Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans le monde

  • Les entreprises de Sodome et Gomorrhe

    Pas moins de 379 grosses entreprises américaines ont soumis un mémoire (« brief ») très officiel à la Cour suprême des Etats-Unis, que celle-ci a dûment enregistré, afin de faire pression pour qu’elle impose le soi-disant « mariage homosexuel » aux Etats qui ont l’outrecuidance de préciser que le mariage est le mariage, à savoir l’union d’un homme et d’une femme. (La décision devrait être prise fin juin.)

    Cela montre l’incroyable puissance du lobby LGBT aux Etats-Unis. Je pensais que les grandes entreprises n’avaient comme objectif que le profit. On voit qu’elles ont aussi des valeurs… Celles de la subversion morale et sociale.

    Parmi elles il y a… Walt Disney…

    Le mémoire fait pas moins de 30 pages (sans compter la liste des signataires). Voici le sommaire :

    A - Nos entreprises profitent de la diversité et de l’inclusion.

    B - Pour récolter les fruits de la diversité, les employeurs doivent être en mesure de recruter et de garder les meilleurs, en partie grâce à des avantages sociaux équitables et compétitifs.

    1 – Les employés qui ont des relations de même sexe ont accès, le cas échéant, aux divers droits, avantages et privilèges dont bénéficient les couples de sexes différents.

    2 – La discrimination dans le mariage conduit des individus talentueux hors des juridictions dans lesquelles nous faisons de affaires.

    C – La discrimination dans le mariage fait du tort à nos entreprises.

    1 – L’interdiction des Etats font peser des contraintes significatives sur nos employés et nos entrerprises.

    2 – L’interdiction des Etats sape la culture de nos entreprises.

    Il fallait en effet finir par la culture… pour qu’on entende bien le ricanement du prince de ce monde.

  • Petit mensonge

    Un petit mensonge, mais qui n’est pas sans portée, et qui est révélateur de la passion partisane du site EUobserver, censé informer de façon factuelle sur l’actualité de l’Union européenne, mais qui est de plus en plus agressivement européiste et anti-russe.

    EUobserver (dont les articles sont payants depuis peu) fait savoir aujourd’hui (12h28) que « Des allégations de ventes d’armes à la Russie sont accueillies par le silence à Prague » : le journal polonais Rzeczpospolita affirme que deux fabricants tchèques ont exporté des armes en Russie tout au long de l’année dernière malgré l’embargo européen mis en place le 1er août, et ces allégations sont accueillies « par un étrange silence à Prague ».

    Or c’est faux.

    Le ministre tchèque des Affaires étrangères a aussitôt réagi à l’article, lundi 3 mars, par l’intermédiaire d’un porte-parole qui a publié un ferme démenti, amplement répercuté par la presse tchèque : en résumé, la République tchèque n’a délivré aucune licence d’exportation d’armes depuis l’embargo, qu’elle respecte.

    Ce n’est pas tout.

    Car de quelles armes parle-t-on ?

    De fusils de chasse.

    Mais, dit, le journal polonais, rien ne prouve que ces fusils de chasse ne puissent pas être livrés aux Ukrainiens pro-russes et servir contre l'armée ukrainienne…

    Pierre-Arnaud Lotton, le président du groupe du Conseil de l’UE pour les exportations d’armes conventionnelles, dit quant à lui – et le journal polonais a l’honnêteté de le citer – que ces fusils de chasse, si armes il y a, ont pu tout bonnement être commandés avant l’entrée en vigueur de l’embargo.

    EUobserver devrait écouter davantage ses maîtres bruxellois…

  • En Syrie

    Toutes les organisations de rebelles d’Alep ont rejeté la trêve humanitaire proposée par un envoyé de l’ONU avec l’accord du gouvernement syrien. Aucun chef rebelle ("modéré" ou non) n’a même accepté de recevoir l’envoyé.

