Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans le monde

  • L’évêque du service propreté urbaine

    Comme on l’a dit hier, Mgr Jacques Behnan Hindo, l’archevêque syro-catholique d’Hassaké, a pu revenir chez lui. Il a découvert une ville à l’abandon, et il a donc décidé de s’occuper lui-même des services défaillants, comme il le raconte à l’agence Fides :

    « Je suis devenu responsable du nettoyage, de l’urgence représentée par les ordures, des désinfections et de tous les services qui sont en relation avec la santé publique. Le conflit expose davantage la population également au risque d’épidémies. Tout devient encore plus compliqué avec la chaleur de l’été. J’ai pris en charge ces besoins parce que je voyais que personne ne le faisait et je coordonne actuellement une équipe de 130 opérateurs – dont près de 100 sont musulmans – qui travaillent dans des quartiers où habitent 400.000 personnes sans demander pour moi aucune récompense. Les gens disent : “L’évêque est presque devenu maire de la ville.” Nous aurions besoin de camions pour la collecte des ordures, mais maintenant nous ne saurions vraiment pas où les trouver ».

    Mgr Hindo explique d’autre part :

    « L’Etat islamique est fils de l’idéologie wahhabite et des ressources financières de l’Arabie saoudite qui veut mettre la main sur tout. La grande partie des sunnites n’a rien à voir avec les hommes du Daesh. Leur masse de manœuvre, par chez nous, est constituée par des tribus qui, jusqu’à une date récente, ne connaissaient pas une seule sourate du coran, des familles avec de nombreux enfants qui maintenant s’enrôlent dans les rangs du Daesh et gagnent de la sorte en quelques semaines seulement des sommes qu’elles n’ont jamais vu au cours de toute leur vie. Il s’agit de gens habitués à s’allier avec ceux qui les paient et les commandent. Si en fin de compte devait prévaloir l’armée d’Assad, ils seront prêts à crier à nouveau Vive Bashar ! »

    La mention de l’argent saoudien qui se déverse est fort intéressante. Il s’agit néanmoins de tribus sunnites, même si elles sont incultes en matière religieuse (d’ailleurs je ne vois pas comment on peut honnêtement être musulman quand on connaît un tant soit peu l’islam), et c’est le même Mgr Hindo qui avait noté que les jihadistes de l’Etat islamique avaient pu conquérir Hassaké grâce au soutien des quartiers sunnites.

  • En Corée du Nord

    J’ai l’impression que personne ne s’intéresse vraiment à la vie démocratique en Corée du Nord. Pourtant il vient d’y avoir dans ce pays d’importantes élections, celles des députés des parlements locaux.

    Or la presse nord-coréenne est unanime : « Tous les participants ont pris part aux élections avec un extraordinaire enthousiasme pour cimenter le pouvoir révolutionnaire à travers l’élection des députés des assemblées locales. »

    Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, on nous informe aussi que tous les députés ont été élus avec 100% des voix, et que la participation aussi enthousiaste que révolutionnaire a été de 99,97%. Car même les vieux et les malades peuvent voter, grâce à des « urnes mobiles ». On ne lésine pas sur les droits des citoyens en Corée du Nord.

    Ce sont exactement les mêmes chiffres que pour l’élection des députés nationaux l’an dernier.

    On peut se demander pourquoi la participation n’est pas de 100%. La réponse est simple : si 100% des Nord-Coréens étaient d’enthousiastes partisans du parti unique, comment ferait-on pour trouver et condamner à mort les méchants déviationnistes corrompus dont il faut sans cesse purger le pays ? Ce sont eux, les 0,03%...

    Vous vous demandez peut-être aussi à quoi servent les assemblées locales. Eh bien elles se réunissent une fois par an pour voter dans l’enthousiasme révolutionnaire le budget local qui a été déterminé par le pouvoir central, et pour élire avec un extraordinaire enthousiasme les chefs locaux qui ont été désignés par le pouvoir central.

  • En Libye

    Trois chrétiens – un Ghanéen, un Nigérian et un Egyptien copte – ont été enlevés en Libye par un groupe jihadiste lié à l’Etat islamique. L’enlèvement remonte au 11 juillet mais la confirmation en a été fournie seulement le 19 par un porte-parole militaire du gouvernement de Tobrouk.

