse.

    Dans le Minnesota, un électeur démocrate a refusé de voter. Il a été remplacé par son suppléant, qui a voté Clinton.

    Dans le Maine, un électeur démocrate a voté Bernie Sanders, mais son vote a été refusé, et il a dû revoter. Pour Hillary Clinton…

    Dans le Colorado, un électeur démocrate a voté pour John Kasich, mais il a été démis de ses fonctions, et son suppléant a voté Clinton.

    D’autre part, deux grands électeurs républicains ont refusé de donner leur voix à Trump, tous deux du Texas. L’un a voté pour John Kasich, l’autre pour Ron Paul.

    Finalement, Donald Trump a eu 304 voix et Hillary Clinton 227…

  • La fausse Europe et la vraie

    L'Union européenne a prolongé aujourd'hui pour une nouvelle période de six mois, jusqu'au 31 juillet 2017, ses sanctions économiques prises en 2014 contre la Russie dans le cadre du conflit ukrainien.

    Dans le même temps, le FPÖ signait à Moscou un accord de coopération avec le parti Russie Unie de Vladimir Poutine. La délégation autrichienne était composée de HC Strache et Norbert Hofer, du porte-parole pour la politique étrangère Johannes Hübner, du chef des députés européens Harald Vilimsky, des maires adjoints de Vienne et de Linz, et du député David Lasar. Elle a été reçue par le secrétaire adjoint de Russie Unie Sergueï Jelezniak (également vice-président du Conseil de la Fédération, la chambre haute), le vice-président de la Douma Petr Tolstoï ainsi que d’autres députés et responsables politiques.

    Sergueï Jelezniak a salué le score obtenu à la présidentielle autrichienne par Norbert Hofer et a déclaré que l’Union européenne doit retrouver le chemin de l’autodétermination de ses Etats : « Si les hommes politiques français font de la politique pour les Français, et les Autrichiens pour les Autrichiens, cela c’est de la bonne politique. » (On remarquera la référence inattendue à la France.)

    HC Strache a souligné qu’une alliance entre la Russie et les Etats-Unis était particulièrement importante « pour parvenir à une solution diplomatique des conflits tant en Syrie qu’en Crimée », et il a réaffirmé son hostilité aux sanctions contre la Russie, qui sont « nuisibles pour l’économie et inutiles ».

    Le FPÖ rappelle qu’une délégation du parti conduite par HC Strache a récemment rencontré à la Trump Tower Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, et d'autres hauts responsables américains.

  • Vente de tissus fœtaux, suite… judiciaire

    baby_parts_810_500_s_c1.jpg

    Le président de la commission de la Justice du Sénat américain, Chuck Grassley, annonce qu’il défère des filiales et sociétés du Planning familial, et la Fédération du Planning familial d’Amérique, au FBI et au ministère de la Justice, pour enquête en vue de poursuites, concernant les ventes de tissus fœtaux.

    « Je ne fais pas de renvois criminels à la légère, dit le sénateur de l’Iowa. Mais l’apparent mépris de la loi par ces entités a été alimenté par des décennies d’absence d’application de la loi par le ministère de la Justice. Et, à moins qu’il y ait un engagement renouvelé de tous les acteurs contre la commercialisation de parties de corps de fœtus avortés, le problème est susceptible de continuer. »

    La commission judiciaire du Sénat a examiné plus de 20.000 pages de documents fournis par les organisations liées à l’industrie des tissus fœtaux. « Bien que l'impulsion de l'enquête ait été la publication d'une série de vidéos du Center for Medical Progress concernant des transferts de tissus fœtaux, l'analyse de la commission repose strictement sur les documents obtenus des sociétés d'approvisionnement et du Planning familial », précise Chuck Grassley.

    Il en ressort que depuis 2010, trois sociétés : Advanced Bioscience Resources, StemExpress, et Novogenix Laboratories (Novogenix a depuis cessé ses activités), ont payé des filiales du Planning familial d'Amérique pour acquérir des fœtus avortés, puis ont vendu les tissus fœtaux à leurs clients respectifs à des prix nettement plus élevés que leur coût avéré. (La loi interdit de vendre des parties du corps humain, mais fait une exception pour les tissus issus d’avortements, à condition qu’il ne soit fait aucun bénéfice. Or le tarif va jusqu’à plusieurs milliers de dollars - voir dessin ci-dessus.)

    Donc le Planning familial a menti ouvertement en prétendant que ce que montraient les vidéos n’était pas vrai.

    Chuck Grassley précise que le Planning familial avait initialement mis en place une politique pour s’assurer que ses filiales se conformaient à la loi, mais les filiales ne l’on pas suivie. Quand le Planning familial s’en est aperçu, en 2011, il a… supprimé les règles qu’il avait édictées. Non seulement il n’a pas tenté de ramener ses filiales au respect de la loi, mais il a modifié ses procédures de surveillance afin que leurs pratiques puissent continuer sans entraves…