    Réaction de Mgr Georges Abou Khazen, vicaire apostolique d’Alep pour les catholiques de rite latin :

    « La netteté du refus confirme à sa manière le fait que nous tous avons sous les yeux depuis longtemps : la guerre se poursuivra tant que les puissances étrangères voudront l’alimenter. Américains et Turcs viennent de déclarer avoir un plan de soutien et d’entraînement des groupes rebelles pour les trois prochaines années. Ils ont donc déjà prévu que la guerre durera encore trois ans et la population, ici, continuera à souffrir et à mourir pendant encore trois ans… Avant les révoltes, les 900 Km de frontière de frontière avec la Turquie étaient gardés et si par hasard un berger passait la frontière pour récupérer une brebis lui ayant échappé, ils tiraient et le tuaient. Maintenant, des milliers de miliciens entre par là en Syrie avec des armes lourdes alors que les réfugiés qui, de Syrie, tentent d’aller de l’autre côté pour fuir les violences des jihadistes, sont refoulés. »

    Il ajoute :

    « Comme saint Paul, nous espérons contre toute espérance parce que nous savons par expérience que Notre Seigneur est grand et bon. Notre destin est entre Ses mains et non pas dans les manœuvres intéressées de l’un ou l’autre des puissances du monde, aussi grande qu’elle soit ».

  • Encore un copte décapité en Libye

    Le corps sans tête de Mansour Saad Awad, copte égyptien qui travaillait en Libye dans un élevage de volailles, a été retrouvé près de Mechili en Cyrénaïque.

  • Quelques assyriens libérés

    L’Etat islamique a libéré 19 assyriens, 17 hommes et deux femmes, tous du village de Tel Goran.

    Selon certaines sources ces libérations auraient été décidées par un tribunal islamique en échange du paiement de la jizya.

    Selon l’agence AINA, entre 262 et 373 assyriens ont été enlevés.

    Les négociations se poursuivent, par l'intermédiaire de chefs tribaux sunnites…

    Revoilà le temps du rachat des captifs.

  • Chypre et les Russes

    Le président chypriote Nicos Anastasiades était mercredi à Moscou, pour rencontrer Vladimir Poutine. Les deux dirigeants ont signé des accords de coopération militaire, notamment sur l’entrée des navires russes dans les ports de Chypre.

    En fait cela ne fait qu’officialiser ce qui se passe déjà. Mais c’est une pierre de plus dans le jardin anti-russe de l’UE. Et cela rappellera peut-être à quelques europhiles et eurocrates que les navires chypriotes, simplement de commerce, n’ont pas le droit d’entrer dans les ports turcs…

  • Plus de 350 assyriens enlevés et menacés de mort

    Selon les informations transmises à l’AED par l’archimandrite Emmanuel Youkhana, ce sont quelque 350 assyriens de la vallée du Khoubar qui ont été enlevés par l’Etat islamique. 373 selon un décompte de responsables assyriens, dit l’agence de presse AINA.

    Il pourrait y avoir 1.200 familles déplacées.

    Au moins 15 assyriens ont été tués, mais on ignore le sort d’un certain nombre de personnes. A Tel Hormizd, trois combattants assyriens ont été tués, dont une femme qui a été décapitée. AINA donne les noms de 9 combattants assyriens tués et donne des photos de leurs funérailles.

    L’agence cite des sources assyriennes selon lesquelles l’Etat islamique a envoyé des photos des assyriens capturés au gouvernement américain en lui faisant savoir que les otages seraient tués s’ils n’arrêtent pas les frappes aériennes.

    Ce qui pourrait être une réponse à l’interrogation de l’archevêque syro-catholique de Hassaké, Mgr Jacques Behnan Hindo : « Avant, nous entendions toutes les nuits les avions passer au-dessus de nos têtes vers 3 heures. Au cours de ces quatre derniers jours, les opérations aériennes ont été suspendues. Je m’en demande la raison. »

  • L’université catholique d’Erbil !

