Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hollande (François) - Page 3

  • "Navrante médiocrité"

    A propos de l’enquête ouverte à Paris contre le régime syrien pour crimes contre l’humanité, Dick Marty déclare à la radio suisse que cela fait seulement partie d'une « stratégie de gesticulation de la France », dont l’objectif est d’avoir « un certain rôle dans le dossier syrien » car le gouvernement français est atteint du « complexe du petit laissé dans un coin qui essaie de trouver une position ».

    Dick Marty, ancien sénateur du Tessin, est surtout l’ancien président de la Commission des droits de l’homme du Conseil de l’Europe, qui avait rendu un rapport explosif sur les trafics d’organes au Kosovo : tellement explosif qu’il fut enterré.

    « François Hollande est d'une navrante médiocrité », a-t-il ajouté, soulignant que ce n’est pas sérieux de vouloir intervenir dans le dossier syrien quand on vend des avions à l’Arabie saoudite et au Qatar.

  • La victoire de Poutine

    Il y avait dix ans que Vladimir Poutine n’avait pas parlé devant l’ONU, dit-on. Et ces derniers temps il était le grand méchant qu’il fallait punir. Et même c’était de pire en pire puisqu’il s’impliquait en Syrie et qu’il allait se rendre responsable d’une escalade parce que les Etats-Unis ne pouvaient pas accepter cela…

    Mais ces tout derniers jours ce n’était plus le discours de John Kerry…

    Et voilà qu’à la tribune de l’ONU, entre deux couplets assassins sur Poutine et sur Assad, Barack Obama déclare tout à trac qu’il est « prêt à travailler avec tout pays, y compris la Russie et l’Iran, pour résoudre le conflit ».

    Y compris avec les plus méchants des plus méchants : la Russie et l’Iran.

    Donc avec Assad.

    Et François Hollande a encore l’air d’un crétin, à répéter tout seul ses anathèmes contre Assad qui ne sont plus de saison…

    Tandis que Poutine peut savourer une victoire peu banale : le président américain faisant volte face pour venir sur sa position…

  • Le pape devant le Congrès

    Vu par la gauche laïque :

    Lors de son discours devant le Congrès (une première pour un pape), il n’a jamais fait directement allusion à l’avortement. Il a défendu la "famille" mais n’en a pas donné de définition spécifique, qu’il s’agisse de préférences sexuelles ou d’égalité des sexes. Il n’a pas parlé d’attaque envers les traditions catholiques, ni même la culture judéo-chrétienne.

    Ce serait ringard.

    Au lieu de cela, il a prononcé une homélie laïque de 45 minutes sur la nécessité, pour les législateurs américains, de respecter la morale collective inspirée de l’évangile social catholique. En termes de politique américaine, cet homme vêtu d’une simple robe blanche aurait tout aussi bien pu être le leader de l’aile progressiste du Parti démocrate. (...)

    Howard Fineman, Huffington Post

    Vu par la droite religieuse :

    Dans son discours historique devant le Congrès américain, François s’est concentré sur l’immigration, la dignité humaine, la pauvreté et l’environnement. Prenant la parole devant des sénateurs qui allaient voter sur la suppression des fonds fédéraux au Planning familial, à aucun moment il n’a mentionné nommément l’avortement.

    Il a parlé au Congrès de « l’argent qui est trempé dans du sang, souvent du sang innocent », mais il parlait seulement du commerce des armes.

    Suscitant une joie palpable chez les conservateurs, le pape a parlé de la dignité humaine, même de « protéger et de défendre la vie humaine à chaque étape de son développement ».

    Mais après que les premiers applaudissements se sont tus, le pape n’a pas fait explicitement référence à l’avortement, et au lieu de cela s’est lancé immédiatement dans sa campagne contre la peine de mort. (…) Même le New York Times a noté l’inattendu changement de direction, décrivant comment, « au lieu de continuer en parlant de la nécessité de mettre fin à l’avortement, il a pivoté vers la peine de mort ». (…)

    Le pape a frappé fort aussi sur les questions qui ont la faveur des Démocrates, comme permettre l’immigration et accueillir les réfugiés, faire face à la pauvreté et protéger l’environnement contre « la détérioration causée par l’activité humaine ».

    Beaucoup de militants pro-vie sont opposés à la peine de mort, et sont d’ardents défenseurs des pauvres, des immigrés et de l’environnement – tout en ayant leur point de vue sur la façon de traiter politiquement ces questions.

    Mais le discours, finalement, est une immense victoire pour les Démocrates et les soi-disant catholiques de justice sociale qui continuent de se dire pro-vie malgré leur soutien à l’avortement en mettant en avant leur opposition à la peine de mort et ces autres questions. (...)