    Le groupe djihadiste a revendiqué l’enlèvement sur les réseaux sociaux, publiant les photographies des documents d’identité des trois personnes, sans fournir d’autres détails.

    Le 19 juillet, quatre Italiens ont été enlevés à Mellitah. Il s’agit de quatre techniciens d’une entreprise italienne travaillant sur les installations pétrolières.

  • Asia Bibi, demain

    Demain 22 juillet, à 9h, trois magistrats de la Cour suprême du Pakistan, à Lahore, commenceront l’examen de la procédure de dernier appel d’Asia Bibi.

    « Sa famille et son avocat ont de grands espoirs qu’elle sera acquittée », annonce l’Express Tribune, le premier quotidien du Pakistan. Un optimisme qui fait peur, car on a déjà entendu les mêmes propos à chaque étape du procès.

    Son avocat Saiful Mulook explique : « Premièrement, la plainte contre Asia a été enregistrée cinq jours après l’incident supposé. Cela jette un doute sérieux sur le récit de la poursuite. Ce retard montre que le plaignant a fabriqué l’histoire avec le soutien d’autres personnes et a impliqué Asia dans une fausse affaire. Deuxièmement, les témoins à charge ne remplissent pas les critères de Tazkiatul Shuhood. Je contesterai leur crédibilité. Troisièmement, le plaignant, Qari Muhammad Salam, a admis lui-même devant le tribunal de première instance qu’il avait consulté d’autres personnes pendant cinq jours pour déterminer si Asia avait commis un blasphème ou non, avant d’aller finalement à la police pour déposer plainte contre elle. » Et il ajoute que chacun de ces points suffit pour acquitter Asia Bibi.

    Hélas, ce que je vois, moi, c’est que l’avocat ne donne aucun argument pour démontrer, à partir des accusations des témoins à charge, qu’il n’y a pas eu de blasphème. Or c’est précisément ce que la « haute cour » de Lahore avait reproché aux avocats précédents. Lesquels s’étaient excusés en disant qu’ils ne pouvaient pas contester directement l’accusation de blasphème sans être eux-mêmes accusés de blasphème…

    En revanche, l’avocat saisit la perche que lui a tendue la « haute cour » de Lahore. En effet, ce sont ces magistrats qui avaient souligné, dans leur jugement, que les tribunaux de la charia doivent suivre la procédure dite Tazkiatul Shuhood : les juges doivent enquêter sur les témoins pour s’assurer de leur crédibilité, en examinant de façon précise leur piété, leur droiture et leur intégrité…

    On n’oubliera pas que l’affaire Asia Bibi a déjà fait deux morts, le ministre catholique Shahbaz Bhatti, et le gouverneur du Pendjab Salman Taseer.

    Les trois magistrats de la Cour suprême qui examineront le cas d'Asia Bibi sont Mian Saqib Nisar, Ijaz Ahmed Chaudhry, et Umar Ata Bandial. Mettez-les dans nos prières pour qu’ils soient inspirés par le vrai Dieu.

  • A Mossoul

     

    index-1.jpg

     

    L’église chaldéenne Saint-Joseph de Mossoul a été à son tout transformée en mosquée par l’Etat islamique. Elle a été dépouillée de tous les symboles chrétiens et la coupole a été peinte en noir. Elle serait en service depuis le deuxième vendredi du ramadan. On lui a donné le nom d’Abou Abdoulrahman al-Bidaoui, le chef du conseil militaire de l’Etat islamique tué par les forces irakiennes en juin 2014, la veille de la prise de Mossoul.

  • Jihad au Kivu

    Le 26 juin, les jihadistes de la MDI ont attaqué une position de l’armée congolaise à May-Mohya, village du Nord-Kivu (province chrétienne du Congo chrétien). Il y a eu 16 morts : 5 militaires, 3 civils, et 8 assaillants. Une vingtaine de maisons ont été incendiées, les commerces ont été saccagés.

    Le 9 juillet, les jihadistes de la MDI ont attaqué une position de l’armée congolaise sur la route Mbau-Kamango : 9 militaires et 2 civils ont été tués.