    Mgr Bashar Matti Warda, archevêque chaldéen d’Erbil (capitale du Kurdistan irakien), annonce le début imminent des activités de quatre facultés de l’université catholique de la ville, dont la première pierre a été posée en 2012, et lance un appel aux dons et aux compétences.

    Telle est l’étonnante vitalité de l’Eglise chaldéenne. C’est la guerre, l’Etat islamique est à quelques kilomètres,  Ankawa, la banlieue chrétienne d’Erbil où se trouve l’université, est submergée par les réfugiés chrétiens de la plaine de Ninive, mais l’université ouvre coûte que coûte, parce que c’est un symbole de la permanence chrétienne, de l’excellence intellectuelle chrétienne, un signe que les jeunes ne doivent pas partir…

  • Le cœur de la démocratie

    Au début du mois, le département d’Etat américain avait annoncé la nomination d’un « envoyé spécial pour les droits humains des personnes LGBT » dont le champ d’action serait toute la planète. Précisant que ce serait un fonctionnaire ouvertement homosexuel.

    Hier, John Kerry a annoncé que le titulaire du poste sera Randy Berry, qui a été consul des Etats-Unis dans divers pays.

    Le communiqué de John Kerry commence ainsi : « Je ne pourrais pas être plus fier que d’annoncer que Randy Berry sera le premier Envoyé Spécial jamais nommé pour les Droits Humains des Personnes LGBT » (on notera les capitales…).

    Le troisième paragraphe commence ainsi : « Défendre et promouvoir les droits humains des personnes LGBT est au centre de notre engagement pour faire avancer les droits de l’homme globalement – c’est le cœur et la conscience de notre diplomatie. »

    Sic.

  • L’Etat islamique enlève des dizaines d’assyriens

    Les combattants de l’Etat islamique ont de nouveau attaqué, hier, les villages assyriens de la vallée du Khabour, en Syrie. Ils ont enlevé des dizaines de personnes, hommes, femmes, enfants, les habitants de Tel Shamiran (une cinquantaine) et de Tel Jazira (une quarantaine) sont séquestrés dans leur village.

    Plusieurs églises ont été détruites, dont celle de Tel Shamiran et celle de Tel Hormuz dont j’avais publié la photo le 7 février, quand les combattants assyriens y avaient replacé la croix...

    Lors des affrontements, qui se poursuivent dans un village, les assyriens auraient perdu quatre hommes et l’Etat islamique des dizaines (selon les miliciens assyriens).

    Les habitants des villages qui ont pu fuir se sont réfugiés à l’église Notre-Dame d’Hassaké et l’église Saint-Ephrem de Qamishli.

    Les proches des personnes enlevées qui ont tenté de les joindre sur leurs téléphones portables sont tombés sur des combattants de l’Etat islamique leur répondant qu’il n’y avait rien à faire pour les otages.

    Selon Newsweek, l’Etat islamique chercherait à les échanger contre leurs combattants prisonniers des Kurdes.

  • Les Egyptiens quittent la Libye (enfin)

    Plus de 10.000 Egyptiens qui travaillaient en Libye ont franchi le poste frontière de Al-Solloum ces derniers jours. Les corps de six Egyptiens morts dans les explosions de Al-Qubba ont également été rapatriés.

    D’autre part, quelque 200 Egyptiens sont revenus par avion de Tunisie. Tous ont été pris en otages pendant un à trois mois, après que tous leurs biens furent volés, puis ils ont été relâchés dans le désert à 70 km de la frontière tunisienne sans rien. Ceux qui étaient otages d’Aube de la Libye ont un S tamponné dans le cou, en guise de salutation au président Sissi. Et après avoir été battus et humiliés pendant des semaines, ils ont dû signer une déclaration affirmant qu’ils avaient été bien traités…

  • Le père Prem Kumar libéré

    Afghan-Jesuit.jpgLe Père Alexis Prem Kumar, jésuite indien enlevé en Afghanistan il y a huit mois, a été libéré par ses ravisseurs, indique une note envoyée à Fides par le Service des Jésuites pour les réfugiés (JRS) exprimant « une immense gratitude au gouvernement indien » pour le rôle qu’il a joué dans le processus de libération.