    John Henry Westen, Life Site

  • Ce qu’on nous cache

    Je le découvre aujourd’hui par Le Salon Beige. Le fait date du 1er août et a été soigneusement occulté par les médias. Seule la Tribune en a parlé, le 4 août, et la nouvelle a été immédiatement enterrée. Elle était pourtant d’importance, mais pas à la gloire du gouvernement français, et elle est même particulièrement désastreuse : l’Inde a annulé le « contrat du siècle », la commande de 126 Rafale, dont on avait fait un événement « historique ».

    En fait, depuis la visite officielle du Premier ministre indien en avril dernier, on se doutait qu’il y avait un problème. On avait alors annoncé que l’Inde commandait immédiatement 36 Rafale « prêts à voler », la négociation sur les 126 avions se poursuivant par ailleurs…

    En fait le gouvernement indien était depuis décembre – depuis qu’il a vu ce qu’était la parole de la France dans l’affaire des navires Mistral - en négociation avec le gouvernement russe. Et dès avant la visite en France de Narendra Modi, l’Inde avait signé avec la Russie un contrat pour l’achat de 127 avions de chasse russes…

    On lira ici de très intéressantes explications.

    D’autre part, la Lituanie a demandé hier à l’Union européenne 50 millions d’euros, pour aider ses paysans qui souffrent de la chute des prix du lait consécutive à l’embargo russe. Le Premier ministre lituanien a déclaré à Bruxelles que la situation était « critique » parce que les exportations de lait et de produits laitiers avait baissé de 34%.

    On remarquera que les Lituaniens disent les choses telles qu’elles sont. Alors qu’en France le gouvernement dit qu’il va essayer de faire quelque chose à cause d’une crise mystérieuse, la Lituanie demande de l’argent à l’UE qui est responsable de cette politique absurde qui ruine les paysans européens.

    Tandis que le méchant Poutine, qu’on a su si bien isoler, empoche des contrats…

  • Ça fait cher du coup de menton grotesque

    Il se murmurait que la France pourrait être obligée de verser 800 millions de dollars de pénalité à la Russie pour son refus de lui livrer les deux navires Mistral, et que la Russie réclamait 1,1 milliard.

    Finalement l’accord a été conclu le mois dernier, et Jean-Yves Le Drian a discrètement reconnu que la France n’avait pas d’autre choix que de verser une pénalité de 1,2 milliard de dollars, celle qui était prévue dans le contrat.

    Et les deux navires nous restent sur les bras, puisqu’ils avaient été conçus spécifiquement pour l’armée russe.

    Le coup de menton grotesque du gouvernement français pour « punir » le méchant Poutine est un petit plaisir à 1,2 milliard de dollars.

    Bien sûr ce n’est ni Hollande, ni Valls, ni Le Drian qui vont le payer…

    (Via le Salon Beige)

  • Une honte de plus

    Jean Zay au Panthéon.

    Je ne suis pas un dévot du drapeau, et moins encore du drapeau de la République laïque, mais quand on me dit que la patrie devrait être reconnaissante à celui qui parlait, dans un « poème » (sic) du drapeau français comme « cette saloperie-là », « cette saloperie tricolore », « cette loque », « cette immonde petite guenille », l’« ignoble symbole » « de la race vile des torche-culs », il y a quand même un problème, non.

    Jean Zay, franc-maçon de la loge Etienne Dolet du Grand Orient ; ministre de la déséducation nationale du Front populaire… Le Panthéon ne s’arrange pas.

  • Cameron engage le combat

    En arrivant au sommet européen de Riga, David Cameron a déclaré aux journalistes à propos de la négociation qu’il veut engager sur une réforme de l’UE avant le référendum qu’il organisera dans son pays : « Il y aura des hauts et des bas. Vous entendrez un jour que telle chose est possible, et le lendemain que c’est impossible. Mais à travers tout cela, ce qui sera constant, ce sera ma détermination pour arriver à proposer au peuple britannique une réforme de l’UE qui lui permette un choix convenable pour le référendum que nous tiendrons avant la fin de 2017 ».

    A l’issue du sommet, François Hollande a déclaré qu’il n’y avait eu « aucune discussion » sur ce sujet, car « ce n’était pas le lieu et pas le moment ».