    MDI, c’est « Muslim Defense International ». Sic. C’est le nouveau nom de l’ADF-NALU (« Forces démocratiques alliées – Armée nationale de libération de l’Ouganda »), qui a été fondé en 1995 dans l’est du Congo. Il n’a jamais pu prendre pied en Ouganda mais a commis de multiples crimes au Congo. Il a subi plusieurs défaites militaires, son chef Jamili Mukulu, un chrétien converti à l’islam, a été arrêté en avril en Tanzanie et a été extradé vendredi dernier en Ouganda, mais il veut montrer qu’il existe toujours.

    En mai dernier, l’Assemblée épiscopale provinciale de Bukavu avait dénoncé la menace jihadiste pesant sur la région.

  • L’accord entre un partenaire

    Un « accord inter-libyen » qui doit aboutir à la formation d'un gouvernement d'union nationale et à la tenue d'élections, et qui prévoit les mécanismes de prise de décision pour la transition jusqu'à l'adoption d'une nouvelle Constitution, a été paraphé samedi sous l’égide de l’ONU.

    Magnifique. « Historique ». Sauf que…

    Sauf que l’ « accord inter-libyen » a été paraphé par… le seul Parlement de Tobrouk, qui est reconnu par la communauté internationale, mais dont l’autorité s’arrête… à Tobrouk.

    Le Parlement de Tripoli (la capitale de la Libye) a refusé de signer. D’ailleurs il n’était même pas présent.

    Les négociations ont eu lieu entre le Parlement de Tobrouk et le Parlement de Tobrouk, sous l’égide de l’ONU…

    Il y a eu quelques autres signataires, dont celui qui est encore à l’heure où j’écris le maire de Tripoli.

    Mais les milices islamistes qui contrôlent l’essentiel du territoire n’ont rien signé.

    « La France se réjouit du paraphe de l’accord inter-libyen », écrit Laurent Fabius dans un communiqué qui, quand même, évite toute emphase.

    C’est « un pas important vers la restauration de la paix et de la stabilité en Libye », écrit Federica Mogherini, la « haute représentante » de l’UE, appelant ceux qui n’ont pas encore signé à le faire…

    Quelle est la différence entre un pigeon, demandait Coluche.

  • En Irak aussi, on enlève les chrétiens

    En l’espace de deux semaines, à Bagdad, quatre chrétiens irakiens ont été enlevés. Deux d’entre eux ont été tués après paiement de la rançon.

    Le corps de Quais Abdul Shaya a été remis à sa famille bien que cette dernière ait payé aux ravisseurs une rançon équivalent à 22.500€. Le même sort a été réservé à Saher Hanna, qui travaillait au ministère de l’Intérieur.

    Un autre chrétien a été libéré par ses ravisseurs après que les membres de sa famille leur ont versé l’équivalent de 45.000€.

    Le Dr. Bashar al-Ghanem Akrawi a retrouvé la liberté grâce à une opération de police effectuée dans son lieu de détention.

    L’escalade du crime visant les chrétiens de la capitale irakienne (qui est courant depuis longtemps en Egypte) est l’un des facteurs contribuant à rendre leur condition très difficile. Le parlementaire chrétien Imad Youkhana Yako a publié le 9 juillet un communiqué de presse – parvenu à l’Agence Fides – pour demander à ses collègues et aux forces de sécurité de prendre leurs responsabilités en ce qui concerne un phénomène qui « fait partie des intimidations subies par la composante chrétienne de la population et contribue à miner l’unité de la société irakienne ».

  • Syrie : le franciscain a été libéré

    Le P. Dhiya Aziz, franciscain et curé de Yacoubieh, en Syrie, qui avait été enlevé le 4 juillet, a été libéré.

    Le Front al-Nosrah a démenti toute implication dans l’enlèvement.

    « Il aurait été enlevé par un autre groupe jihadiste, dit la Custodie de Terre Sainte. Dans cette région il y a pléthore de groupes opérant selon des intérêts variés. »

  • Au Pakistan

    Le gouvernement pakistanais a décidé qu’il était désormais interdit de traduire les « termes sacrés » de l’islam.

    Ainsi est-il interdit de traduire Allah, masjid (mosquée), salat (prière), rassoul (prophète).

    Il en résulte que quiconque utilisera les mots "mosquée" ou "prophète" (en parlant de Mahomet) pourra être accusé de blasphème…

  • Les salauds !

    La Cour Suprême d’Israël a donné son feu vert hier à la construction du mur de séparation avec la Palestine dans la vallée de Cremisan.