    Le JRS est présent en Afghanistan depuis 2005. Au cours des mois difficiles pendant lesquels le Père Alexis Prem Kumar a été tenu en otage, le JRS a continué à mener ses projets éducatifs dans le pays. « Notre rôle en Afghanistan consiste à aider les évacués, en leur offrant une possibilité d’instruction et de formation professionnelle. Nous avons été aux côtés des Afghans bien avant l’enlèvement du Père Alexis Prem Kumar et nous continuerons à les accompagner de toutes les manières possibles » a assuré le Père Stan Fernandes, Directeur régional du JRS pour l’Asie du Sud.

  • Au Laos

    Les cinq chrétiens qui avaient été accusés de meurtre pour avoir rendu visite à une femme mourante avaient été acquittés il y a six mois, mais n’avaient pas été libérés, car la décision appartenait aux autorités du district.

    Non seulement ils n’ont pas été libérés, mais ils viennent d’être inculpés pour exercice illégal de la médecine.

    Comme on n’a pas pu les condamner pour meurtre, on veut les faire condamner pour « prestations médicales sans diplôme »… parce que la mourante leur avait demandé de venir prier avec elle…

  • Gribouille en campagne

    Les Etats-Unis et la Turquie ont signé hier soir un accord conclu deux jours plus tôt visant à former et équiper des rebelles syriens « modérés ».

    Sans rire. Alors que tout le monde sait que les équipements donnés aux gentils « modérés » se retrouvent chez les méchants jihadistes et que de toute façon il n’y a pas de frontières entre eux.

    Or ces rebelles sont censés être formés pour combattre les dits jihadistes…

    Mais si les discussions ont duré des mois, c’est parce que la Turquie tient à ce qu’il soit prévu que ces rebelles « modérés » combattent aussi le régime d’Assad. Et le ministre turc des Affaires étrangères l’a explicitement rappelé…

    L'entraînement pourrait commencer le mois prochain sur une base de Kirsehir, en Turquie. L'Arabie saoudite et le Qatar ont donné leur accord pour fournir également des sites d'entraînement, et des formateurs.

    L'objectif des Etats-Unis et de leurs partenaires est de former plus de 5.000 Syriens la première année…

  • La rencontre incorrecte

    97f349fef5d1beb9f9f80dc4e2329a98.png

    Vladimir Poutine s’est rendu à Budapest hier et a eu une longue conversation avec Viktor Orban. Une rencontre qui fait grincer des dents dans toute l’Union européenne, ce qui fait sourire ces deux provocateurs… (La photo est celle que Orban a publiée sur sa page Facebook.)

    La rencontre avait pour but de mettre au point le renouvellement du contrat de fourniture de gaz russe à la Hongrie.

    Viktor Orban a déclaré : « Nous aspirons à la coopération et à avoir de bons contacts (avec la Russie). Je suis personnellement certain que la coopération et les bonnes relations servent non seulement les intérêts de la Hongrie, mais de toute l’Europe. » Il a ajouté : « Bloquer la Russie hors de l’Europe n’est pas rationnel… Quiconque croit que l’Europe peut être compétitive, que l’économie européenne peut être compétitive, sans coopération économique avec la Russie, quiconque pense que la sécurité énergétique peut exister en Europe sans l’énergie qui vient de Russie, est un chasseur de fantômes. »

  • Au Pakistan

    Le gouvernement du Pendjab a créé le mois dernier une commission composée de magistrats, de représentants de la police et du ministère de l’Intérieur de la province, sous la présidence du secrétaire du parquet général, pour examiner le problème des plaintes pour « blasphème ». La commission s’est réunie quatre fois depuis lors. Parmi les 262 procès pour blasphème pendants depuis 2010, elle a dressé une liste de 50 cas où le blasphémateur présumé est très manifestement innocent, et qualifié ces prévenus de « victimes des déclarants ».