    De fait, le sujet était le « partenariat oriental ». Il n’empêche que d’autres dirigeants se sont exprimés sur ce que le président français voudrait garder tabou. Le Premier ministre finlandais par intérim, Alexander Stubb, a déclaré : « Il ne sert à rien de mettre des barrières à ce stade, et nous sommes tout ouïe… Je suis sûr que nous allons trouver une sorte de compromis qui sera bon pour la Grande-Bretagne et bon pour l’Europe. »

    Et le ministre irlandais pour les Affaires européennes Dara Murphy : « Une grande partie de ce qui a été suggéré et proposé à ce jour par David Cameron serait à l’avantage de tous les peuples de l’Union européenne, en particulier en matière de réglementation. »

    Et à la télévision britannique, l’ancien commissaire européen Günter Verheugen est allé jusqu’à affirmer : « Le Royaume-Uni est essentiel non seulement pour l’avenir économique de l’Europe mais particulièrement pour l’avenir politique de l’Europe. En substance, ce que dit Cameron, c’est ce que ressent une grande majorité des Européens… »

    Selon le Times, outre ce que l’on sait déjà, David Cameron a l’intention de demander que les autres Etats membres reconnaissent que l’euro n’est pas la monnaie unique de l’UE, que « l’UE est une union multi-devises », et que cela (le contraire donc de ce que stipule le traité) soit inscrit dans le traité.

    Il va être intéressant, et sans doute amusant, de voir jusqu’où les dirigeants les plus européistes sont prêts à aller pour éviter de voir le Royaume-Uni sortir de l’UE…

  • La honte de la France

    Il y a longtemps que j’ai honte d’être français, et depuis deux ans d’être catholique. Mais il y a des jours où l’on plus honte que d’autres…

  • Holllande et Valls tiennent à leur provocation

    Au conseil des ministres du 5 janvier dernier, Laurent Stefanini, chef du protocole de la République, a été nommé ambassadeur de France près le Saint-Siège. Laurent Stefanini est certes un diplomate chevronné, mais aussi un homosexuel déclaré. Et c’est évidemment une provocation que de proposer au Vatican un ambassadeur homosexuel, même si François n’est pas homme à juger…

    A vrai dire, c’est Sarkozy qui avait commencé, en nommant un autre diplomate ouvertement homosexuel, Jean-Loup Kuhn-Delforge, à ce même poste. Sans doute pour embêter Benoît XVI. Mais c’est la France qui fut embêtée, et qui finit par céder après une vacance de 13 mois.

    Aujourd’hui, François ne juge certes pas Laurent Stefanini, mais la Curie ne veut pas d’un ambassadeur de France homosexuel. Donc, depuis le 5 janvier, c’est le silence absolu du côté du Vatican. Ce qui veut dire qu’on rejette, sans discussion possible, la nomination.

    Vendredi dernier, l’Elysée a fait savoir que l’on attendait toujours la réponse à la demande d’agrément… En attendant, depuis le 1er mars il n’y a plus d’ambassadeur de France près le Saint-Siège.

    Le pire dans cette histoire, ce n’est pas la grossièreté militante de la République laïque – on ne la connaît que trop -, c’est la scandaleuse intervention du cardinal André Vingt-Trois, qui a osé écrire à la Curie pour soutenir la nomination de Stefanini…

  • L’antiracisme officiel de plus en plus cinglé

    « Je veux dire, et nous l'avons partagée en Conseil des ministres, une nouvelle fois notre indignation, notre colère face aux propos racistes, antisémites, homophobes, sexistes qu'on voit se répandre avec une très grande facilité; notre indignation et notre colère à l'égard des propos vis-à-vis de Christiane Taubira », a déclaré Manuel Valls.

    Et « le président de la République a souligné que les attaques qui étaient portées vis-à-vis de la garde des Sceaux étaient inqualifiables », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

    D’un racisme inqualifiable. Car dans la liste de Valls, à moins de supposer qu’il qualifie Christiane Taubira de juive et de lesbienne, c’est le premier mot qui est en situation. Comme le soulignent à l’envi les médias de la pensée unique.

    Du reste, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, demande des « sanctions » contre « cette adjointe au maire de Juvisy qui agresse une nouvelle fois » Christiane Taubira « parce qu’elle est noire ».

    Parce qu’elle est noire ?

    Voici le propos incriminé :

    « C’est pitoyable d’avoir une telle ministre. Elle vient de Cayenne, là où il y avait le bagne, qu’elle reparte là-bas vu qu’elle a toujours détesté la France. »

    Où est le racisme ?

    Si je dis qu’un élu de Montauban ferait mieux de repartir en Guyenne, est-ce que c’est raciste ?

    Etant entendu qu’on ne devrait jamais quitter Montauban, et que bien d’autres répliques des Tontons flingueurs s’appliqueraient aux flingués qui nous gouvernent.