    Cette décision est radicalement contraire à la décision prise par la même Cour suprême en avril dernier, quand elle intimait l’ordre aux autorités militaires israéliennes de modifier le tracé du mur dans la vallée.

    Certes, le tracé a été modifié : désormais, les bâtiments des couvents se trouvent du côté palestinien. Mais toutes les terres de la vallée de Cremisan, appartenant à 58 familles palestiniennes, seront du côté… israélien, sans compter que l’horrible mur défigurera complètement ce qui est à la fois le poumon vert de la région de Bethléem et l’un des plus beaux sites de la Terre Sainte.

    « Il est évident – avait déclaré par le passé le maire de Bethléem, Vera Baboun, - que le tracé ne répond à aucun besoin de sécurité et vise seulement à séparer les personnes de leurs terres pour pouvoir les leur confisquer et élargir la zone des colonies israéliennes qui ont déjà occupé dans cette zone la majeure partie des territoires palestiniens ». L’effet de la politique des expropriations israéliennes sera que, « en l’espace de quelques années, toute la zone sera suffoquée par la tenaille du mur et les premiers à s’en aller seront les chrétiens ».

    Le vicaire patriarcal du Patriarcat latin de Jérusalem, Mgr William Shomali, dit lui aussi que les Israéliens n’ont « jamais renoncé à s’approprier de ces terrains de Cremisan pour disposer d’une zone sur laquelle agrandir les colonies israéliennes de Gilo et Har Gilo, construites elles aussi sur des terres soustraites à la ville palestinienne de Beit Jela. Telle était l’intention depuis le début, l’objectif visé et c’est à cela que l’on veut arriver à tout prix ».

    Il pense également que « le changement drastique par rapport à la décision précédente peut constituer une réaction face à la récente reconnaissance officielle de l’Etat de Palestine de la part du Saint-Siège ».

  • Hongrie

    Le Parlement hongrois a adopté par 151 voix contre 41 une série de lois qui permettent notamment la construction d’une clôture de 4 mètres sur les 175 km de la frontière avec la Serbie, de raccourcir l’examen des demandes d’asile et de limiter les recours.

    (Réflexion subsidiaire: ce vote montre que Viktor Orban a toujours une majorité au Parlement...)

  • « Bâtir pour rester »

    Tel est le nom d’une initiative héroïque (vu les circonstances) lancée par Mgr Jean-Clément Jeanbart, l’archevêque grec melkite catholique d’Alep, en Syrie.

    Extrait de sa lettre du 2 juillet :

    Pour nous Évêques, successeurs des Apôtres et Pasteurs des croyants en Syrie, agir pour la continuation de la présence chrétienne dans le pays est une grande responsabilité et un devoir sacré que nous impose notre appartenance à la lignée des Apôtres, fondateurs de cette Église chérie par le Seigneur. Elle a été bénie par la Grâce de Son Esprit Miséricordieux, dès sa naissance à Jérusalem le jour même de la Pentecôte, où des  milliers de juifs syriens, venus en pèlerinage pour la fête, furent baptisés par Pierre et les Apôtres en personnes. (Actes 2, 41).

    Nous faisons tout ce que nous pouvons pour leur permettre de vivre en ces temps de grande épreuve où l'aide humanitaire est devenue une priorité. Nous nous tenons auprès d'eux pour leur donner courage. Nous essayons de leur donner des raisons de croire en un avenir prometteur dans ce pays, riche dans sa culture, son histoire, son patrimoine et son sol rempli de biens. Pour rendre plus audible notre discours et plus significatif notre soutien matériel, nous avons lancé "Bâtir pour Rester" un mouvement qui a pour but de rassembler un grand nombre de fidèles convaincus  de l'importance de notre présence dans le pays, pour agir avec nous. Ensemble nous voulons communiquer un message positif d'optimisme, qui encourage à la persévérance et ensemble nous voulons projeter un programme d'aide au développement et une action concrète de soutien, à la restructuration des petits commerces et ateliers détériorés, autant qu'à la restauration des maisons endommagées et rendues inhabitables à cause de la guerre.

    Les objectifs du mouvement sont le rassemblement « d'un nombre significatif d'adhérents motivés et disposés à agir » ; l'organisation « d'une campagne d'information et de sensibilisation » ; le lancement de groupes de réflexion pour établir un plan de travail.

