Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Social - Page 4

  • Le patron de la SNCF

    C’est toujours la CGT. Et personne n’ose s’opposer à ses décisions, même quand elle fait une campagne d’affichage aux frais du comité d’entreprise :

    «Personne n'a osé s'opposer à une campagne sur l'avenir du fret à un mois des élections, commente un responsable syndical. De plus, quand nous ne suivons pas le syndicat majoritaire sur certaines de ses décisions, il y a des sanctions.»

    Contactés par Le Figaro, ni la CGT ni la direction du CCE n'ont souhaité commenter la situation. Même silence à la direction de la SNCF, où l'on ne souhaite pas s'attirer les foudres du syndicat majoritaire.

    Addendum

    La SNCF a tout de même réagi. Elle porte plainte pour « dénigrement ». Contre le comité d’entreprise, puisque c’est lui qui paie la campagne qui « porte atteinte à l’image de l’entreprise ».

  • Istanbul pourrait devenir le premier port français

    Lu sur Novopress

    En raison des grèves à répétition des dockers de Marseille, les importateurs français se rabattent sur Barcelone ou Gènes. Mais dans ces ports la solidarité avec les dockers cégétistes perturberait fortement ces trafics pour l’Hexagone.

    « Voici donc ce que les importateurs français, dont je fais partie, sont en train d’organiser : déchargement des conteneurs français sur le port d’Istanbul en Turquie et acheminement jusqu’en France par la route. Ainsi, grâce aux tarifs très compétitifs des sociétés de transport turques, l’opération peut s’avérer sans surcoûts pour l’importateur en comparaison d’un import sur Marseille. La Turquie est donc en passe de devenir la porte d’entrée de nos conteneurs ! », déplore Frédéric H, qui pose cette question en forme de conclusion : « Istanbul : bientôt premier port français, grâce aux revendications de la CGT ? »

  • Merci la CGT

    Dans les années 80, le port de Marseille était le deuxième port d’Europe. En 2010, année de forte reprise du commerce maritime, il est passé à la cinquième place. A cause des grèves.

  • Le prophète de l’Elysée

    Il y a un an, Nicolas Sarkozy déclarait : « Le chômage baissera dans les mois à venir. » 

    Le chômage a atteint en décembre 2010 un niveau jamais atteint depuis mars 1999.

     

    4b071c00-2972-11e0-b8a6-afda05c43e04.jpg

     

  • La FNSEA : ce ne sont plus des paysans, c’est officiel

    La longue dérive de la FNSEA est arrivée à son terme : ce n’était plus, depuis très longtemps, un syndicat de paysans, maintenant c’est officiel avec l’élection de son nouveau président.

    Xavier Beulin (qui était vice-président) a été élu avec 36 voix, contre 31 à Dominique Barrault (le secrétaire général).

    Dominique Barrault est un éleveur de l’Aveyron. Il avait organisé samedi une conférence de presse au milieu de ses vaches. Il plaidait pour un syndicalisme agricole qui "permette à l'agriculteur de garder sa liberté d'action" entre l'industrie agroalimentaire et la distribution.

    Xavier Beulin est présenté comme « céréalier », c’est-à-dire un industriel des céréales. Mais il cumule une douzaine de présidences et de vice-présidences dans le secteur « agricole ». Il est surtout le patron du groupe Sofiprotéol, qui est « l'acteur financier et industriel de la filière française des huiles et protéines végétales » (dont Lesieur est une des nombreuses filiales…).

  • Dans la série « les damnés de la terre »

    Richard Mallié, député UMP des Bouches du Rhône, lors d’un petit déjeuner du Cri du contribuable, évoquant la grève au port de Marseille :

    « Depuis des dizaines d'années, dès qu'il y a 3 gouttes de pluie, ils arrêtent de travailler. Au port de Dunkerque, on rigole. Les perturbateurs sont une quarantaine, des grutiers payés 4.000 euros brut par mois, qui travaillent 18 heures par semaine et qui bénéficient de 8 semaines de congés payés par an. Qu'est-ce qu'ils veulent de plus ? »

    (via e-deo)

  • Le comptage des manifestants

    France Soir a fait appel à une société espagnole, Lynce-ExactCrowd, spécialisée dans le comptage des manifestants, pour mesurer la manifestation parisienne de mardi dernier. Lynce-ExactCrowd photographie les manifestations et analyse les photographies par ordinateur (plus de 1.000 photos pour les deux cortèges).