    La commission a cherché à définir des « modalités spéciales » qui permettraient de mener un procès se concluant rapidement par un acquittement et une remise en liberté de l’accusé dans des conditions de sécurité. Pour ce faire, la commission demande l’avis de toutes les « écoles de pensée » islamiques afin de s’assurer que les solutions seraient largement admises.

    Une solution qui a obtenu l’unanimité de la commission est que le gouvernement du Pendjab soit partie prenante dans les procès afin de prendre la défense de l’accusé.

    Human Rights Watch considère « très positif que des institutions telles que la magistrature et le gouvernement reconnaissent les usages abusifs de la loi sur le blasphème et cherchent un chemin rapide permettant de résoudre les cas des victimes de l’injustice », et y voit donc « une lueur d’espoir ».

    Le problème est qu’il y a souvent de ces lueurs, soit dans la magistrature, soit au gouvernement (y compris au gouvernement fédéral), soit au Parlement, et que ces lueurs disparaissent très vite dans la nuit islamique.

    Et en attendant, Asia Bibi est toujours en prison, condamnée à mort.

    2623712361.jpg

  • Les coptes enlevés (et assassinés ?)

    On apprend que les 21 coptes enlevés en Libye début janvier sont, sans surprise, entre les mains de l’Etat islamique, qui sur sa revue officielle en ligne revendique les enlèvements et publie des photos des « croisés d’Egypte » revêtus de tenues oranges et otages d’hommes armés au visage masqué, repris dans des poses et situations rappelant les images des séquestrés déjà assassinés par les jihadistes.

    L'article annonce que les coptes ont été "exécutés". Mais cela est pris avec prudence en Egypte.

    L’article reprend la vieille légende selon laquelle deux femmes auraient été séquestrées par l’Eglise copte et contraintes de renier leur conversion à l’islam (dans cette nouvelle version elles auraient même été torturées et tuées...), et il revient aussi sur le massacre de la cathédrale syro-catholique de Bagdad en 2010, qualifié de premier acte de vengeance à l’égard des violences commises par les coptes...

  • Les croix du Khabour

    20150203163804.jpg

    L’un des champs de bataille de l’Etat islamique est la province nord-est de la Syrie, entre la Turquie et l’Irak, le gouvernorat d’Hassaké. Le 30 janvier, les miliciens de l’Etat islamique, qui ne parviennent pas à prendre Hassaké, ont envahi le village chrétien de Tel Hormuz (ou Hormidz) dans la vallée du Khabour. Ils ont donné l’ordre aux habitants d’enlever la croix de leur église Saint–Pityou (Antoine), faute de quoi elle serait bombardée. Les habitants ont enlevé la croix. Mais la milice assyrienne locale et les milices kurdes ont repris le village, et ont replacé la croix. Les diverses milices anti-islamistes ont en outre lancé une vaste contre-offensive, ont chassé l’Etat islamique de plusieurs villages occupés depuis un an, et repris de vastes zones rurales.

    Il s’agit de cette vallée du Khabour, aux 35 villages chrétiens, dont l’histoire est très peu connue et qui est tout à l’honneur de la France. C’est l’armée française qui est à l’origine de la ville même d’Hassaké, dans les années 1920. Armée française dont les soldats étaient des « assyriens », terme qui englobait les chrétiens syriaques catholiques et orthodoxes, chadéens et assyriens. C’est ainsi que peu à peu se peupla la vallée du Khabour, avec notamment des assyro-chaldéens venus de Turquie, et dans les années 30 ce sont des assyriens d’Irak qui vinrent s’y réfugier, sous l’aile de la France qui était en train de construire une province entièrement chrétienne en Syrie. Cette belle histoire est résumée ici de façon claire et précise par Vahé Tachjian.