    Mais aussi de gérer une caisse d'urgence et un Fond de Solidarité et de « planifier pour le moyen terme des projets significatifs de développement : habitat, institutions éducatives, coopératives et centres socioculturels, cliniques médicales et dispensaires ».

    Mgr Jeanbart précise que deux projets sont déjà en voie de réalisation : d'une part, un centre de formation professionnelle aux métiers du bâtiment car « le domaine de la reconstruction est presque le seul à donner des postes de travail, le temps que l'industrie et les autres commerces soient remis sur pied ». Grâce à la solidarité de donateurs Suisses, ce centre est opérationnel pour cinq formations: menuisier, ferronnier, électricien, plombier et travaux de l'aluminium

    Le second projet est un soutien financier aux artisans et petits négociants, leur allouant « des petits prêts sans intérêts pour les aider à reprendre leur travaux et ne plus dépendre des aumônes et de l'aide sociale ».

    Un troisième projet destiné aux jeunes est en attente de financement. Parmi les autres projets en vue : créer une caisse de secours pour la restauration des maisons endommagées ; s'occuper de la santé des gens nécessiteux grâce à un centre de soins médicaux de première urgence ; créer un centre d'information et de sensibilisation sur l'appartenance chrétienne et patriotique.

    Ce centre, qui se servira des mass media et des moyens de communications, aura pour but « d'informer les fidèles en Syrie de la vie et de l'action missionnaire extraordinaire menée par l’Église de Jésus Christ, hier et aujourd'hui dans le monde » et de « mettre en évidence les possibilités innombrables dont disposent nos communautés chrétiennes locales et qui sont autant de raisons d'espérer et de croire à un avenir meilleur ».

  • Syrie : un franciscain enlevé

    Samedi, des hommes armés ont emmené le P. Dhiya Aziz, franciscain, curé de Yacoubieh, en Syrie, « pour un bref entretien avec l’émir du lieu », selon la Custodie de Terre Sainte. Mais depuis lors on n’a plus aucune nouvelle de lui.

    Yacoubieh se trouve dans une région contrôlée par le Front al-Nosra, branche syrienne d’al-Qaïda.

    Né à Mossoul, ayant fait son noviciat au couvent Saint-Jean du Désert de Aïn Karem, il a passé sept ans en Egypte avant d’aller à Amman en 2010 puis en Syrie à Lattaquié. Et il s’était porté volontaire pour aller à Yacoubieh dans la  province d’Idlib, l’une des zones les plus dangereuses.

    On n’a toujours aucune nouvelle du P. Jacques Mourad, enlevé dans des circonstances similaires fin mai.

  • Gaza et l’Etat islamique

    Dans une vidéo de 16 minutes, l’Etat islamique dénonce les « tyrans du Hamas » à Gaza et annonce que ses soldats vont arriver pour instaurer un véritable ordre islamique :

    Huit ans qu’ils contrôlent le territoire et ils n’ont pas encore mis en application un seul enseignement islamique… Nous déracinerons l’Etat des juifs, et vous, et le Fatah, et tous les laïques ne sont rien, et vous serez submergés par nos montantes multitudes. La règle de la charia sera appliquée à Gaza, malgré vous. Nous jurons que ce qui arrive au Levant aujourd’hui, et en particulier au camp de Yarmouk [camp palestinien pris par l’Etat islamique près de Damas] arrivera à Gaza… Le but du jihad n’est pas de libérer des terres… mais le jihad, tel qu’il est défini par Dieu, c’est se battre pour la loi de Dieu, et l’appliquer… La voie de la libération de la Palestine passe par l’Irak et nous nous rapprochons, jour après jour… tandis que le Hamas s’éloigne de ce but.

  • La connerie américaine

    Depuis l’attaque de l’église de Charleston par un jeune détraqué qui y a tué 9 noirs, la chasse aux drapeaux sudistes a été lancée aux Etats-Unis. Sous la direction du président en personne, Barack Obama, qui a appelé les Américains à en finir avec « les symboles de l'oppression et du racisme »…

    La chaîne Walmart a aussitôt décidé qu’on ne trouverait plus de drapeaux confédérés dans ses magasins. Elle a ainsi refusé de confectionner un gâteau avec un drapeau sudiste sur lequel était inscrit : « C’est notre héritage, pas de la haine ».