    Résultat : « Nous avons mesuré un total de 73.027 personnes, avec une correction éventuelle à la hausse de 10%, soit un total de 80.330 personnes. »

    Les syndicats disaient 330.000, la police 89.000.

    Cela correspond à ce que j’ai lu quelque part récemment, que les chiffres de la police, contrairement à ce que l’on croit habituellement, sont légèrement surévalués.

  • Le test du tunnel et la grève à la SNCF

    Un train allemand à grande vitesse ICE3 est entré aujourd’hui pour la première fois dans le tunnel sous la Manche. C’était le mini test d’essai autorisé par Eurotunnel : le train a parcouru 1 km à 30 km/h avant de faire demi-tour…

    La Deutsche Bahn tente de décrocher l’autorisation de mettre en place une ligne régulière (les liaisons internationales sont théoriquement ouvertes à la concurrence depuis le 13 décembre 2009…), mais la SNCF freine des quatre fers. La Deutsche Bahn espère pouvoir exploiter la ligne à partir de fin 2013…

    L’AFP publie une longue dépêche intitulée : « La libéralisation du rail "voyageurs" dans l'UE reste encore théorique ».

    La coïncidence entre le « test » allemand dans le tunnel sous la Manche, qui souligne cette non-libéralisation, et la grève qui paralyse le réseau, devrait attirer l’attention.

    Si les chemins de fer étaient ouverts à la concurrence, on pourrait emprunter des trains allemands, italiens, ou autres, et laisser les agents de la SNCF faire leur grève dans leur coin.

    Une grève parfaitement scandaleuse, quand on sait que la réforme des retraites à la SNCF commencera à s’appliquer en 2016, pour aboutir en 2022 (sic) à ce que les cheminots partent à la retraite à 57 ans au lieu de 55 ans…

  • « Ensemble tout devient possible », qu'il disait

    Le nombre d'inscrits à Pôle emploi a encore augmenté en mai, selon des chiffres publiés jeudi.

    Fin mai, selon le ministère de l'Emploi, 2,699 millions de personnes étaient inscrites en catégorie A en métropole. Soit 0,8% de plus qu’en avril. C'est la plus forte hausse mensuelle depuis le début de l'année.

    Le chômage de longue durée progresse, tout comme l'ancienneté moyenne d'inscription sur les listes toute tranche d'âge confondue. Plus d'un demandeur d'emploi sur trois (1,4 million en métropole et plus 1,5 avec les DOM) pointe depuis un an ou plus, soit environ 30% de plus qu'en 2009.

    La moitié des demandeurs d'emploi n'est pas indemnisée par l'assurance chômage.

  • La crise du lait

    La «grève du lait», qui a débuté en France la semaine dernière (sans le soutien de la FNSEA...), a rassemblé hier à Bruxelles quelque 40.000 producteurs laitiers de huit pays européens. Ils demandent à la Commission européenne de prendre des mesures pour endiguer la chute des prix du lait.

    Les producteurs belges ont déversé trois millions de litres de lait (l'équivalent d'une journée de production en Wallonie) dans un champ pour protester contre des prix de vente trop bas, qui ne leur permettent plus de couvrir les prix de revient. "Nous souffrons beaucoup depuis plus d'un an maintenant, mais au cours des derniers mois, c'est devenu vraiment impossible", a commenté Xavier Delwarte, président de la Fédération belge de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs. "Notre situation financière est désespérée".

    Des actions ont également eu lieu en Allemagne, où des éleveurs ont déversé 7.000 litres de lait devant les locaux du ministère de l'Agriculture, et aux Pays-Bas.

    "Encore trois ans comme ça, et 40% des producteurs français de lait seront condamnés à la faillite", a expliqué Pascal Massol de l'Association des producteurs de lait indépendants (APLI).

    Mardi, quelque 500 paysans en colère avaient déjà manifesté en bloquant le bon déroulement de l'inauguration du Space (salon des productions animales) à Rennes. Ils ont empêché la visite officielle des stands par le ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire. Suite à ces événements, les visites de Michel Mercier, le ministre de l'Aménagement du territoire, et des secrétaires d'Etat Chantal Jouannot, pour l'Ecologie, et Hervé Novelli, en charge de la consommation, ont également été annulés.