    Il y avait 35.000 habitants dans la vallée du Khabour. Il n’y en a plus qu’environ 3.000…

    Et comme si la situation n’était pas assez dramatique, il y a aussi le conflit entre les Kurdes et le régime syrien : « Une nouvelle complication du scénario déjà confus – explique à Fides Mgr Jacques Behnan Hindo, archevêque syro-catholique d’Hassaké-Nissibi – est représentée par les tensions et les affrontements ayant eu lieu récemment entre les milices kurdes et l’armée fidèle à Assad. Toutes deux combattent ensemble contre les jihadistes mais, ces derniers temps, les Kurdes semblent intentionnés à agir de manière autonome, dans l’intention évidente de gagner du terrain et de reprendre, à partir d’une position de force, leurs demandes d’autonomie, une perspective destinée à venir à l’encontre des objectifs de l’armée d’Assad. »

    KhaburMap.jpg

  • Guerre froide inversée : Staline au Pentagone

    Poutine.jpg

    Un rapport du Pentagone, de 2008, fait opportunément surface aujourd’hui, alors que les Américains font de Poutine l’ennemi public numéro 1. Selon ce rapport, Poutine est – bon sang mais c’est bien sûr – un malade mental.

    Plus précisément, il est atteint d'une forme d'autisme : le syndrome d'Asperger. Cela se voit dans les expressions de son visage, notamment quand il traverse une crise de sa maladie et qu’il doit se contrôler. Et ce n’est pas nouveau. Le développement neurologique de Poutine a été perturbé dans son enfance…

    Pour éviter l’incident diplomatique majeur, le Pentagone affirme que ce rapport n’est jamais arrivé sur le bureau d’un haut responsable politique, et que le rapport lui-même dit que seul un scanner du cerveau de Poutine pourrait confirmer le diagnostic…

    Le même jour – hier, alors que John Kerry était à Kiev pour exprimer le plein soutien des Américains à l’Ukraine contre la Russie - l’ancien secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rasmussen a déclaré que Poutine (qui est non seulement fou mais un fou dangereux) a l’intention d’attaquer un pays Balte :

    « Il ne s’agit pas seulement  de l'Ukraine. Poutine veut redonner à la Russie sa position de grande puissance. Il y a une forte probabilité qu'il intervienne dans les pays Baltes pour tester l'article 5 de l'Otan. »

    Son idée, précise Rasmussen, serait de fomenter un obscur conflit en Estonie ou en Lettonie, où il y a de fortes minorités russes, afin de pouvoir intervenir et défier l’OTAN.

    Rasmussen ajoute que « Poutine sait qu’il sera vaincu (…) mais c’est un spécialiste de la guerre hybride ».

    Voilà de quoi alimenter et exacerber la paranoïa des Baltes. On a l’impression que le fou dangereux n’est pas celui qu’on dit…

  • Au Bangladesh

    Une dispute pour des terres entre musulmans et catholiques s’est soldée par la mise à sac et l’incendie de tout un village catholique (d’ethnie Santal).

    Il s’agit de terres légalement vendues aux villageois par sa propriétaire hindoue, en 1971. Un musulman est allé récemment devant la justice pour que les chrétiens soient expropriés, mais le tribunal lui a donné tort. Le 24 janvier dernier, quelque 300 musulmans ont attaqué le village. Les chrétiens se sont défendus avec leurs arcs et leurs flèches qui sont leurs armes traditionnelles, et un agresseur a été tué. Les musulmans se sont vengés en pillant tous les biens des villageois et en incendiant les 60 maisons.