    Mais la même chaîne a confectionné, sans le moindre problème, un gâteau avec le drapeau jihadiste qui est celui d’al-Qaïda et de l’Etat islamique.

    La preuve en vidéo chez Fdesouche.

  • Les avocats pakistanais

    Le chrétien Humayun Faisal, handicapé mental accusé de blasphème à Lahore, restera en prison, parce que ses nouveaux avocats ont retiré la demande de liberté sous caution déposée le 27 juin par ses précédents avocats.

    Selon l’ONG LEAD, il existe des avocats qui « interviennent dans des cas où les chrétiens sont accusés de blasphème ou d’autres crimes et, au lieu d’obtenir justice, n’œuvrent pas dans l’intérêt des inculpés, leurs clients, mais pour d’autres buts, faisant de facto obstacle à la justice ».

    Humayun Faisal avait fait l’objet d’une plainte le 24 mai dernier et, suite à l’accusation, une foule de musulmans, à l’instigation d’un imam, avait tenté de prendre d’assaut le quartier de Sanda, à Lahore, un faubourg entièrement chrétien. Un massacre avait été évité seulement grâce à une intervention rapide de la police.

  • Pakistan : religieuses non gratae

    Trois religieuses missionnaires philippines de la Congrégation des Religieuses de la Vierge Marie vont devoir quitter le Pakistan. La Haute Cour d’Islamabad a en effet confirmé la décision du ministère de l’Intérieur refusant aux religieuses la prorogation de leur visa de séjour dans le pays.

    En juin dernier, le ministère de l’Intérieur avait rejeté leur demande de prorogation de visa. Au motif qu’elles auraient « changé de travail ». Alors qu’elles étaient toujours enseignantes dans le même établissement scolaire d’Islamabad, fondé par leur congrégation.

    L’évêque avait fait appel. Mais la Haute Cour a confirmé le rejet. Au motif, cette fois, qu’il y aurait eu des plaintes de parents d’élèves…

    Cela dit l’établissement (3.300 élèves) continuera de fonctionner, car son corps enseignant est désormais presque entièrement pakistanais.

  • Le tract de Jérusalem

    Pour la deuxième fois en une semaine, un tract signé « Emirat de Jérusalem » a été distribué dans la Ville Sainte. Il réitère les menaces d’expulsion de tous les chrétiens de Jérusalem d’ici la fin du ramadan.

    Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a souligné que les tracts ont été trouvés « dans des zones contrôlées par Israël ». Et il a évoqué l’étrange affaire des jihadistes d’al-Nosra blessés en Syrie et soignés dans des structures sanitaires israéliennes : « Lorsque nous savons que des membres de ce groupe sont soignés en Israël, comment cette situation doit-elle être interprétée ? »

    Le gouvernement palestinien, dans une déclaration officielle, a qualifié de « douteux » le contenu de ce tract « qui tente d’endommager l’unité du peuple et de fomenter le conflit dans la Ville Sainte ».

  • La Cour suprême de la culture de mort

    La Cour suprême des Etats-Unis, par cinq voix contre quatre, a « suspendu » hier la loi du Texas qui restreint fortement les avortements.

    Cette loi avait été évidemment contestée en justice, au cours d’un long périple qui était allé… jusqu’à la Cour suprême. En novembre 2013, le juge Antonin Scalia de la Cour suprême avait rejeté la demande de surseoir à l’application de la loi, suite à l’arrêt de la cour d’appel qui annulait le jugement invalidant une bonne partie de la loi…

    La loi était revenue devant une cour d’appel, qui avait décidé que si l’objectif réel de la loi n’était pas en effet la « sécurité », mais de rendre plus difficile l’accès à l’avortement, cela n’était pas anticonstitutionnel.

    Mais ce n’était pas fini. Les avortoirs du Texas ont à leur tour saisi la Cour suprême, et celle-ci vient donc de décider de suspendre la loi, permettant ainsi aux avortoirs qui ne respectent pas la loi de continuer à tuer… jusqu’à ce qu’elle prenne la fameuse décision qu’elle doit prendre sur l’avortement en 2016, et qui n’ira certainement pas dans le bon sens…

  • La situation à Hassaké

    Témoignage à l’agence Fides de Mgr Jacques Behnan Hindo, archevêque syro-catholique d’Hassaké-Nisibi, qui a fui la ville avec ses fidèles et se trouve lui aussi réfugié à Qamishli :

    L’armée gouvernementale regagne momentanément du terrain, avec beaucoup de difficultés, vu que l’on combat en milieu urbain. D’autre part, les milices kurdes présentes sur zone n’ont répondu aux incursions du prétendu Etat islamique que lorsque les jihadistes ont tenté d’attaquer les quartiers kurdes, concentrés dans la partie est de la ville. Jusqu’à ce moment-là, elles n’avaient pas fourni de soutien à l’armée. Il faut également ajouter qu’une partie de la population locale s’est rangée aux côtés des miliciens du prétendu Etat islamique lorsque ceux-ci sont arrivés dans le quartier sud-est d’al-Nachwa. De là, ils ont fait sortir les femmes et les enfants mais les jeunes gens et les adultes sont restés et ont pris fait et cause pour le prétendu Etat islamique. Et maintenant, ce grand quartier est au centre des affrontements les plus violents entre les forces gouvernementales et celles du prétendu Etat islamique.

  • Hassaké

    La ville de Hassaké a été bombardée dans la nuit du 24 au 25 juin par l’Etat islamique. Des centaines de familles ont fui. « Seulement parmi les fidèles chaldéens, au moins 60 familles se sont déplacées à Qamishli avec leur Curé, le Père Nidal, alors que 10 autres familles ont rejoint la Paroisse d’al-Malikiyah et tous attendent maintenant de comprendre comment évolueront les choses sur le terrain », déclare à Fides Mgr Antoine Audo, évêque d’Alep des Chaldéens et président de Caritas Syrie.

    Hassaké avait déjà fait l’objet d’attaques des jihadistes au cours de ces dernières semaines, attaques qui avaient été repoussées par l’armée syrienne et les miliciens kurdes. Maintenant, Mgr Audo lui-même voit dans la dernière offensive une tentative de mettre la pression sur les milices kurdes qui, ces derniers jours, semblaient gagner du terrain dans la province de Raqqa, la place forte de l’Etat islamique en Syrie.

    Si nous avions encore un peu d’honneur, l’armée française serait à Hassaké, une ville qui a été construite… par l’armée française, du temps, pas si lointain, où la France, et même la République française, défendait encore les chrétiens d’Orient.

  • Au Pakistan

    Le ministre pakistanais de l’Intérieur, Nisar Chaudhry, a demandé aux gouvernements des provinces de mener une enquête sur la sécurité des minorités et de préparer un « plan de sécurité » au profit des communautés non musulmanes, notamment des lieux de culte.

    C’est un progrès, commente une ONG contactée par l’agence Fides, mais « il faut urgemment lutter contre la mentalité extrémiste et contre la haine croissante envers les chrétiens et les autres minorités religieuses qui vivent au Pakistan », et aussi d’intervenir « sur la législation discriminant les minorités », notamment les lois sur le blasphème.

  • Danemark : percée "populiste"

    Le parti social-démocrate au pouvoir est arrivé premier aux législatives avec 26,3% des voix, mais il se retrouve minoritaire face à la coalition de droite. Le parti de droite « traditionnel », Venstre, a lui-même été dépassé par le Parti du Peuple danois, qui grimpe de près de 9 points à 21,1% et obtient 37 sièges, ce qui en fait le deuxième parti représenté au Parlement.

    Ce résultat était plus ou moins attendu depuis que le Parti du Peuple danois était arrivé premier aux européennes.

  • Hindous radicaux

    Le Hindu Janajagruti Samiti (HJS), comité pour la renaissance hindoue, a tenu sa 4e « convention hindoue de toute l’Inde » du 11 au 17 juin.

    Dans une « résolution officielle », la convention demande l’interdiction des écoles chrétiennes dans tout le pays.

    Le HJS est un groupe extrémiste, mais il est lié au RSS (Rashtriya Swayamsevak Sangh) qui est la plus grande ONG du monde (entre 5 et 6 millions de membres), à peine moins fanatique, et qui soutient l’actuel Premier ministre, Narendra Modi, membre du principal parti hindouiste nationaliste.

  • Une église victime d'un incendie en Israël

    Deux pièces des locaux entourant l'église catholique de Tabgha, à 3 km de Capharnaüm, ont été ravagées par un incendie criminel la nuit dernière.