    (Asianews)

  • En Inde

    Pour protester contre les cinq attaques hindouistes d’églises à Delhi depuis décembre, et contre les cérémonies de conversions forcées à l’hindouisme, et pour protester aussi contre la totale inaction des autorités, les catholiques de la capitale indienne avaient organisé hier une manifestation devant la cathédrale. La manifestation a été très brutalement réprimée. Le porte-parole de l’archidiocèse a lui-même été embarqué par la police

    La police affirme qu’elle devait intervenir parce que les manifestants avaient l’intention d’aller jusque devant la résidence du ministre de l’Intérieur et qu’ils n’en avaient pas le droit. Mais l’assaut a eu lieu sur le parvis de la cathédrale…

    Le ministre de l’Intérieur a néanmoins accepté, plusieurs heures après, de recevoir une délégation des manifestants. Au sujet de la dernière attaque, celle de l’église Sainte-Alphonsa, le lundi 2 février, il s’est engagé à requalifier les faits en « incitation à la violence communautariste ». Les policiers s’étaient contentés de parler de tentative de vol, alors qu’il n’y a eu ni vol ni tentative mais profanation du tabernacle et des hosties consacrées.

    (Eglises d’Asie)

  • Les Tchadiens contre Boko Haram

    L’armée tchadienne a lancé hier une offensive contre Boko Haram au Nigeria à partir du Cameroun… Selon un bilan provisoire de l’état major, il y aurait eu 9 morts et 21 blessés dans l’armée tchadienne, et du côté de Boko Haram plus de 200 morts, une dizaine de véhicules équipés d'armes lourdes et des centaines des motos détruites, un canon de 105 mm sans recul récupéré.

    L’armée tchadienne serait donc plus efficace que l’armée nigériane ? Et l’armée camerounaise elle fait quoi pendant ce temps-là ?

  • Maaloula à Béziers

    On sait que le maire de Béziers, Robert Ménard, a jumelé sa ville avec Maaloula, pour témoigner de la solidarité des Biterrois avec les chrétiens persécutés de Syrie. Ce n’était pas qu’un geste symbolique. Il y a du coup, à Béziers, une association « SOS Maaloula », qui a organisé une soirée caritative, demain 5 février, au Palais des congrès de la ville, au profit de Maaloula, autour du P. Toufik Eid, qui est le prieur du monastère Saints Serge et Bacchus de Maaloula et qui fait office de curé des grecs-catholiques du village.

    6a00d83451619c69e201b7c743dc40970b-pi.png

    Le P. Toufik Eid sera également à la cathédrale de Toulon le 5 à 18 h:

     

    6a00d83451619c69e201b8d0cd61dd970c-pi.png

     

    et il participera à un dîner de soutien à Lyon, au restaurant La Sainte Russie… Un dîner russe dans un haut lieu de la gastronomie française pour aider les chrétiens de Syrie…

    diner-toufic.jpg

  • Pakistan : un lycée chrétien attaqué

    Quelque 300 jeunes musulmans ont attaqué le lycée chrétien de Bannu, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa (anciennement province de la frontière du nord-ouest), lundi dernier. Ils sont passés par dessus le mur d’enceinte et ont envahi les locaux, cassant les vitres et vandalisant les locaux. Quatre élèves chrétiens ont été blessés. Les musulmans protestaient contre Charlie Hebdo, réclamant que le lycée soit fermé pour cause de blasphème. (Les chrétiens étant assimilés aux Occidentaux et les Occidentaux à Charlie Hebdo, les chrétiens du Pakistan sont donc responsables des caricatures de Charlie Hebdo…)

    Le chef de la police du district a confirmé l’incident mais a déclaré qu’il ne pensait pas que ce soit une attaque antichrétienne…

  • Du nouveau en Inde

    Le Premier ministre du Bengale-Occidental, Mamata Banerjee, a ordonné à la police d’ouvrir une enquête visant le président national du mouvement hindou radical Vishnu Hindu Parishad, et son secrétaire général, pour « incitation à la haine ».