    Cette église, haut lieu de Galilée, est connue comme l’église « du miracle de la multiplication des pains et des poissons », car elle est construite sur le lieu supposé de l’un de ces miracles.

    Un moine bénédictin et un jeune bénévole ont été gravement intoxiqué par la fumée et ont dû être hospitalisés d’urgence.

    Sur les murs ont été retrouvées des inscriptions en hébreu : le passage d’une prière récitée trois fois par jour par les juifs pratiquants, dans laquelle il est demandé à Dieu d’anéantir les idoles et les païens (dixit Fides).

  • Les Kurdes prennent Tal Abyad

    Les bonnes nouvelles étant très rares dans l’actualité des pays sous occupation de l’Etat islamique, on ne boudera pas celle qui nous annonce la prise par les forces kurdes de la ville syrienne de Tal Abyad, Prise hautement stratégique puisque c’est la ville qui reliait Rakka, fief de l’Etat islamique, à la Turquie, pour le trafic d’armes et de pétrole. En revanche, pour les pechmergas, la prise de Tal Abyad assure la liaison entre les secteurs qu’ils contrôlent dans la province de Hassaké et la ville de Kobané.

    Mais cette avancée kurde, près de la frontière, n’est pas du tout du goût du gouvernement turc. Car les pechmergas sont ceux du « parti de l’union démocratique », qui contrôle l’essentiel des territoires kurdes de Syrie avec l’accord tacite de Damas (qui n’a guère le choix). Or ce parti est l’émanation syrienne du PKK. Ainsi dans la ville frontière de Kamechliyé, où cohabitent tant bien que mal les représentants de Bachar al-Assad et les autorités kurdes, on peut voir d’un côté de grandes photos du président syrien, et de l’autre de grandes photos d’Abdullah Öcalan, le chef kurde (de Turquie) emprisonné en Turquie sur l’île d’Imrali.

    D’autre part, comme on l’a encore vu avec l’exode qui a suivi la prise de Tal Abyad, les civils kurdes fuient presque autant la dictature du « parti de l’union démocratique » que l’Etat islamique…

  • Au Pakistan

    On sait que la loi sur le blasphème est souvent utilisée par les musulmans pour mettre la main sur des terres ou des bâtiments appartenant à des chrétiens.

    En général on accuse le propriétaire d’avoir insulté le prophète de l’islam ou d’avoir brûlé des papiers contenant des versets du Coran. Et le propriétaire se retrouve pour longtemps en prison, et n’a d’autre choix que de vendre son bien (à bas prix) puisque même s’il est innocenté il ne peut retourner chez lui : il sera un « blasphémateur » jusqu’à sa mort : jusqu’à ce qu’un musulman vertueux le tue.

    Mais à Karachi il semble qu’on passe à la vitesse supérieure… Des spéculateurs ont jeté leur dévolu sur l’église d’une communauté protestante intitulée « Eglise de Jérusalem ». Et depuis un mois les membres de cette communauté reçoivent des lettres de menace afin qu’ils renoncent à la propriété de l’église, sous peine de fausses accusations de blasphème. Sic.

  • Par tous les moyens

    Le patriarcat latin de Jérusalem dénonce la façon dont un important complexe appartenant à l’Eglise presbytérienne en territoire palestinien (huit édifices sur 4 hectares) est passé sous propriété juive.

    Selon ce qu’indiquait ces jours derniers la presse locale, les travaux de restructuration, qui ont débuté il y a deux mois, permettront bientôt d’installer dans le complexe immobilier les vingt premières familles de colons juifs. La structure comprend huit édifices répartis sur une surface de près de 4 ha et occupe une position stratégique pour les plans d’expansion des colonies juives dans une zone parsemée de villages palestiniens (entre Bethléem et Hébron).

    Les presbytériens ont vendu le domaine en 2007 à une société « suédoise » qui a subitement disparu après l’avoir revendu à l’American Friends of the Everest Foundation, organisme financé par le milliardaire américain Irving Moskowitz, activement engagée dans l’acquisition, à n’importe quel prix, de propriétés immobilières palestiniennes dans la zone est de Jérusalem. Il y a trois ans, le domaine a été « revendu » au militant d’extrême droite Aryeh King, l’« agent immobilier de la colonisation » (Israel Land Fund), qui avait commencé sa carrière comme agent de sécurité de… Irving Moskowitz.