    Cette initiative fait suite à une nouvelle série de « conversions » de chrétiens (et de musulmans) à l’hindouisme, au cours de ces cérémonies rituelles appelées « retour à la maison ». Mercredi dernier, 17 familles chrétiennes et deux familles musulmanes ont ainsi été « reconverties » à l’hindouisme. Mais deux jeunes ont refusé et ont porté plainte. Dans un autre cas où une quinzaine de familles ont été « reconverties », ce sont les missionnaires de Don Bosco qui ont porté plainte.

    (Mamata Banerjee est la présidente du Congrès indien Trinamool, scission du Congrès national indien, qui a repris le Bengale-Occidental aux communistes (Front de gauche) qui dirigeait l’Etat depuis 1977. Sur le plan national elle est donc dans l’opposition au nouveau pouvoir hindouiste.)

  • En Inde

    L’église protestante du village de Tadur, district de Mahabubnagar, dans le nouvel Etat indien de Telangana, a été incendiée et complètement rasée. Des objets de culte, des livres et des bibles ont disparu.

    « Avant cet incident, dit le pasteur Srinivas, les extrémistes hindous m’ont menacé à différentes occasions, m’intimant l’ordre de ne plus venir dans le village et de ne pas construire d’église ».

    Dans ce district ont été enregistrés, ces derniers mois, plus d’une douzaine d’attaques antichrétiennes.

  • Un cadeau aux coptes

    Le ministre égyptien de la reconstruction, des services et des communautés urbaines, Mostafa Madbouly, a annoncé en personne que l’Etat donnait trois terrains pour la construction de deux églises coptes et d’une église copte évangélique, et mettait à la disposition du patriarcat copte un terrain de 30 ha pour des bureaux et diverses structures.

    En octobre dernier, les représentants des principales Eglises et communautés chrétiennes avaient envoyé au gouvernement une ébauche de proposition de loi portant sur la construction des églises, dans le but de définir des procédures légales simples et claires pour en finir avec l’arbitraire.

    La réponse, pour le moment, n’est pas celle qui était souhaitée. Le geste est néanmoins appréciable.

  • Au moins trois coptes tués

    Le bilan officiel des manifestations du 25 janvier en Egypte (quatrième anniversaire de la "révolution") est de 18 morts et une cinquantaine de blessés, au cours d’affrontements entre la police et les Frères musulmans.

    Mais parmi les morts il y a au moins trois coptes, dont un enfant de 10 ans. Qui ne manifestaient pas. Et des coups de feu ont été tirés contre l’église Saint-Raphaël du Caire, tandis que les forces de sécurité avaient bloqué les rues autour d’autres églises afin de prévenir d’éventuels assauts de la part de bandes islamistes.

  • Aux Philippines

    Au moins 43 policiers philippins ont été tués dimanche lors d’affrontements avec les miliciens du Front moro islamique de libération (MILF) et des Combattants islamiques pour la liberté de Bangsamoro (BIFF) dans la région de Mindanao.

    Après des décennies de combats, la rébellion avait pourtant pris fin l’an dernier avec la signature d’un accord sur l’autonomie du fief islamiste de Mindanao, qui fait l’objet d’un projet de loi actuellement en discussion au Parlement.

    Les policiers étaient à la recherche de deux jihadistes, Zulkifli bin Hir, de la Jemaah Islamiyah (proche d’al-Qaïda) et l’expert en explosifs Basit Usman. Mais ils ont pénétré dans un village sans prévenir le MILF, comme convenu dans les accords de paix…

  • Deux revers de l’Etat islamique

    Les forces de l’Etat islamique ont (enfin) perdu du terrain, à l’extrême ouest et à l’extrême est.

    A la frontière turque de la Syrie, les pechmergas ont repris la totalité de la ville de Kobani, après… six mois de combats (et de nombreuses frappes aériennes).

    A l’est de l’Irak, l’armée irakienne a repris le contrôle de la province de Diyala (entre la province de Bagdad et l’Iran).